Année 2017-2018

Rapport d’activité académique lycées (Limoges)

Avec l’arrivée du ministre Blanquer, la question du lycée se retrouve de nouveau au cœur de l’actualité. Écarté des objectifs prioritaires du ministère de N.Vallaud-Belkacem, le lycée n’a pas fait l’objet d’un bilan critique de la réforme Chatel. Pourtant cette réforme continue de faire ressentir ses effets délétères sur les personnels comme sur les élèves.

Le SNES-FSU a saisi toutes les occasions pour dénoncer les effets négatifs de la réforme Chatel pour les personnels comme pour les élèves (autonomie renforcée, échec de l’Accompagnement Personnalisé, échec du rééquilibrage des voies et des séries). A ces insuffisances structurelles, se sont ajoutés les effets du mini-boom démographique commencé au début des années 2000.

Ainsi, lors des CTA, les élu-e-s SNES-FSU ont constamment dénoncé les dégradations des conditions d’encadrement qui se sont généralisées à l’ensemble des lycées de l’académie avec des normes d’effectifs avoisinant le plus souvent les 35 élèves par classe. Ils.elles sont intervenu.e.s aussi pour dénoncer les conséquences des nouvelles modalités d’évaluation en langues vivantes au bac à compter de la session 2013, augmentant sensiblement la charge de travail des enseignant.es. Les responsables académiques du secteur lycée ont été à l’offensive sur la question du budget de fonctionnement car les DGF attribuées par la Région Nouvelle Aquitaine pour l’exercice 2018 ont accusé une baisse dans la quasi totalité des lycées généraux et technologiques. Ils ont adressé à l’ensemble des S1 des lycées un projet de motion pour vote en Conseil d’administration et ont rédigé un communiqué de presse bien relayé dans les médias.

En participant régulièrement aux travaux du groupe national lycée du SNES-FSU, ils ont pu informer sur la situation de notre académie et faire remonter les spécificités de nos lycées.

La participation à une réflexion syndicale collective sur nos projets et sur notre exigence d’un lycée démocratique, nous permet de mieux appréhender les contours du vaste projet de réforme lancé par le ministre Blanquer. Les contours des réformes annoncées sont catastrophiques et heurtent nos conceptions : dénaturation de la voie technologique, réductions des horaires disciplinaires, risque d’annualisation des services, développement de parcours d’initiés correspondant à la mise en place de Parcours Sup... sans jamais aborder la question indispensable des moyens ! Pour construire la nécessaire mobilisation et s’opposer à la volonté du gouvernement d’un passage en force sur la réforme du lycée, la section académique a fait le choix d’informer très largement la profession au travers de la publication de plusieurs tracts de masse et en animant des heures d’information syndicales de façon systématique dans les lycées.

Autres articles de la rubrique Année 2017-2018