Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Kim Nguyen (Canada)

"Rebelle" Sortie en salles le 28 novembre 2012

Komona, une jeune fille, presqu’encore une petite fille, raconte à l’enfant qu’elle porte dans son ventre l’histoire déjà si lourde de sa vie ; son enlèvement alors qu’elle n’avait que dix ans pour servir dans les rangs de l’armée de guerriers rebelles, dans un pays d’Afrique centrale et les terribles événements qui ont suivi.

Komona a fait partie de ces enfants de guerre que les rebelles ont arrachés à leurs familles, le plus souvent après avoir exécuté les parents et qu’ils ont formés pour être des combattants servant leur cause.

Komona s’attache à celui qui la soutient et l’écoute, un garçon de quinze ans qu’on nomme Le Magicien. Ils tombent amoureux l’un de l’autre et parviennent à s’évader pour vivre leur amour et prendre la voie de la résilience.

Mais ils sont bientôt rattrapés par les rebelles. Le magicien est exécuté et Komona est choisie pour femme par le commandant.

Kim Nguyen était à la recherche d’un sujet pour son prochain film lorsque, sur son écran, sont apparus les noms de Johnny et Luther Htoo, deux jumeaux à peine âgés de dix ans devenus des figures sacrées pour un groupe de rebelles qu’ils guidaient instinctivement dans leurs démarches guerrières. La légende indiquait que ces deux enfants, à cause de leurs dons spirituels, avaient 250 000 soldats invisibles à leurs ordres.

Dès lors Kim Nguyen s’est mis à faire des recherches sur les enfants soldats recrutés de force par les groupes de rebelles et lorsque son scénario a été écrit, son choix pour le lieu de tournage s’est porté sur Kinshasa en République Démocratique du Congo.

Car même si le récit ne se situe pas spécifiquement au Congo, les parallèles entre le pays et le contenu de "Rebelle" sont omniprésents.

Le film, entre rêves (l’imaginaire de Komona reste malgré les circonstances, celui d’une enfant) et réalité est un drame en constante mutation.

Le récit, du point de vue de la petite fille, est pris dans l’enchevêtrement de paradoxes. De quelle façon grandit une enfant dans un tel contexte, où la cruauté et la mort se vivent au quotidien sans que soit permis le moindre espace de recul.

Komona qui se plie aux exigences des rebelles, de leur commandant et du Grand Tigre Royal n’a pourtant qu’un objectif, celui de retourner dans son village et de donner une sépulture à ses parents tués lors de son enlèvement.

Après avoir accouché, elle atteindra son but mais ne trouvera qu’un village incendié et en guise d’ossements, un peigne ayant appartenu à sa mère et un vêtement que portait son père.

L’enfouissement de ces deux objets symboliques réalisé, il ne lui restera plus qu’à reconstruire sa vie grâce à la force que lui auront donné les terribles épreuves traversées et le souvenir toujours vif de son amour pour Le Magicien.

"Rebelle" est une fable sur l’Afrique subsaharienne du vingt et unième siècle, une histoire d’amour d’une grande pureté prise dans la tourmente d’un monde de violence aveugle, de beauté et de magie.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Les misérables »
    Stéphane, tout juste arrivé de Cherbourg, prend ses fonctions au sein de la brigade anti-criminalité de Montfermeil, dans le 93, un secteur réputé sensible de la banlieue parisienne. Il rencontre ses... Lire la suite (16 novembre)
  • « Zibilla ou la vie zébrée »
    Zibilla est une jeune zèbre qui a été adoptée par des parents chevaux. Dans l’école où elle va et où tous les élèves sont des enfants chevaux, ses rayures sont sujet à de constantes moqueries. Si bien... Lire la suite (12 novembre)
  • « J’aimerais qu’il reste quelque chose »
    « J’aimerais qu’il reste quelque chose », c’est la phrase que prononce une donatrice sans descendant qui vient déposer des documents personnels relatifs à la Shoah dont elle est en possession et qui n’a... Lire la suite (12 novembre)
  • « Le bel été »
    Amed, Mohamed et Wally, réfugiés de Guinée et du Mali ont été recueillis par Robert, Simon et Sophie dans leur maison du bord de la Manche, siège de l’association « des lits solidaires » Ils vont... Lire la suite (11 novembre)
  • « Rendre la justice »
    En France, l’appareil juridique apparaît le plus souvent comme une machine infernale, opaque, mystérieuse, impersonnelle à laquelle il vaut mieux ne pas avoir à faire, qu’il vaut mieux ne pas... Lire la suite (9 novembre)