Lectures : littérature, poésie, polars, essais, revues

Des cadeaux à (se) faire.

Redécouvrir James Baldwin. (1924-1987) Littérature

James Baldwin est un peu oublié ces temps-ci. Une erreur. Ses romans, ses articles restent des repères essentiels pour appréhender les États-Unis d’aujourd’hui et d’hier. La question blanche, une inversion logique, tient quasiment toute la place dans ses chroniques et ses romans. La musique, le jazz tout autant. Pas pour rien qu’il est né à Harlem en 1924. Le quartier de New York sera un de ses personnages principaux.

Rivages/Poche réédite son premier ouvrage, à la limite de l’autobiographie, « La conversion ». L’avenir de John Grimes était tout tracé, prédicateur. Il lui en restera quelque chose à Baldwin. Ses poèmes seront puissamment alimentés par cette éducation, cette culture qu’il partage avec le reste de l’Amérique. La référence au gospel, au blues est toujours présente comme pour Chester Himes.

Littérature : Baldwin

John, 14 ans, ne remet pas en cause sa destinée. Il lui faudra une expérience mystique pour découvrir un goût nouveau qui l’envahira comme un souffle continu, celui de la liberté, celui de la découverte. Pour un jeune Noir, c’est un choix difficile, surtout en 1938-40. La liberté est remplie de dangers. Sortir de la communauté, du cocon pour affronter le monde, ce ne sera pas une sinécure. Plus tard, il choisira aussi sa sexualité. Il le racontera dans « La chambre de Giovanni »… La prose de Baldwin est toujours singulière.

Chronologiquement, les essais réunis dans « Chroniques d’un enfant du pays » - référence évidente à Richard Wright – suivent le contexte temporel du roman. Dans les années 1940-50, James écrit pour des revues soit des commentaires de livres, « La case de l’Oncle Tom » par exemple, soit des récits de voyage, à Atlanta, ou de son environnement, Harlem en particulier. Gallimard nous offre une nouvelle traduction de ce recueil qui commence par une « Note autobiographique » précédée de la préface de 1984 de l’édition américaine de la plume de Baldwin. Un vrai cadeau.

Nicolas Béniès

« La conversion », James Baldwin, traduit par Michèle Albaret-Maatsch, Rivages/poche ; « Chroniques d’un enfant du pays », James Baldwin, traduit par Marie Darrieussecq

Autres articles de la rubrique Lectures : littérature, poésie, polars, essais, revues