Communiqués

Rapport Azéma-Mathiot "Missions territoires et réussite" Que restera-t-il de l’éducation prioritaire ?

Après plusieurs reports successifs, le rapport de la mission Azéma-Mathiot a été rendu public aujourd’hui. Il est sans surprise : en préconisant la réduction du périmètre de l’éducation prioritaire géré au niveau national, les deux rapporteurs valident des hypothèses déjà proposées par la Cour des comptes en 2018.

Le renvoi aux académies de la gestion des établissements REP est en réalité un moyen de délabelliser sans bruit des centaines de collèges, réduisant l’éducation prioritaire aux collèges REP+, sous couvert d’une gestion plus souple et proche du terrain, vocabulaire managérial désormais bien connu dans l’Education Nationale.
En réalité, une telle mesure donnerait la main aux Recteurs pour construire des cartes fluctuantes, non pas en fonction des besoins locaux, mais en fonction des moyens globalisés alloués aux académies. A terme, les collèges REP disparaîtraient donc du paysage de l’éducation prioritaire privant les personnels des indemnités et priorités de mutation afférentes.
Une partie du rapport est consacré à la ruralité, avec des préconisations sur la poursuite d’études des lycéens. Une première piste aurait été pourtant simple et basique : avoir une offre de formation diversifiée dans tous les lycées, à rebours des orientations de la réforme du lycée, qui accroît les inégalités d’offre de formation fermant ainsi bien des portes aux élèves

Pour le SNES-FSU, il est indispensable d’affirmer une réelle ambition pour l’éducation prioritaire, à l’opposé des recommandations du rapport Azéma-Mathiot. Une carte nationale, établie en fonction de besoins et non pas des moyens, incluant les lycées doit être rapidement mise en discussion, avec l’extension des pondérations, l’attribution des indemnités à tous les personnels (AED, AESH…). De plus, les cités éducatives ne peuvent venir se substituer au label éducation Prioritaire.

Tous les jours, les personnels des collèges et lycées de l’éducation prioritaire sont confrontés à des conditions d’exercice particulièrement difficiles, auxquelles ils font face avec des moyens insuffisants. A l’heure où les inégalités économiques, sociales et territoriales se creusent, le Ministre doit entendre la voix des personnels et non pas les recommandations d’un énième rapport téléguidé par des considérations idéologiques et budgétaires.

Autres articles de la rubrique Communiqués

  • Mardi 10 décembre 2019
    La grève de ce mardi continue d’être majoritaire : 62 % des personnels d’enseignement, d’éducation, d’orientation et AESH sont en grève aujourd’hui. Deux grèves majoritaires en moins de huit jours : c’est... Lire la suite (10 décembre)
  • 5 décembre 2019 : une grève historique
    75% des personnels d’enseignement, d’éducation et d’orientation, AESH, sont en grève aujourd’hui. Même s’il reste fidèle à la manipulation habituelle des chiffres, le ministère de l’éducation nationale est... Lire la suite (5 décembre)
  • Postes aux concours de l’enseignement
    Le nombre de postes ouverts aux concours de l’enseignement a été publié vendredi dernier au Journal officiel. Il est identique à celui de la session 2019 (l’augmentation n’est due qu’à la création du... Lire la suite (3 décembre)
  • Bac : rien n’est prêt
    Le Ministère vient d’annoncer le report de l’ouverture de la Banque Nationale de sujets des premières épreuves du nouveau bac (les E3C) du 2 au 9 décembre. Pourtant, le 15 novembre, interrogé sur... Lire la suite (29 novembre)
  • Violences faites aux femmes
    L’implication sans relâche des organisations féministes et de NousToutes, comme l’engagement des organisations syndicales, ont permis une mobilisation historique ce samedi 23... Lire la suite (26 novembre)