L’action

Rentrée 2019 L’épreuve de la réalité

Effectifs dans les classes, refus d’être PP, organisation ahurissante des enseignements en lycée, manque de moyens en vie scolaire, la rentrée est loin d’être réussie comme le vante le Ministre de l’Education nationale. Ci-dessous, un état des lieux mis à jour régulièrement.

Démission des professeurs principaux – une action visible à la rentrée

Initié l’an dernier pour dénoncer la charge de travail et le dévoiement des missions de professeur principal, notamment dans le cadre de la mise en place de la réforme du lycée, ce mouvement reprend une certaine visibilité en cette rentrée 2019. De nombreuses classes n’ont, à l’heure actuelle, pas de professeur principal. Ainsi, dans un certain nombre de lycées, des professeurs ont refusé d’être professeur principal ou ont démissionné de leurs fonctions, par exemple dans les académies de Toulouse, Paris, Créteil, Versailles, Montpellier, Nancy-Metz, Reims, Lille.. Une preuve de plus que les réformes qui attaquent le cœur de nos métiers ne passent pas auprès des collègues qui restent mobilisés.

Rappel : cette mission n’est pas une obligation de service : le décret n°93-55 du 15 janvier 1993 (art. 3-2) sur l’ISOE le précisait déjà, et la circulaire d’octobre de 2018 le rappelle : « au sein des équipes pédagogiques, les professeurs principaux sont désignés par le chef d’établissement, (...) avec l’accord des intéressés »
En cas de pressions pour assurer cette mission et/ou l’accueil des élèves lundi et mardi, rapprochez-vous de votre section académique.

Pour informer les parents des raisons de cette action, tracts et argumentaire sont disponibles ici.
Faites remonter le bilan de rentrée de votre établissement à votre section académique.

Au 3/09, quelques exemples de mobilisations dans les académies (le détail auprès des sections académiques)
Académie de Caen :
- au lycée Malherbe (Caen), 54 professeurs ont refusé d’être professeur principal, le jour de l’accueil des élèves les professeurs mobilisés ont distribué un tract devant leur établissement pour expliquer les raisons de leur mobilisation, les classes de 2de sans professeur principal ont été accueillies par les personnels de direction.
- Au lycée J.Rostand (Caen), 14 classes étaient sans professeur principal à la rentrée, les personnels ont distribué une lettre aux familles
Académie de Rouen :
- lycée Jacques Prévert (Pont-Audemer) : un peu plus de quarante collègues avaient signé un refus collectif d’être professeur principal en fin d’année, si bien que 7 classes étaient sans professeur principal à la rentrée.
Au lycée Blaise Pascal (Rouen), aucun professeur n’était volontaire pour accueillir les classes de 1ère et terminale.
Des collègues ont aussi été touchés, par exemple, le collège Pierre-Mendès France à Lillebonne
Académie de Paris :
dans les lycées H.Boucher, Buffon, Louis le Grand, Claude Monet, Balzac, Turgot, de nombreux professeurs ont refusé la mission de professeurs principal. Les élèves ont parfois été accueillis collectivement par l’équipe et non un professeur en particulier
Académie de Rennes :
lycée Descartes (Rennes), dans la suite des actions menées l’an dernier, 30 postes de professeurs principaux n’ont pas été attribués à la rentrée. Un courrier sera distribué aux parents dans la semaine pour expliquer les raisons de la mobilisation (démantèlement actuel du service public d’orientation, refus de se substituer aux PsyEN etc)
Académie de Toulouse  :
une dizaine d’établissements, essentiellement en lycée, où 25 à 33% des classes sont sans professeur principal
Académie de Versailles :
- lycée Auguste Renoir (Asnières), tous les professeurs principaux ont démissionné de leur fonction et l’accueil des élèves a été assuré par la direction

A suivre, des informations sur les effectifs dans les classes, le casse-tête du lycée Blanquer, etc.

Les documents de rentrée du SNES-FSU : ici

Autres articles de la rubrique L’action