Actualité théâtrale

À partir du 13 janvier au Poche Montparnasse

« Rimbaud / Verlaine » Éclipse totale

En septembre 1871 Rimbaud arrive à Paris à l’invitation de Verlaine. De dix ans son aîné, ce dernier est ébloui par la beauté révolutionnaire de la poésie de ce jeune homme qui, comme lui, a participé à l’insurrection de la Commune. Rimbaud ne l’a pas attendu à la gare, il a déjà filé chez le poète où, en quelques minutes, il a réussi à choquer la jeune femme enceinte de Verlaine par ses manières de gamin mal élevé. Fasciné par sa jeunesse, sa beauté, son rejet des convenances, Verlaine l’entraîne au cabaret où il a l’habitude de s’enivrer d’absinthe. Très vite il se retrouve déchiré entre son désir pour celui qui est devenu son amant et sa femme, entre sa volonté de créer comme Rimbaud une poésie sortie du carcan de l’académisme et son incapacité à couper les ponts avec le confort bourgeois que lui assure sa belle-famille. Dès lors commence un amour tumultueux où Verlaine, pendant deux ans, passe de sa femme, qu’il bat sous l’effet de l’alcool, à Rimbaud qu’il suit dans son errance de Bruxelles à Londres, jusqu’aux exaspérations haineuses et au coup de revolver final.

Théâtre : Rimbaud/Verlaine

Didier Long qui a adapté et mis en scène le texte de Christopher Hampton a placé les acteurs dans un décor sobre. D’un côté un lit, lieu du désir de Verlaine pour Mathilde et pour Rimbaud, de l’autre un lieu neutre qui peut être un cabaret. Au centre les duos s’affrontent avec une violence désespérée, jouant à « je t’aime, moi non plus » sur fond de création poétique, laissant éclater la sauvagerie du désir. Jeanne Ruff incarne une Mathilde élégante, douce et amoureuse de son poète. Didier Long a les élans et les hésitations de Verlaine, tiraillé entre son envie de quitter sa femme, de partir, amusé par les scandales provoqués par Rimbaud mais aussi soucieux de sa respectabilité et toujours attaché à Mathilde. Julien Alluguette est le Rimbaud que l’on imagine, juvénile et séduisant, un voyou débraillé aux lacets dénoués, menteur, un peu voleur, scandaleux et cynique, disant à Verlaine : « Quand nous aurons tiré l’un de l’autre le meilleur, nous nous séparerons et nous poursuivrons chacun notre route ». Il a les ambiguïtés de Rimbaud, capable d’élans passionnés tout comme de jouer avec l’amour de Verlaine, de le blesser physiquement ou de lui répondre lorsque celui-ci lui demande s’il l’aime « Je t’apprécie beaucoup ».

Même s’il n’y a pas place pour les vers de l’un et de l’autre, le choc de ces deux astres noirs s’imprime pour longtemps dans nos mémoires.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 21h

Théâtre de Poche Montparnasse

75 boulevard du Montparnasse, 75006 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 45 44 50 60 67

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Mélancolie(s) »
    La pièce commence au printemps, au milieu d’une journée magnifique. Le temps est à la fête pour l’anniversaire de Sacha qui est entourée de son mari qu’elle n’aime plus comme avant, d’Olympe sa sœur... Lire la suite (9 décembre)
  • « La fuite ! » Comédie en huit songes de Mikhaïl Boulgakov.
    1920. Les « Russes blancs » sont aux abois. La guerre civile qui a suivi la révolution bolchevique s’est finie en échec. Il ne reste plus à cette population que de fuir et d’aller trouver refuge en... Lire la suite (4 décembre)
  • « Le voyage de D. Cholb »
    En 2013, le comédien, metteur en scène et auteur Bernard Bloch, juif athée de gauche affligé par l’état des relations israélo-palestiniennes, décide de passer quelques jours en Cisjordanie avant d’aller... Lire la suite (3 décembre)
  • « Maîtres anciens »
    On connaît l’art de Thomas Bernhard pour dire sa haine de l’État catholique autrichien et des Autrichiens. Dans son roman Maîtres anciens, qu’adapte et joue seul en scène Nicolas Bouchaud, un... Lire la suite (1er décembre)
  • « Festen »
    Cyril Teste s’est emparé du scénario du film de Thomas Vinterberg, l’a adapté pour le théâtre, sans le trahir en laissant intacte la charge émotionnelle du film. Quand la pièce commence, la salle est... Lire la suite (29 novembre)