Année 2016-2017

Réforme du lycée : encore pire ? (Nice)

Après de longs mois de promesses et de reculades, le ministère a choisi de mener son bilan de la réforme du lycée. Les axes choisis par le ministère "évaluation et certification", "parcours, orientation, et égalité des chances", préparation de "l’après-lycée","démocratie, autonomie des établissements et vie lycéenne" prennent le soin de ne pas remettre en cause les principes de la réforme Chatel : autonomie
des établissements, promotion du conseil pédagogique, organisation locale du baccalauréat, accompagnement personnalisé, stages de remédiation,
tutorat.

Le dispositif envisagé par le ministère sera complété par un questionnaire aux lycéens ressemblant à une enquête de satisfaction. Des pans entiers du bilan de la réforme sont cependant évacués d’office : rien sur les programmes et très peu de choses sur les conditions de travail !

Les organisations syndicales sont invitées à s’exprimer uniquement sur les adaptations « nécessaires » de la réforme. À cela s’ajouterait une adaptation individuelle des parcours scolaires, dans le droit fil du récent texte sur le redoublement après l’échec au Bac avec la conservation des notes.

Si besoin était de le démontrer : les projets du gouvernement et de sa Ministre s’inscrivent donc dans les pas de leurs prédécesseurs, destructurants pour les élèves et destructeurs pour nos conditions de travail. Pire encore, au lendemain de la publication le 29 septembre 2015 par la Cour des comptes d’un rapport sur le lycée, "trop cher", "inefficace" et "peu efficient", rapport fondé sur un panel de 21 lycées
en France, la Ministre avait énuméré, à l’envi, les exemples d’économies réalisées grâce aux réformes précedentes en se félicitant, par exemple, de l’évolution à la baisse du H/E de 1,39 en 2008-2009 à 1,30 à 2014-2015. Pour elle, le bilan de la réforme du lycée doit s’inscrire dans les recommandations de la Cour des comptes.

Face à ce déni de démocratie et de prise en compte de la parole des personnels à travers leurs organisa tions syndicales, l’intersyndicale du second degré (SNES-FSU, SNUEP-FSU, SNEP-FSU, SNFOLC, SNETAA-FO, SFSDPEP-FO, CGT, CGT de l’enseignement privé, SNALC, SNCL, SIES, CFE-CGC, SUNDEP-Solidaires et SUD) a présenté lors de la 1ère réunion du 9 décembre une déclaration commune montrant la cohérence entre la réforme Chatel du lycée et la réforme du collège.
Une raison de plus de se mobiliser le 26 janvier.

Fabienne Langoureau

Autres articles de la rubrique Année 2016-2017