Actualité théâtrale

Théâtre Paris-Villette jusqu’au 16 avril 2016

"Réparer le vivants" d’après le roman de Maylis de Kerandal Version scénique et mise en scène Sylvain Maurice.

De retour d’une session de surf au petit matin, le van qui ramène trois jeunes hommes sportifs percute un pilier sur la route du Havre. Simon, dix-neuf ans dont la tête a violemment heurté le pare-brise est déclaré en état de mort cérébrale à son arrivée à l’hôpital.

Alors qu’il est maintenu en vie artificiellement, ses parents n’ont que quelques heures pour décider s’ils autorisent les services compétents à opérer un prélèvement d’organes.

Après l’accord donné, le récit suit le parcours du cœur de Vincent depuis l’incision du corps jusqu’à la transplantation dans celui de Claire, une cinquantenaire qui vivait en sursis.

Théâtre : Réparer les vivants

Le roman éponyme de Maylis de Kerandal (dont le titre s’inspire d’une phrase de Tchekov dans "Platonov " : "Enterrer les morts, réparer les vivants") et qui, depuis sa parution en 2014, après avoir bouleversé de très nombreux lecteurs, a été adapté pour la scène par Sylvain Maurice, directeur du théâtre de Sartrouville.

Le découpage du texte original est d’une grande virtuosité.

Il restitue la langue magnifique de l’auteur, la narration haletante et ce que l’œuvre contient de références précises sur le plan scientifique et médical.

Il dessine avec très peu d’éléments et en quelques mots, le portrait de chacun des intervenants du récit depuis celui de Revol, médecin du service de réanimation chargé d’annoncer aux parents la mort de leur fils, de Thomas Rémige infirmier coordonnateur dont le rôle est de les convaincre avec tact et pudeur de prendre la décision, du grand patron Halfand spécialiste de la transplantation cardiaque en passant par Marianne et Sean, le père et la mère partagés entre révolte, chagrin et culpabilité.

Sylvain Maurice n’a pas procédé à ce qu’on appelle traditionnellement l’adaptation d’une œuvre romanesque pour le théâtre. Il a opéré une réduction du texte dans laquelle il met en exergue les dialogues sans abolir le récit.

Il joue sur la polyphonie du roman et confie à son interprète, Vincent Dissez, la mission non pas d’incarner les personnages, mais de servir la force du récit, de jouer plusieurs voix pour restituer à cette sorte d’odyssée moderne où se raconte un mythe contemporain, un souffle à la fois pudique et pétri d’émotion dont un humour passager n’est pas exclu.

La mise en scène de Sylvain Maurice prend le relais d’une écriture qui sonne juste et ce parfait équilibre révèle à la fois une technique médicale dans un mouvement presque documentaire et l’intime autour du drame.

Une belle réussite qui doit au beau travail de montage de Sylvain Maurice, à l’interprétation tout en nuances et rupture de Vincent Dissez, sans oublier en arrière-plan le jeu sur les lumières et la prestation musicale de Joachim Letarjet.

Francis Dubois

Théâtre Paris-Villette 211 avenue Jean-Jaurès 75019 Paris

Réservations au 01 40 03 72 23 - www.theatre-paris-villette.fr

Cette saison, le spectacle sera donné du 27 au 29 avril à La Comédie de Bérhune-CDN Nord Pas de Calais.

Il sera au programme du Théâtre de la Ville–Abbesses en 2017

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Providence »
    Lorsque les tours jumelles se sont effondrées le 11 septembre 2001 à New-York, il y a eu des milliers de morts, mais aussi plusieurs dizaines de disparus dont on n’a jamais retrouvé nulle trace. On... Lire la suite (13 avril)
  • « Suzanne »
    Paul se marie avec Louise, sous le bruit de la canonnade, à la veille de partir à la guerre en 1914. En 1915 il déserte, revient chez lui et, avec l’aide de Louise, se travestit en femme pour... Lire la suite (11 avril)
  • « Qui suis-je ? »
    Vincent est en Troisième. Il a quatorze ans et demi, se trouve un physique d’endive, est intelligent et bon élève, mais nul en sport, ce qui lui vaut les sarcasmes du prof de gym et des autres... Lire la suite (8 avril)
  • « Madame Marguerite »
    Curieuse institutrice que cette Madame Marguerite, qui insiste sur son nom, l’écrit au tableau tout comme un certain nombre de sentences sur la vie, la mort, le sexe pour qu’elles s’inscrivent dans... Lire la suite (6 avril)
  • « Tous mes rêves partent de Gare d’Austerlitz »
    Dans une Maison d’arrêt de femmes, des prisonnières se retrouvent à la bibliothèque. Elles y évoquent leur quotidien, leur travail, leurs amours, leur enfance ou leurs rêves. Le soir de Noël elles ont... Lire la suite (4 avril)