Actualité théâtrale

Jusqu’au 18 novembre au Théâtre Le Monfort

« Ramona » Réduc’Snes

Rezo Gabriadze est un peintre, sculpteur, scénariste, réalisateur et metteur en scène qui travaille à Tbilissi en Géorgie. Depuis 1990 il promène ses marionnettes sur les plus grandes scènes d’Europe, d’Amérique et d’Asie.

Pour son passage à Paris, il présente au Monfort deux spectacles, Ramona et Stalingrad .

Ramona est l’histoire invraisemblable des amours impossibles d’une jolie locomotive de gare de triage, Ramona, et d’ « un héros de l’Union Soviétique », Ermon, qui parcourt l’immensité russe. Dans leur périple ils croisent des animaux étranges, un cochon zébré pour être invisible sur les rails, une poule qui porte une étole de renard autour du cou, un cochon qui cherche dans le journal des nouvelles de la filière porcine ! Quand des personnages pleurent les larmes jaillissent de leurs yeux comme des jets d’eau. Ramona suit un cirque pour rejoindre son Ermon et se fait menacer par le chef de gare car une locomotive de gare de triage doit se contenter de ses allers et retours. On fait la connaissance d’une fil-de-fériste qui se casse les jambes, d’un Monsieur Loyal qui les perd, d’un clown et de bien d’autres, un cheminot, un chef de gare autoritaire, etc. Il y a des moments burlesques (un papillon soulève sans effort un poids de fonte que l’Hercule a eu du mal à soulever), des commentaires loufoques et acides (« La commission commence à s’énerver. Si ça continue, ils vont appeler le KGB et on sera tous déportés »), du rire mais aussi de la nostalgie, avec, sur fonds de valse de Chostakovitch, la mort de Ramona.

Théâtre : Ramona

Manipulées par six marionnettistes habillés et gantés de noir, les délicates marionnettes nous entraînent dans un univers merveilleux de conte poétique et plein d’humour. On admire la beauté des petites marionnettes, on rêve devant les lumières des trains qui se croisent dans le noir, on regarde s’éloigner la lumière rouge du convoi final, on sourit ému à la mort de Ramona qui se couche tandis qu’Ermon dit adieu à sa « vaporette chérie ».

Sourire, émotion, admiration devant la beauté des marionnettes, on peut faire sienne la remarque de Monsieur Loyal « L’art est long, la vie est brève » et l’art ici, c’est du grand art !

Micheline Rousselet

Ramona du 7 au 18 novembre à 19h30, Stalingrad du 21 au 25 novembre à 19h30. Relâche le lundi

Le Monfort

106 rue Brancion, 75015 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 56 08 33 88

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Il faut qu’une porte soit ouverte ou fermée »
    Comme chaque semaine le Comte se rend chez la Marquise le jour où elle tient salon. Il craint qu’elle ne soit entourée de la foule habituelle des importuns, mais ce jour-là la météo en a décidé... Lire la suite (14 juin)
  • « L’avare »
    Comme l’a dit Louis Jouvet, ce n’est pas tant une passion de l’argent qui habite Harpagon, qu’une maladie qui le rend stupide, dur et égoïste à un degré magnifique ». C’est ce côté très noir qui habite... Lire la suite (13 juin)
  • « VxH – La voix humaine »
    Une femme attend, seule à côté d’un téléphone, un signe d’amour de celui qui l’a quittée. Elle parle, comprend, l’excuse, s’excuse. Elle aime toujours, s’invente des culpabilités pour ne pas faire face à un... Lire la suite (12 juin)
  • « L’Établi »
    Dans la foulée de mai 1968, des étudiants militants maoïstes choisirent de s’établir en usine pour encourager la création d’un mouvement révolutionnaire au sein de la classe ouvrière. Robert Linhart,... Lire la suite (11 juin)
  • « King Kong Théorie »
    Paru en 2006, l’essai de Virginie Despentes a été présenté comme « un manifeste pour un nouveau féminisme ». Les controverses se déchaînèrent autour du livre où l’auteur parlait du viol qu’elle avait subi... Lire la suite (4 juin)