Communiqués

Revalorisation au rabais

REVALORISATION AU RABAIS

Le ministre vient de faire des annonces sur la revalorisation des enseignants et des CPE. Ces annonces ne semblent pas nouvelles et semblent être celles déjà rendues publiques il y a plusieurs mois. Elles restent dans une logique qui ne répond pas à l’engagement de Nicolas Sarkozy, à la veille de son élection et renouvelé après son élection. En effet cet engagement d’une revalorisation du métier d’enseignant concernait une revalorisation de l’ensemble des personnels, ce qui n’est pas le cas des annonces du ministre.

Ces annonces n’ouvrent aucune perspective de revalorisation d’ensemble des personnels d’enseignement d’éducation et d’orientation du second degré. Elles ne donnent pas de détail sur le montant précis des mesures et font craindre que ces mesures soient en retrait, suites aux arbitrages budgétaires de l’Elysée, par rapport à celles déjà rendues publiques.

Le montant de la revalorisation des nouveaux recrutés apparaît très limité au regard de l’élévation du niveau de recrutement et n’aura d’effet que sur les 5 à 6 premières années de la carrière, les rémunérations étant ensuite identiques à celles qui existent aujourd’hui. Ainsi le montant de la revalorisation des recrutés au niveau du master s’élèvera au mieux à 30 euros par mois en moyenne sur l’ensemble de la carrière.

Le SNES continue de réclamer une revalorisation qui fasse l’objet d’un plan pluriannuel discuté et arrêté dès cette année.

Le SNES rappelle qu’il n’y a jamais eu sur ce dossier de réelles négociations avec le Ministère dans la mesure où toutes les réunions n’ont été que des réunions de présentation des projets.

Ce plan doit avoir pour objectif la revalorisation des conditions de travail et de rémunération de l’ensemble des personnels d’enseignement, d’éducation et d’orientation. C’est sur ces bases que le SNES se rendra demain à la réunion au ministère.

Les actions menées depuis plusieurs mois dans le second degré, en particulier en mars, doivent faire comprendre au ministre qu’il ne peut continuer à limiter ses propositions à celles déjà annoncées, propositions qui avaient alors été jugées provocatrices par l’ensemble des organisation syndicales représentatives dans le second degré.

Autres articles de la rubrique Communiqués

  • Retraites : annonces du gouvernement
    La colère des professionnels de l’éducation Le discours d’Édouard Philippe soulève dans la profession une vague de colère qui ne peut que renforcer la détermination des personnels contre le projet de... Lire la suite (11 décembre)
  • Mardi 10 décembre 2019
    La grève de ce mardi continue d’être majoritaire : 62 % des personnels d’enseignement, d’éducation, d’orientation et AESH sont en grève aujourd’hui. Deux grèves majoritaires en moins de huit jours : c’est... Lire la suite (10 décembre)
  • 5 décembre 2019 : une grève historique
    75% des personnels d’enseignement, d’éducation et d’orientation, AESH, sont en grève aujourd’hui. Même s’il reste fidèle à la manipulation habituelle des chiffres, le ministère de l’éducation nationale est... Lire la suite (5 décembre)
  • Postes aux concours de l’enseignement
    Le nombre de postes ouverts aux concours de l’enseignement a été publié vendredi dernier au Journal officiel. Il est identique à celui de la session 2019 (l’augmentation n’est due qu’à la création du... Lire la suite (3 décembre)
  • Bac : rien n’est prêt
    Le Ministère vient d’annoncer le report de l’ouverture de la Banque Nationale de sujets des premières épreuves du nouveau bac (les E3C) du 2 au 9 décembre. Pourtant, le 15 novembre, interrogé sur... Lire la suite (29 novembre)

Mots-clés