Actualité musicale, chanson...

Rééditions Jazz Louis Armstrong et Oscar Aleman

Itinéraire d’un génie du 20e siècle.

Louis Armstrong, sans conteste, a marqué le 20e siècle et le 21e par voie de conséquence. Il a fourni, par ses improvisations, par ses trouvailles, par son génie tout simplement, une grande partie de la musique que nous entendons y compris dans le rock le plus métal ou le plus hard, sans compter le rap ou d’autres musiques dites du monde. Il fallait bien lui dresser un monument. Ce n’est pas le premier mais il se veut le plus complet. Sous la direction de Daniel Nevers, historien bienveillant et ironique, un peu Oulipo pour tout dire, Frémeaux et associés a entrepris de livrer l’intégrale du génie tutélaire du jazz. Le volume 11 couvrant les années 1944-45 vient de sortir. Le livret donne toutes les informations nécessaires et même les autres – c’est ce qui fait son intérêt. Insistons juste sur ces années étranges de fin de seconde guerre mondiale. Le syndicat des musiciens a décidé une grève des enregistrements qui durent. Les « majors » - les grandes compagnies – refusent obstinément de signer les nouveaux contrats. Les petites compagnies, quant à elles, signent dès la fin de 1943 ce qui leur permet de prendre des parts de marché aux grandes et même de créer de nouveaux labels qui fourmillent en ces années de révolutions esthétiques et sociales. Et Louis ? Il participe aux concerts organisés par la revue Esquire, enregistrés par la radio des forces armées, diffusés par la radio et faisant l’objet des fameux V Disks, les disques de la victoire qui devaient être détruits une fois entendus par les Gis. Bien sûr, ils furent conservés par les collectionneurs et édités. On peut ainsi entendre Satchmo en faux et vrais concerts avec son grand orchestre dans lequel brillent deux saxophonistes, un déjà vétéran, Joe Garland (l’auteur de l’immortel « In The Mood » que Glenn Miller rendra célèbre) et l’autre tout jeune, 21 ans au moment des faits, Dexter Gordon que Louis avait pris sous son aile, lui permettant de prendre quelques solos. Un moment clé dans la carrière du trompettiste. La fin de son épopée en grand orchestre et le début de la constitution de son « all stars » avec lequel il allait sillonner les grandes villes du monde. Le titre de ce 11e volume est en fait une avancée vers le 12e « Jack – Armstrong Blues », le titre clé enregistré pour ces V Disks, retrouvailles de Louis et de Jack Teagarden, tromboniste au swing aussi instillé que le bourbon dont il s’abreuvait en grandes quantités. Un de ces musiciens qui ont fait le jazz avec cet accent traînant provenant autant de l’alcool que du Sud des États-Unis, chanteur irremplaçable. On le retrouvera dans les aventures prochaines de notre enfant du siècle, né rappelons-le, en 1901.

Une saga nécessaire, une saga aussi de la mémoire.

« Intégrale Louis Armstrong, volume 11, Jack – Armstrong Blues, 1944-45 », Frémeaux et associés .

(Re)découverte

Oscar Aleman, guitariste né en Argentine en 1909 fera les beaux soirs de Buenos Aires où il apprendra son art au contact de tous les grands musiciens de la ville qui bruisse de toutes les cultures. Il rencontrera le jazz puis Joséphine Baker et enfin Paris et Django. Son jeu de guitare évoque toutes ces influences, cet air de ce temps. Il était resté dans nos mémoires comme ce guitariste/compositeur lié aux clubs parisiens. L’oubli avait jeté son voile sur les dernières années de sa carrière et de sa vie. Il était retourné à Buenos Aires et allait constituer des groupes, continuer à se produire et à enregistrer. Frémeaux et associés, en collaboration avec le label de Buenos Aires Acqua Records, nous permet de le retrouver. De le découvrir. En 1965 et en 1975 – il est mort en 1980. Il ne faut pas le rater. Il mêle tous les jazz et les musiques issues de la tradition afro-cubaine comme celles du Brésil, du tango, de la milonga… Un moment superbe, de mémoire et… de swing tout simplement, de danse.

« Buenos Aires, 1965 – 1975 », Oscar Aleman, Frémeaux et associés/Acqua Records .

Nicolas Béniès .

Autres articles de la rubrique Actualité musicale, chanson...

  • « Bill Haley and his Comets, 14-15 octobre 1958 »
    Octobre 1958. La guerre d’Algérie provoque des traumatismes durables dans une grande partie de cette jeunesse partie combattre pour conserver une colonie sous la direction de généraux et de colonels... Lire la suite (Mai 2017)
  • "FRONTIERES" - Une chanson à partager
    "A l’heure où la chef de meute fait hurler les loups, une chanson à partager, pour ouvrir les frontières et les esprits, ne nous retrouvons pas ahuris dans quelques jours..." Jofroi est parmi... Lire la suite (Mai 2017)
  • « Michel Hermon chante Léo Ferré/ Bobino 1969 »
    Peu de temps après les événements de mai 1968, au début de l’année 1969, Léo Ferré (1916-1993) donne un concert à Bobino. Accompagné par Paul Castagnier, un pianiste aveugle, il chante 26 chansons. Dans... Lire la suite (Mars 2017)
  • « Peau neuve »
    Après des concerts où ils chantaient à tour de rôle les musiques et les textes qu’ils composaient, ils unissent désormais leurs voix et c’est le succès. Leur premier album avait été coup de cœur de... Lire la suite (Février 2017)
  • Jacinta, Nathalie Solence ...
    Dans le prolongement de la double page d’idées cadeaux pour les fêtes de fin d’année, ou toutes autres fêtes, publiée dans l’Us-Mag de début décembre, quelques propositions complémentaires. PL «... Lire la suite (Décembre 2016)