Année 2016-2017

Rentrée des lycées : cette année, ce sera à guichets fermés, voire au-delà... (Grenoble)

Les effectifs sont globalement en augmentation, ils croissent en seconde cette année encore.

La conséquence est une normalisation des classes de 35 élèves, ce qui n’est pas acceptable ni digne d’un pays aussi riche que le nôtre.

Au prétexte de l’autonomie des établissements, certains fonctionnent avec des classes à 24 élèves sans heures à effectifs réduits (hormis parfois les enseignements de sciences). Si l’idée peut être séduisante au premier abord, la dérive guette : des collègues ont eu la surprise de se retrouver avec des classes à 25 ou 26 élèves. Il ne faut pas beaucoup d’imagination pour envisager bientôt des classes à 30 non dédoublées...

Conséquence du nouveau décret sur l’orientation que nous avons dénoncé, le redoublement en seconde devient marginal et les effectifs dans la filière STMG (et parfois en STI2D) sont en forte augmentation (+30 % dans certains établissement). L’hétérogénéité et parfois la faible motivation de ces élèves accroissent considérablement les difficultés d’exercice.

Autre conséquence de ce décret, les établissements ont dû créer en urgence de nouvelles classes en fin d’année et donc après les mutations. Ils ont donc dû faire absorber ce surcroît de travail en heures supplémentaires ou bien créer des blocs de moyens provisoires difficiles à attribuer à de désormais bien rares titulaires remplaçants. Le recours aux professeurs contractuels atteint des niveaux sans précédent en cette rentrée.

Priorité à la jeunesse avait déclaré le Président… cela aurait dû commencer par anticiper cette croissance démographique constatée depuis 15 ans. En attendant, ce sont les personnels et les élèves qui en pâtissent...

Olivier Moine

Autres articles de la rubrique Année 2016-2017