Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Benoît Forgeard (France)

"Réussir sa vie" Sortie en salles le 4 avril 2012

Un réalisateur intello a du mal à achever son film même s’il se trouve génial et si sa "bruiteuse", en fidèle collaboratrice, fait preuve de beaucoup d’imagination.

Alors qu’il s’interroge sur la poursuite de son œuvre, il se remémore les personnages de ses films précédents : une jeune femme qui doit payer dans des délais brefs une facture de téléphone exorbitante, un jeune stagiaire assistant d’un démarcheur en équipement d’alarme qui fuit un travail inintéressant et se retrouve dans la maison d’Alain Souchon qui le prend sous son aile protectrice, une étudiante qui, à la suite d’un bug, vient de perdre le travail de deux années de recherches sur Baudelaire.

Avec un film intitulé " Réussir sa vie" , Benoît Forgeard contourne la difficulté que connaissent les courts métrages à accéder aux programmations en salles.

Renouant avec le film à sketch, il y regroupe les trois réalisations qui constituent l’essentiel de sa filmographie à ce jour et qui sont chacune de purs joyaux. Des courts dont il aurait été dommage de priver le public.

Dans " La course nue" , une jeune femme prise à la gorge par une facture exorbitante accepte le marché que lui propose la société de téléphone au moment du lancement d’un nouveau produit, faire une course dans le plus simple appareil au stade de France, devant quinze mille téléspectateurs.

Dans "Belle île en Mer" , un stagiaire, las d’apprendre à fourguer à des riches propriétaires de l’île des dispositifs anti-cambriolages, après avoir fui, se retrouve dans la villa d’Alain Souchon qui l’encourage à composer des chansons. Mais pour que l’apprenti chanteur soit à la hauteur de son projet et pour donner de l’émotion à ses mélodies, il lui faut passer par un chagrin d’amour.

Dans le troisième film, " L’antivirus" , une jeune étudiante qui, à la suite d’une fausse manœuvre sur son ordinateur, vient de perdre son travail de deux années de recherche, voit apparaître, puis s’installer chez elle, un spécialiste censé venir à bout du virus à l’origine de la perte du document. Mais cet "antivirus" est-il vraiment un spécialiste ?

Pour faire le lien entre ses trois films, Benoît Forgeard en personne, flanqué de sa comédienne fétiche Anne Steffens, a imaginé des situations irrésistibles autour d’un cinéaste empêtré dans ses difficultés à réaliser un film avec trois bouts de ficelle, mais qui ne manque ni de verve, ni d’optimisme.

L’occasion d’assister à la naissance d’un cinéaste bourré de talent.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Le déserteur »
    Quelque part dans le monde où la guerre fait rage. Philippe, un homme fasciné par le personnage et l’univers des films de Charlie Chaplin a fui Montréal pour un Ouest américain aussi sauvage... Lire la suite (22 août)
  • « Haut perchés »
    Une femme et quatre hommes qui se connaissent à peine se retrouvent dans un appartement au dernier étage d’un immeuble qui surplombe Paris. Ils ont en commun d’avoir tous été victimes d’un même... Lire la suite (20 août)
  • « Reza »
    Reza et Fati ont pris la décision de divorcer. La vie commune a fini par lasser Fati et Reza s’est résigné au choix de son épouse tout en caressant l’idée qu’elle reviendrait un jour ou l’autre sur une... Lire la suite (20 août)
  • « Roubaix, une lumière »
    A Roubaix, une nuit de noël. Pour le commissaire Daoud qui sillonne la ville où il a grandi, c’est la routine, voitures brûlées, altercations... Dans son service, vient d’arriver Louis Coterelle,... Lire la suite (19 août)
  • « Nuits magiques »
    Lorsqu’un producteur de films de renom est retrouvé mort au fond du Tibre, les premiers à être soupçonnés du meurtre sont les trois apprentis scénaristes qu’il avait rencontrés au cours d’un dîner et qui... Lire la suite (15 août)