Actualité théâtrale

Théâtre du Petit St-Martin, depuis le 1er octobre 2013.

"Ring" Texte de Léonor Confino Mise en scène Catherine Schaub.

Ils se prénomment Adam et Ève quand ils viennent de se rencontrer et que leur relation toute neuve est encore incertaine. Ils deviendront Camille et Camille quand ils seront amants, parents, mari et femme, divorcés, veufs…

Le ring, vaste espace blanc qu’un jeu d’éclairages module selon les moments, approfondit, aplanit tour à tour, devient un terrain de jeu pour le couple, des partenaires qui se débattent avec leurs instincts, leurs idéaux, leurs exigences, leurs failles, leurs réflexes d’enfants.

Le texte de Léonor Confino est constitué de dix-huit scènes de couples qui se font écho et où viennent se heurter les états de désir, de lassitude, d’excitation, de dégoût, d’envie, de jalousie de haine comme des étapes incontournables du" mécanisme" amoureux depuis la première rencontre jusqu’à la disparition du partenaire en passant par le doute, le questionnement inévitable ou le moment venu de la cassure.

L’écriture de Léonor Confino est vive, alerte, douce, passionnée, cruelle, drôle. Elle est un matériau modelable, tout offert à l’inventivité des interprètes.

Audrey Dana et Sami Bouajila ne s’en privent pas, qui prennent leurs partitions à bras le corps avec une énergie et un plaisir communicatifs, font leur miel de chaque instant. Leur travail sur le texte tient du jonglage, de l’équilibre, de l’art du balancier.

Leur jeu est complice dans la légèreté, l’émotion, la rupture de ton, l’imprévisibilité, la drôlerie et le drame.

En filigrane des personnages qu’ils interprètent, se lit le plaisir de l’acteur face à un texte qui s’en remet à eux et dont ils connaissent parfaitement toutes les ficelles.

Ce à quoi l’on assiste sur le plateau blanc du Petit St Martin est l’exemple de la parfaite adéquation entre un texte et des comédiens. Le bonheur de le dire est palpable et si l’interprétation d’Audrey Dana et Sami Bouajila est une démonstration, ce n’est pas celle d’un seul savoir-faire, mais celle du plaisir de jouer avec une partition et de communiquer avec simplicité, ce plaisir au spectateur.

Un moment de bonheur, sans prétention.

Francis Dubois

Théâtre du Petit St Martin 17 rue René Boulanger 75 010 Paris

Réservation : 01 42 08 00 32 / www.petitstmartin.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Diane self portrait »
    Diane Arbus (1923-1971) est une figure majeure de la photographie de rue du XXème siècle. Fille de commerçants aisés juifs new-yorkais, elle a rencontré à quatorze ans celui qui devint son mari Allan... Lire la suite (25 septembre)
  • « Contrebrassens »
    Une femme qui chante Brassens cela surprend et enchante, quand elle a la malice et la grâce féminine que célébrait le grand Georges. Très inspirée par les textes et les mélodies du chanteur, car on... Lire la suite (25 septembre)
  • « Mademoiselle Julie »
    La pièce d’August Strindberg a été montée plusieurs fois la saison passée, pourtant on a l’impression de la redécouvrir chaque fois au gré des adaptations et des interprétations, tant elle est riche et... Lire la suite (19 septembre)
  • « L’Amérique n’existe pas »
    Un homme, bien seul au milieu de cartons plus ou moins bien empilés, se lance dans un monologue. Il raconte des histoires, il fait naître des personnages comme cet homme qui ne monte jamais dans un... Lire la suite (18 septembre)
  • « À l’abordage »
    Sasha troublée par la beauté d’un jeune homme Ayden arrive avec son amie Carlie dans la communauté où il habite avec un maître à penser charismatique, Kinbote, secondé par sa sœur, Théodora. Kinbote... Lire la suite (18 septembre)