Actualités

Réforme de l’évaluation : rester vigilant

La réforme de l’évaluation qui entre en application en cette rentrée 2017 comprend un "accompagnement tout au long du parcours professionnel" et "des rendez-vous de carrière". Les deux documents ministériels de cadrage viennent d’être publiés. La notice « mode d’emploi » réaffirme le principe de l’accompagnement tout au long de la carrière qui peut être individuel soit collectif, la fin de la notation et des trois rythmes d’avancement. Elle expose les trois rendez-vous de carrières instaurés pour « apprécier la valeur professionnelle » aux 6e, 8e et 9e échelons. Elle en précise le déroulé ainsi que le calendrier. Le « guide du rendez-vous de carrière » indique les agents concernés et les objectifs de ces rendez-vous, les étapes (phase de préparation, contenu, compte-rendu, voies de recours), l’articulation avec les campagnes d’avancement et l’outil de gestion. Il comprend 6 annexes dont l’annexe 3 qui reprend les différentes grilles de compte-rendu (arrêté du 5 mai 2017) et l’annexe 6 le référentiel de compétences de 2013.

Un « document de référence de l’entretien » non obligatoire

Ce document (annexe 4) est présenté comme une aide à la préparation des entretiens. Il se divise en trois parties, 1-le parcours professionnel décrivant les postes occupés avant et depuis l’accès au corps ainsi que les fonctions et missions exercées, 2-les compétences mises en œuvre dans le cadre de son parcours professionnel, 3-les souhaits d’évolution professionnelle, de diversification des fonctions.
Lors des ultimes discussions de juillet, le SNES-FSU s’est opposé avec succès au projet initial du ministère de rendre obligatoire la transmission du document de référence aux évaluateurs en amont des entretiens. Il ne saurait être question d’un rapport d’activité qui plus est obligatoire, ni d’une auto-évaluation. Ce document a donc pour fonction de cadrer les entretiens sans contraindre les personnels : il ne doit constituer qu’une trame des entretiens, sans obligation de le remplir et encore moins de le communiquer aux évaluateurs. Autre démarche battue en brèche par le SNES-FSU, la volonté ministérielle de mettre en regard de chaque item du compte-rendu d’évaluation le rappel de la liste des compétences du référentiel . Une telle rédaction risquait, avant toute évaluation finale, de déboucher sur une évaluation tatillonne de tous les items et de renforcer la confusion pour l’évaluation de certains items, entre ce qui relève du chef d’établissement et ce qui relève de l’inspecteur.

CPE, une évaluation qui doit restée centrée sur le cœur des missions

Pour les CPE, le rendez-vous de carrière comprend « une inspection en situation professionnelle », deux entretiens, l’un avec l’inspecteur qui a conduit l’inspection et l’autre avec le chef d’établissement. Pour le SNES-FSU, situation professionnelle ne peut rimer pas avec observation d’une séquence éducative devant élèves à l’instar de l’inspection en classe d’un enseignant. Elle serait trop restrictive voire artificielle, pour rendre compte de la variété et de la richesse du travail éducatif. Autre difficulté, la place du chef d’établissement lors de l’inspection. Le guide mentionne la possibilité pour celui-ci, d’assister à l’inspection en classe. Si « l’inspection en classe » semble concerner l’enseignant, rien n’interdit de penser qu’il pourra en être de même pour les CPE. Malgré la demande du SNES-FSU de ne pas la retenir, cette possibilité a été maintenue dans le guide et risque d’inciter les chefs d’établissement à y assister. La nécessaire collaboration entre les deux évaluateurs pour le renseignement des items communs ne doit pas être, un prétexte de plus pour inciter le chef d’établissement à assister à l’inspection.
Le nouveau dispositif doit poser une expertise du métier donnant tout son rôle à l’IPR, en permettant un regard sur le cœur de la pratique professionnelle qui sorte le CPE du tête-à-tête avec le chef d’établissement. La nécessité d’une inspection spécifique issue du corps en retrrouve une actualité d’autant plus urgente. Elle serait, par la construction progressive d’une réelle expertise du métier, à même de protéger les CPE des dérives toujours possibles du management local.

Le SNES aux côtés des CPE

Si vous avez été informé, via votre messagerie professionnelle et I.PROF, de la programmation d’un rendez-vous de carrière pour 2017, n’hésitez à nous contacter pour toute aide et conseils. Le SNES-FSU est dès maintenant vigilant aux côtés de la profession quant aux modalités d’application et au respect des attendus du métier.
Les enjeux de la période qui s’ouvre sont essentiels pour transformer en profondeur une évaluation professionnelle encore trop caricaturale, redonner aux corps d’inspection leur fonction de conseil et manifester concrètement aux collègues la confiance de l’institution. Le SNES-FSU y prendra toute sa place dans les mois à venir.

Voir également : Le Portail des promotions et de l’évaluation

Autres articles de la rubrique Actualités