Actualité théâtrale

Théâtre du Petit St-Martin, depuis le 1er octobre 2013.

"Ring" Texte de Léonor Confino Mise en scène Catherine Schaub.

Ils se prénomment Adam et Ève quand ils viennent de se rencontrer et que leur relation toute neuve est encore incertaine. Ils deviendront Camille et Camille quand ils seront amants, parents, mari et femme, divorcés, veufs…

Le ring, vaste espace blanc qu’un jeu d’éclairages module selon les moments, approfondit, aplanit tour à tour, devient un terrain de jeu pour le couple, des partenaires qui se débattent avec leurs instincts, leurs idéaux, leurs exigences, leurs failles, leurs réflexes d’enfants.

Le texte de Léonor Confino est constitué de dix-huit scènes de couples qui se font écho et où viennent se heurter les états de désir, de lassitude, d’excitation, de dégoût, d’envie, de jalousie de haine comme des étapes incontournables du" mécanisme" amoureux depuis la première rencontre jusqu’à la disparition du partenaire en passant par le doute, le questionnement inévitable ou le moment venu de la cassure.

L’écriture de Léonor Confino est vive, alerte, douce, passionnée, cruelle, drôle. Elle est un matériau modelable, tout offert à l’inventivité des interprètes.

Audrey Dana et Sami Bouajila ne s’en privent pas, qui prennent leurs partitions à bras le corps avec une énergie et un plaisir communicatifs, font leur miel de chaque instant. Leur travail sur le texte tient du jonglage, de l’équilibre, de l’art du balancier.

Leur jeu est complice dans la légèreté, l’émotion, la rupture de ton, l’imprévisibilité, la drôlerie et le drame.

En filigrane des personnages qu’ils interprètent, se lit le plaisir de l’acteur face à un texte qui s’en remet à eux et dont ils connaissent parfaitement toutes les ficelles.

Ce à quoi l’on assiste sur le plateau blanc du Petit St Martin est l’exemple de la parfaite adéquation entre un texte et des comédiens. Le bonheur de le dire est palpable et si l’interprétation d’Audrey Dana et Sami Bouajila est une démonstration, ce n’est pas celle d’un seul savoir-faire, mais celle du plaisir de jouer avec une partition et de communiquer avec simplicité, ce plaisir au spectateur.

Un moment de bonheur, sans prétention.

Francis Dubois

Théâtre du Petit St Martin 17 rue René Boulanger 75 010 Paris

Réservation : 01 42 08 00 32 / www.petitstmartin.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Tableau d’une exécution »
    En 1571 la République de Venise commande à une femme peintre, Galactia, un tableau monumental destiné à célébrer la victoire de Lépante, que la Sainte Ligue vient de remporter sur l’Empire ottoman.... Lire la suite (19 janvier)
  • « My ladies rock »
    En 2015 Jean-Claude Gallotta avait enthousiasmé le Rond-Point avec My rock . Il avait souhaité faire se croiser sur la scène le rock et la danse contemporaine. Cette fois il rend hommage aux femmes... Lire la suite (19 janvier)
  • « Les reines »
    La scène se situe le 20 janvier 1483 à Londres, dans les ténèbres d’un palais envahi par la peur, où le Roi Édouard IV est en train d’agoniser tandis que son frère Richard III prépare son règne en... Lire la suite (18 janvier)
  • « Nos éducations sentimentales »
    Cette pièce, adaptée du roman de Flaubert avec des références à "Jules et Jim" de Truffaut, a fait l’objet d’une critique, lisible ici « Nos éducations sentimentales ». Un autre contributeur a voulu y... Lire la suite (18 janvier)
  • « L’éveil du Printemps » de Alat Fayez
    A est un jeune étudiant, habitant de la planète Platonium. Il rêve d’aller un jour vivre sur la Terre qui le fascine à chaque fois qu’il la voit se lever, belle et impressionnante de luminosité... Il... Lire la suite (16 janvier)