Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Sandra Werneck (Brésil)

"Rêves volés" Sortie en salles le 25 mai 2011

Jessica, Daiane et Sabrina sont de très jeunes filles. Elles vivent dans une favela de la périphérie de Rio de Janeiro. Elles sont livrées à elles-mêmes et déjà très éprouvées par des disfonctionnements familiaux, des difficultés économiques et les tentations de leur âge.
La plus jeune chaparde des shampoings quand ses cheveux ont besoin d’un lavage. Une autre est déjà mère à dix sept ans, balançant sans cesse entre l’amour maternel qui ne lui est pas un sentiment étranger et la liberté dont sa nature libre a besoin. La troisième, à la recherche du grand amour croit l’avoir trouvé en la personne d’un voyou qui l’héberge dans un appartement comme elle n’en a jamais connu.
Mais en dépit de l’assurance qu’elles affichent, leur désarroi est profond et, pour survivre, elles se prostituent occasionnellement et bientôt prennent goût à l’argent facile.
Leur appétit de vivre, leur sens de l’humour et leur bonne humeur seront très vite mis à rude épreuve par d’autres difficultés qui surviennent ou qu’elles voient se profiler. Le grand père de Jessica est malade, et le père et la grand mère de son enfant, qui sont de fervents évangélistes, veulent, au nom de la morale, l’empêcher de voir le bébé.
Daiane, qui doit repousser les avances incessantes du compagnon de sa mère, finit par accepter des rendez-vous avec lui, contre rétribution. Et quand elle en a besoin, elle trouve du réconfort auprès de Dolores, la propriétaire d’un salon de coiffure qui a su lire, dans le chapardage dont elle s’était rendue coupable, les signes d’une grande détresse.
Sabrina, quand elle annonce sa grossesse à son compagnon, est congédiée sans égards avec, pour seule compensation, de quoi payer l’avortement.
Il faut leur immense goût de la vie pour sortir de ces impasses et toute la chaleur de l’amitié, qu’elles se portent…
Sandra Werneck dresse, en s’appuyant sur leur indestructible vitalité, le portait attachant de trois adolescentes engagées dans un dédale de circonstances négatives et qui, confusément, à l’instinct, luttent de toutes leur force contre la fatalité de leur condition.
Chaque portrait sonne juste et les situations, quelle que soit leur teneur dramatique, échappent à l’épanchement et au larmoiement. Aucune des trois ne pourra lutter contre la fatalité mais elles ont compris à travers les difficultés, qu’elle pourront au moins, limiter les dégâts et faire un pas ou deux dans le bon sens.
"Rêves volés" peut être regardé comme un récit très sombre, la peinture d’une jeunesse sacrifiée mais il peut aussi l’être comme une belle leçon de vie, comme le portrait de trois énergies inébranlables.
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Le déserteur »
    Quelque part dans le monde où la guerre fait rage. Philippe, un homme fasciné par le personnage et l’univers des films de Charlie Chaplin a fui Montréal pour un Ouest américain aussi sauvage... Lire la suite (22 août)
  • « Haut perchés »
    Une femme et quatre hommes qui se connaissent à peine se retrouvent dans un appartement au dernier étage d’un immeuble qui surplombe Paris. Ils ont en commun d’avoir tous été victimes d’un même... Lire la suite (20 août)
  • « Reza »
    Reza et Fati ont pris la décision de divorcer. La vie commune a fini par lasser Fati et Reza s’est résigné au choix de son épouse tout en caressant l’idée qu’elle reviendrait un jour ou l’autre sur une... Lire la suite (20 août)
  • « Roubaix, une lumière »
    A Roubaix, une nuit de noël. Pour le commissaire Daoud qui sillonne la ville où il a grandi, c’est la routine, voitures brûlées, altercations... Dans son service, vient d’arriver Louis Coterelle,... Lire la suite (19 août)
  • « Nuits magiques »
    Lorsqu’un producteur de films de renom est retrouvé mort au fond du Tibre, les premiers à être soupçonnés du meurtre sont les trois apprentis scénaristes qu’il avait rencontrés au cours d’un dîner et qui... Lire la suite (15 août)