Actualité théâtrale

Théâtre du Petit St-Martin, depuis le 1er octobre 2013.

"Ring" Texte de Léonor Confino Mise en scène Catherine Schaub.

Ils se prénomment Adam et Ève quand ils viennent de se rencontrer et que leur relation toute neuve est encore incertaine. Ils deviendront Camille et Camille quand ils seront amants, parents, mari et femme, divorcés, veufs…

Le ring, vaste espace blanc qu’un jeu d’éclairages module selon les moments, approfondit, aplanit tour à tour, devient un terrain de jeu pour le couple, des partenaires qui se débattent avec leurs instincts, leurs idéaux, leurs exigences, leurs failles, leurs réflexes d’enfants.

Le texte de Léonor Confino est constitué de dix-huit scènes de couples qui se font écho et où viennent se heurter les états de désir, de lassitude, d’excitation, de dégoût, d’envie, de jalousie de haine comme des étapes incontournables du" mécanisme" amoureux depuis la première rencontre jusqu’à la disparition du partenaire en passant par le doute, le questionnement inévitable ou le moment venu de la cassure.

L’écriture de Léonor Confino est vive, alerte, douce, passionnée, cruelle, drôle. Elle est un matériau modelable, tout offert à l’inventivité des interprètes.

Audrey Dana et Sami Bouajila ne s’en privent pas, qui prennent leurs partitions à bras le corps avec une énergie et un plaisir communicatifs, font leur miel de chaque instant. Leur travail sur le texte tient du jonglage, de l’équilibre, de l’art du balancier.

Leur jeu est complice dans la légèreté, l’émotion, la rupture de ton, l’imprévisibilité, la drôlerie et le drame.

En filigrane des personnages qu’ils interprètent, se lit le plaisir de l’acteur face à un texte qui s’en remet à eux et dont ils connaissent parfaitement toutes les ficelles.

Ce à quoi l’on assiste sur le plateau blanc du Petit St Martin est l’exemple de la parfaite adéquation entre un texte et des comédiens. Le bonheur de le dire est palpable et si l’interprétation d’Audrey Dana et Sami Bouajila est une démonstration, ce n’est pas celle d’un seul savoir-faire, mais celle du plaisir de jouer avec une partition et de communiquer avec simplicité, ce plaisir au spectateur.

Un moment de bonheur, sans prétention.

Francis Dubois

Théâtre du Petit St Martin 17 rue René Boulanger 75 010 Paris

Réservation : 01 42 08 00 32 / www.petitstmartin.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)
  • « Le présent qui déborde »
    Après Ithaque , Christiane Jatahy continue à voyager dans l’Odyssée pour y trouver ce que ce poème vieux de 3000 ans nous dit du monde où nous vivons. Nous avions été peu convaincus par Ithaque où... Lire la suite (7 novembre)
  • « Tigrane »
    Tigrane disparaît un jour. On ne retrouve sur la plage que son skate et une bombe de peinture. Dans notre pays où l’école ne réussit pas à assurer une véritable égalité des chances, Tigrane semblait mal... Lire la suite (6 novembre)
  • « Place »
    De Place , couronnée par le prix du jury et le prix des lycéens au festival Impatience 2018, Tamara Al Saadi, son auteur dit : « la pièce est née de la nécessité de parler de ce sentiment qu’éprouvent... Lire la suite (6 novembre)