US Magazine 776 du 17 février 2018

Redoublement : le retour !

Fin novembre, les médias ont monté en épingle l’annonce ministérielle du rétablissement du redoublement. Le décret n° 2018-119 a été publié au BO du 22 février 2018.

Le seul effet pratique de cette réforme sera de permettre un redoublement exceptionnel, là où le texte précédent l’interdisait sauf cas exceptionnel...
L’an dernier, il n’était plus possible aux professeurs d’évoquer la possibilité d’un redoublement en conseil de classe, sauf rupture de l’apprentissage, avec l’accord écrit des parents. Cela devient à nouveau possible mais doit rester exceptionnel. La décision finale revient au chef d’établissement.

Le redoublement ne pourra avoir lieu qu’après dialogue renforcé avec la famille et un accompagnement pédagogique pour remédier aux difficultés de l’élève. En général, au collège, il s’agit d’un PPRE (un programme personnalisé de réussite éducative)... le plus souvent de papier par manque de financement. Un second redoublement en cours de scolarité, exceptionnel, nécessitera « l’accord préalable du Directeur académique des services de l’Éducation nationale ».

Redoublement : un moyen efficace ?

Au collège, le redoublement, à moins d’être longuement préparé en amont avec l’élève et sa famille, favorise les phénomènes de décrochage. La question se pose différemment au lycée, notamment en Seconde compte tenu du palier d’orientation, et en Terminale, afin de réussir le baccalauréat. Autant le bénéfice du redoublement semble peu probant pour les plus jeunes, autant il recouvre d’autres enjeux au lycée. Il est regrettable en tout cas que les travaux du CNESCO (rapport de décembre 2015) soient ignorés au profit d’une mesure qui ressemble fort à un « coup de com’ » censé satisfaire l’opinion publique !

Le SNES-FSU demande que les économies effectuées depuis l’effondrement du taux de redoublement soit réinjectées dans des dispositifs alternatifs.

Anne-Sophie Legrand

Autres articles de la rubrique US Magazine 776 du 17 février 2018

  • Bac 2021 : la concertation refusée
    Comment participer à des réunions de « concertation », quand le ministère se refuse à fournir le moindre document préparatoire ? On peine à croire en l’absence d’anticipation alors que les textes sur la... Lire la suite (14 mars)
  • Réformes Blanquer : la stratégie du flou
    Les modalités du nouveau baccalauréat seront soumises au Conseil supérieur de l’Éducation le 21 mars. Les seules informations concrètes sur ces projets sont, pour l’heure, de vagues déclarations... Lire la suite (14 mars)
  • Parcoursup et loi ORE
    La loi Orientation et réussite des étudiants (ORE) a été adoptée par les parlementaires le 15 février. Elle n’était pas encore promulguée que le projet de décret d’application concernant Parcoursup était... Lire la suite (14 mars)
  • DNMADE : toujours en suspens
    Le Conseil supérieur de l’éducation du 5 mars n’a pas eu le temps d’examiner le projet de Diplôme national des métiers d’arts et du design (DNMADE). Il le fera vraisemblablement le 21 mars. Le texte a... Lire la suite (14 mars)