Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Diego Lerman (Argentine-Colombie-France-Pologne-Allemagne)

"Refugiado" Sortie en salles le 13 mai 2015

Laura, une jeune femme d’une trentaine d’années est retrouvée inanimée chez elle, dans son appartement de Buenos Aires. Enceinte, soupçonnée par son mari d’avoir eu une liaison avec son patron, violemment battue, elle est recueillie avec Mathias, son fils de 7ans dans un établissement d’accueil. Pendant qu’elle se remet du traumatisme, son garçonnet qui semble étranger aux problèmes au centre desquels il se trouve, découvre en compagnie d’Ana une gamine pas mieux lotie que lui, le monde des adultes perdus dans leurs questionnements et dans leurs souffrances. culture/cinéma

Très jeune, Diego Lerman a été un "fugitif". Contrairement à Mathias il n’a pas fui la violence d’un père, mais celle d’une dictature militaire. Avec ses parents, il a dû trouver refuge dans de nombreux endroits différents dont El Tigre, le lieu où vont la mère et le fils dans le film et se plier à la nécessité impérative de se cacher sans saisir vraiment la réalité du danger auquel échapper.

La violence conjugale est structurellement ancrée eu sein de la société argentine où elle touche toutes les couches de la société. L’Etat commence à prendre le problème en considération non seulement quand il s’agit du suivi des victimes mais aussi pour éveiller les consciences, faire de la prévention et sanctionner les actes répréhensibles. Mais, face à l’ampleur du phénomène, les mesures restent à ce jour encore bien infimes.

Le film de Diego Lerman suit la mère et le fils dans leur fuite et leurs déambulations. Pour échapper au père qui veut récupérer sa famille et qui s’est lancé à sa poursuite, ils vont faire l’expérience d’un séjour dans un centre d’accueil pour femmes battues et dans ces hôtels où on exploite sans vergogne le désarroi des plus démunis. Chacune des expériences difficiles, mais sans cesse sauvée par la force de l’amour qui unit la mère et le fils, va aiguiser le regard de l’enfant, l’amener à y voir plus clair dans la situation conflictuelle qui oppose ses parents. Lorsque, séduit au téléphone par le discours réparateur de son père, il cède à la tentation de recoller les morceaux d’une vie de famille en miettes et commet l’erreur de livrer le lieu de la cachette du moment, il prend, à la lumière du long temps d’observation qui suit, la mesure de l’état irrémédiable des choses.

Le film de Diego Lerman est vu à travers le regard d’un enfant de sept ans, un regard pur mais assez acéré pour trouver dans les comportements des adultes, les éléments qui l’amèneront à avoir sa propre vision des choses et à prendre, le moment venu, la décision que sa mère hésitait à prendre.

Diego Lerman sait saisir, dans le regard d’un enfant, le reflet de ce qu’il voit et de ce qu’il y a à retenir dans ce qu’il voit. Le jeune comédien qui interprète Mathias relaie merveilleusement cette démarche. Derrière un voile d’innocence qui filtre le regard de l’enfant, s’impose à chaque fois, une autre lecture des choses qui lui permettra, à la lumière de nouveaux événements ou d’un simple comportement, de se faire une idée assez juste du monde des adultes pour pouvoir y accéder au moment où la situation l’y contraint.

"Refugiado" est un film sur la violence conjugale du point de vue d’un enfant qui va attendre, pour entrer dans l’histoire de ses parents en conflit, d’avoir la vision la plus fine, la plus objective possible de la situation.
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Zibilla ou la vie zébrée »
    Zibilla est une jeune zèbre qui a été adoptée par des parents chevaux. Dans l’école où elle va et où tous les élèves sont des enfants chevaux, ses rayures sont sujet à de constantes moqueries. Si bien... Lire la suite (12 novembre)
  • « J’aimerais qu’il reste quelque chose »
    « J’aimerais qu’il reste quelque chose », c’est la phrase que prononce une donatrice sans descendant qui vient déposer des documents personnels relatifs à la Shoah dont elle est en possession et qui n’a... Lire la suite (12 novembre)
  • « Le bel été »
    Amed, Mohamed et Wally, réfugiés de Guinée et du Mali ont été recueillis par Robert, Simon et Sophie dans leur maison du bord de la Manche, siège de l’association « des lits solidaires » Ils vont... Lire la suite (11 novembre)
  • « Rendre la justice »
    En France, l’appareil juridique apparaît le plus souvent comme une machine infernale, opaque, mystérieuse, impersonnelle à laquelle il vaut mieux ne pas avoir à faire, qu’il vaut mieux ne pas... Lire la suite (9 novembre)
  • « Noura rêve »
    Jamel a été condamné à une peine de prison ferme pour différents vols, escroqueries et récidives et Noura a demandé le divorce d’autant plus déterminée à retrouver sa liberté qu’entre temps elle a... Lire la suite (9 novembre)