La défense des droits humains

Répression : relaxe pour Olivier !

Olivier Sillam, militant du SNES et de la FSU connu pour son engagement en faveur des droits humains et contre l’extrême droite, était convoqué le jeudi 19 décembre au tribunal de Nice. Son procès a pour l’instant été renvoyé.

On lui reproche un prétendu outrage qui lui a valu une interpellation plus que musclée lors de la manifestation du 9 mai 2019 en défense de la Fonction publique. La vacuité des charges retenues contre Olivier suggère qu’il a été pris pour cible en raison de ses engagements.

Ardent militant internationaliste et pacifiste, engagé dans la défense des migrants de la vallée de la Roya, il n’a eu de cesse de dénoncer les entraves à la liberté de manifester.
Et de condamner fermement les violences policières qui ont émaillé – à Nice comme ailleurs – les mobilisations des Gilets jaunes et qui ont trouvé leur point d’orgue, le 23 mars dernier, dans le triste sort réservé à la militante altermondialiste Geneviève Legay.
Ils ne réussiront pas à nous faire taire.

Le SNES-FSU dénonce l’acharnement policier dont est victime Olivier Sillam et qui cherche bel et bien à briser sa combativité. Il demande sa relaxe et l’arrêt de toutes les poursuites à son encontre. Il somme enfin le gouvernement, garant de l’ordre public, à faire respecter le droit de manifester.

Aurélia Sarrasin

Autres articles de la rubrique La défense des droits humains