Actualité théâtrale

Théâtre du Petit St-Martin, depuis le 1er octobre 2013.

"Ring" Texte de Léonor Confino Mise en scène Catherine Schaub.

Ils se prénomment Adam et Ève quand ils viennent de se rencontrer et que leur relation toute neuve est encore incertaine. Ils deviendront Camille et Camille quand ils seront amants, parents, mari et femme, divorcés, veufs…

Le ring, vaste espace blanc qu’un jeu d’éclairages module selon les moments, approfondit, aplanit tour à tour, devient un terrain de jeu pour le couple, des partenaires qui se débattent avec leurs instincts, leurs idéaux, leurs exigences, leurs failles, leurs réflexes d’enfants.

Le texte de Léonor Confino est constitué de dix-huit scènes de couples qui se font écho et où viennent se heurter les états de désir, de lassitude, d’excitation, de dégoût, d’envie, de jalousie de haine comme des étapes incontournables du" mécanisme" amoureux depuis la première rencontre jusqu’à la disparition du partenaire en passant par le doute, le questionnement inévitable ou le moment venu de la cassure.

L’écriture de Léonor Confino est vive, alerte, douce, passionnée, cruelle, drôle. Elle est un matériau modelable, tout offert à l’inventivité des interprètes.

Audrey Dana et Sami Bouajila ne s’en privent pas, qui prennent leurs partitions à bras le corps avec une énergie et un plaisir communicatifs, font leur miel de chaque instant. Leur travail sur le texte tient du jonglage, de l’équilibre, de l’art du balancier.

Leur jeu est complice dans la légèreté, l’émotion, la rupture de ton, l’imprévisibilité, la drôlerie et le drame.

En filigrane des personnages qu’ils interprètent, se lit le plaisir de l’acteur face à un texte qui s’en remet à eux et dont ils connaissent parfaitement toutes les ficelles.

Ce à quoi l’on assiste sur le plateau blanc du Petit St Martin est l’exemple de la parfaite adéquation entre un texte et des comédiens. Le bonheur de le dire est palpable et si l’interprétation d’Audrey Dana et Sami Bouajila est une démonstration, ce n’est pas celle d’un seul savoir-faire, mais celle du plaisir de jouer avec une partition et de communiquer avec simplicité, ce plaisir au spectateur.

Un moment de bonheur, sans prétention.

Francis Dubois

Théâtre du Petit St Martin 17 rue René Boulanger 75 010 Paris

Réservation : 01 42 08 00 32 / www.petitstmartin.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Unwanted »
    L’auteur, chanteuse et chorégraphe de nationalité britannique, Dorothée Munyaneza, est originaire du Rwanda. Marquée par plusieurs films et documentaires sur le génocide rwandais et le viol des femmes... Lire la suite (23 octobre)
  • « La putain du dessus » Une pièce d’Antonis Tsipianitis
    « La putain du dessus » d’Antonis Tsipianitis, une pièce qui connaît un très grand succès en Grèce, retrace le destin d’une femme née dans une petite ville industrielle du nord-ouest du pays. Jeune,... Lire la suite (21 octobre)
  • « Pièce en plastique »
    Dans cette pièce écrite en 2015, Marius von Mayenburg met en scène une famille, bien installée socialement, dont il excelle à montrer les rêves avortés, les contradictions, les frustrations et le mal... Lire la suite (20 octobre)
  • « Le poète aveugle »
    Jan Lauwers appartient à une génération d’artistes reconnus dans toute l’Europe, qui réinvente une écriture où se mêlent théâtre, musique, installation et danse. C’est la première fois qu’il est invité à La... Lire la suite (20 octobre)
  • « Haskell Junction »
    C’est à l’occasion d’un voyage au Canada, où il découvre la ville de Stanstead installée sur la frontière canado-étasunienne que Renaud Cojo a l’idée de cette pièce. À l’heure où des migrants poussés par... Lire la suite (19 octobre)