Année 2016-2017

Rentrée 2016 dans les Pyrénées Orientales : Ras-le-bol ! (Montpellier)

Dans notre département, la situation est loin du tableau idyllique présenté par notre ministre à l’opinion publique. En effet, les motifs de mécontentement sont toujours plus nombreux :

• La mise en place forcée de la réforme du collège, toujours contestée par la majorité des enseignants, qui confirme tout le mal que nous pensons d’elle.

• L’absence de bilan de la réforme du lycée et l’annonce par le Président de la République, sans aucune concertation, d’une nouvelle réforme inspirée de celle, si décriée, du collège …

• Des effectifs toujours plus chargés en collège comme en lycée, où de nombreuses divisions dépassent déjà les 35 élèves. Plusieurs établissements du département ont obtenu dès juillet des moyens supplémentaires pour faire face à cette hausse des effectifs. Un effort largement insuffisant …

• Des conditions de travail de plus en plus dégradées pour les personnels sans revalorisation de nos salaires et de nos carrières.

Le malaise enseignant est donc profond. Les inquiétudes sont nombreuses sur le terrain : Comment mettre en place d’un seul coup les nouveaux programmes imposés de la 6e à la 3e ? Comment préparer nos élèves au nouveau DNB ? Où en sommes-nous des dotations numériques et des nouveaux manuels scolaires ? Comment gérer les flux en lycée avec la quasi disparition du redoublement ? Comment gérer les élèves collés au bac qui souhaitent conserver certaines notes ? Comment reconstruire la mixité sociale notamment dans les collèges de Perpignan ? Comment faire face aux missions toujours plus nombreuses des vies scolaires dans le contexte sécuritaire ? Comment rendre à nouveau attractif le métier d’enseignant de plus en plus boudé par les étudiants ? Comment redonner du sens à nos missions ?

La journée nationale de grève du 8 septembre dernier a été l’occasion d’exprimer notre ras-le-bol. Cette action se justifiait pleinement et a permis de mettre un coup de projecteur sur nos difficultés de terrain et de casser le mythe de la « rentrée parfaite ». Nous avons été reçus par l’Inspecteur d’Académie et nous avons pu lui faire part de notre profond mécontentement.

La lutte doit se poursuivre : nous devons imposer l’Éducation comme un sujet majeur de la campagne électorale qui s’ouvre.

Marc MOLINER

Autres articles de la rubrique Année 2016-2017