Actualité théâtrale

Au Théâtre Mouffetard, jusqu’au 9 janvier 2010

"Rêves" Un texte de Wajdi Mouawad. Mise en scène Igor Mendjisky

Wajdi Mouawab a connu la consécration au dernier Festival d’Avignon en présentant, dans ses propres mises en scène, une trilogie regroupant celles de ses œuvres les plus représentatives de son inspiration et de son écriture singulières.
Né au Liban, canadien d’adoption, il s’installe finalement en France où il vit maintenant depuis une dizaine d’années . Il s’y fait connaître notamment au Théâtre 71 de Malakoff, et devient très vite un auteur apprécié du public et reconnu par la critique qui voit en lui un des auteurs majeurs de sa génération.
L’écriture de Wajdi Mouawab est marquée par la poésie. C’est par elle qu’il parle des souffrances, des blessures du monde, conséquences de nos agissements inconscients et cruels. La poésie accompagne son propos. Elle exprime, dénonce en même temps qu’elle ouvre sur l’espérance d’un avenir apaisé. Wajdi Mouawab parvient dans ses textes à faire se juxtaposer la fresque et l’intime, et de cette façon à solliciter à la fois le simple regard et l’émotion du spectateur.
"Rêves", sa pièce qui se donne actuellement au Théâtre Mouffetard et que met en scène Igor Mendjisky est d’une autre veine. Un jeune homme pénètre un soir dans une chambre d’hôtel. La femme qui tient l’établissement est une femme seule dont le bavardage incessant et répétitif cache mal les fêlures de la vie. Lui est là pour mettre sur le papier les premières ébauches de son prochain roman. Son idée de départ est mince, réduite à une image. C’est alors qu’apparaissent, venant à la rescousse de son imagination défaillante, des personnages qui se proposent pour remplir les espaces vides de son imaginaire en panne. Ils envahissent la chambre pour assister chacun et dans des domaines narratifs différents l’écrivain face à la page blanche.
Quotidien ordinaire et lyrisme se côtoient pour aborder ici le problème de la création littéraire en fouillant dans l’intimité du mécanisme secret de l’écriture, dans les fluctuations et dans les choix qui se posent au moment de construire.

Rêves © Bernard Palazon

Les textes de Wajdi Mouawab sont tellement personnels que le risque de les trahir est permanent. La mise en scène ici est sans effets. La partition de chacun des personnages lui donne son souffle son rythme, et les ruptures de ton permettent de garder sur le sujet, sa part de mystère légitime…
Francis Dubois

Théâtre Mouffetard
73 rue Mouffetard 75 005 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 43 31 11 99

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Dans les forêts de Sibérie »
    Après avoir voyagé à vélo autour du monde, puis marché à travers l’Himalaya, chevauché dans les steppes d’Asie Centrale, l’écrivain voyageur Sylvain Tesson s’est décidé à choisir l’immobilité en... Lire la suite (16 octobre)
  • « Jungle book »
    Tout enfant s’est un jour entendu raconter l’histoire de Mowgli, ce petit d’homme adopté par un couple de loups, dont Rudyard Kipling a fait une ode à la tolérance. Dans la jungle Akela, le père loup,... Lire la suite (15 octobre)
  • « Sabordage »
    O Après Blockbuster, où elle dénonçait les effets de la cupidité globalisée, portée par un système ultralibéral faisant passer le profit avant toute autre considération, l’inventive troupe liégeoise Le... Lire la suite (13 octobre)
  • Des reprises à signaler
    Voici 3 spectacles que nous avons chroniqués et qui sont repris cette automne. Pour ceux qui les auraient loupés ou qui voudraient les revoir ! « Jeanne Plante est chafouin » les lundis à 20h30... Lire la suite (12 octobre)
  • « Les causeries d’Emma la Clown »
    Il y a maintenant vingt ans que Meriem Menant a crée son personnage d’Emma la clown avec sa chemise de flic bleu clair et sa cravate, sa jupe plissée qui pendouille et ses chaussettes qui godillent,... Lire la suite (11 octobre)