Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Mathias Gokalp (France)

"Rien de personnel" Sortie en salles le 16 septembre

Pour fêter l’arrivée sur le marché d’un nouveau produit, la Société pharmaceutique Muller organise une réception. Tout le personnel se trouve réuni dans une ambiance conviviale jusqu’au moment où l’on découvre qu’il s’agit d’un exercice de coaching pour les cadres de l’entreprise. Dès lors, avec la rumeur qui court selon laquelle la société serait prochainement rachetée, chacun se replie sur la seule idée de sauver sa place…
Dès la première image du film, la comédie est ouverte : un homme, Bruno Gouffe (JP Darroussin) installé dans les toilettes finit de s’habiller comme on fait avant de rentrer en scène. Il répète son personnage devant le miroir comme le ferait un comédien. On saura plus tard qu’il vient de quitter son costume de cadre pour la défroque du pauvre type, rôle pour lequel il se prépare. Sa partenaire au cours de l’exercice frontal est une jeune louve aux dents longues mais à la carapace encore fragile. Elle laissera des plumes dans un affrontement qui lui paraissait gagné d’avance. C’est alors qu’entre en scène le délégué du personnel au conseil d’administration (savoureux Denis Podalydés) qui cèdera trop vite face au désarroi exprimé de Bruno Gouffe qui fait une tentative de suicide en avalant les débris d’un verre qu’il a cassé entre ses doigts. Or le verre n’était qu’un accessoire de comédie. Philippe Muller, le PDG de la société, lui, se donne carrément en spectacle en interprétant devant son personnel une œuvre lyrique. Il commet à un moment de la soirée l’erreur de laisser entendre en présence de son mari, que Christine Barbieri, un cadre de la société a cédé à son charme grisonnant. Celle-ci pour se venger de l’indélicatesse le suit jusqu’aux toilettes où elle l’enferme. Un homme d’entretien polonais chargé par Gouffe de remettre son costume au vestiaire apprend qu’il ne fait plus partie du personnel. Ils endosse le costume et ainsi vêtu, se mêle à la réception. Il se trouvera à l’endroit où aurait dû se trouver Muller s’il n’avait pas été enfermé dans les toilettes quand on doit remettre à celui-ci un dossier confidentiel. C’est lui qui en hérite et c’est lui qui, avant de prendre place dans la limousine du patron, confiera le dossier à Gouffe qui le confiera à Gilles Bergerat, le délégué du personnel. On les laisse tous deux assis sur une marche du perron de l’hôtel particulier, épuisés comme des comédiens après une longue représentation. Les lumières s’éteignent. E finita, la comedia...

Rien De Personnel © Michaël Crotto

"Rien de personnel" est un film malin, réglé comme du papier à musique. Chaque scène est reprise une seconde, voire une troisième fois et à chaque fois s’y ajoutent des indications nouvelles, des éléments qui éclairent un peu plus. Les situations, comme les personnages y gagnent en précision jusqu’à devenir limpides et l’on découvre ainsi les manipulations souterraines et la charge de la perversion de chacun. Ce jeu qui pourrait relever de l’exercice à trous est un vrai régal. Il introduit dans la narration un léger suspens troublant…
Sur un sujet brûlant d’actualité, Mathias Gokalp dont "Rien de personnel" est le premier long métrage, construit une comédie savoureuse, légère et cruelle, non dénuée d’émotion qui devrait aller au cœur du spectateur exigeant autant qu’à l’amateur de divertissement. Il est servi par des comédiens tous remarquables.
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « La promesse de l’aube »
    Depuis son enfance difficile en Pologne en passant par l’épisode de son adolescence à Nice, le jeune Romain va suivre sa mère le long de son chaotique tracé professionnel. Une mère battante avec... Lire la suite (16 décembre)
  • « La juste route »
    En août 1945, dans un petit village du centre de la Hongrie, chacun se prépare au mariage du fils du notaire. Alors que la bourgade est plongée dans l’effervescence de la noce, débarquent du train,... Lire la suite (15 décembre)
  • « Maria by Callas »
    Quand Maria Callas disait « Il y a deux personnes en moi : Maria et Callas », s’agissait-t-il d’une formule ou au contraire, du fruit d’une vraie réflexion à propos de sa vie ? Le film de Tom Volf... Lire la suite (12 décembre)
  • « Soleil battant »
    Gabriel et Iris, un couple de trentenaires, sont retournés dans la maison familiale au Portugal où ils ont vécu quelques années auparavant, au cours de vacances, un terrible drame qui les a privés à... Lire la suite (12 décembre)
  • « Mariana »
    Mariana, la quarantaine passée, issue de la haute bourgeoisie chilienne, a d’abord cédé aux influences de son père et plus tard à celles de son mari. Elle se réveille de sa soumission dès lors qu’elle... Lire la suite (11 décembre)