Actualité théâtrale

Théâtre du Petit St-Martin, depuis le 1er octobre 2013.

"Ring" Texte de Léonor Confino Mise en scène Catherine Schaub.

Ils se prénomment Adam et Ève quand ils viennent de se rencontrer et que leur relation toute neuve est encore incertaine. Ils deviendront Camille et Camille quand ils seront amants, parents, mari et femme, divorcés, veufs…

Le ring, vaste espace blanc qu’un jeu d’éclairages module selon les moments, approfondit, aplanit tour à tour, devient un terrain de jeu pour le couple, des partenaires qui se débattent avec leurs instincts, leurs idéaux, leurs exigences, leurs failles, leurs réflexes d’enfants.

Le texte de Léonor Confino est constitué de dix-huit scènes de couples qui se font écho et où viennent se heurter les états de désir, de lassitude, d’excitation, de dégoût, d’envie, de jalousie de haine comme des étapes incontournables du" mécanisme" amoureux depuis la première rencontre jusqu’à la disparition du partenaire en passant par le doute, le questionnement inévitable ou le moment venu de la cassure.

L’écriture de Léonor Confino est vive, alerte, douce, passionnée, cruelle, drôle. Elle est un matériau modelable, tout offert à l’inventivité des interprètes.

Audrey Dana et Sami Bouajila ne s’en privent pas, qui prennent leurs partitions à bras le corps avec une énergie et un plaisir communicatifs, font leur miel de chaque instant. Leur travail sur le texte tient du jonglage, de l’équilibre, de l’art du balancier.

Leur jeu est complice dans la légèreté, l’émotion, la rupture de ton, l’imprévisibilité, la drôlerie et le drame.

En filigrane des personnages qu’ils interprètent, se lit le plaisir de l’acteur face à un texte qui s’en remet à eux et dont ils connaissent parfaitement toutes les ficelles.

Ce à quoi l’on assiste sur le plateau blanc du Petit St Martin est l’exemple de la parfaite adéquation entre un texte et des comédiens. Le bonheur de le dire est palpable et si l’interprétation d’Audrey Dana et Sami Bouajila est une démonstration, ce n’est pas celle d’un seul savoir-faire, mais celle du plaisir de jouer avec une partition et de communiquer avec simplicité, ce plaisir au spectateur.

Un moment de bonheur, sans prétention.

Francis Dubois

Théâtre du Petit St Martin 17 rue René Boulanger 75 010 Paris

Réservation : 01 42 08 00 32 / www.petitstmartin.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Providence »
    Lorsque les tours jumelles se sont effondrées le 11 septembre 2001 à New-York, il y a eu des milliers de morts, mais aussi plusieurs dizaines de disparus dont on n’a jamais retrouvé nulle trace. On... Lire la suite (13 avril)
  • « Suzanne »
    Paul se marie avec Louise, sous le bruit de la canonnade, à la veille de partir à la guerre en 1914. En 1915 il déserte, revient chez lui et, avec l’aide de Louise, se travestit en femme pour... Lire la suite (11 avril)
  • « Qui suis-je ? »
    Vincent est en Troisième. Il a quatorze ans et demi, se trouve un physique d’endive, est intelligent et bon élève, mais nul en sport, ce qui lui vaut les sarcasmes du prof de gym et des autres... Lire la suite (8 avril)
  • « Madame Marguerite »
    Curieuse institutrice que cette Madame Marguerite, qui insiste sur son nom, l’écrit au tableau tout comme un certain nombre de sentences sur la vie, la mort, le sexe pour qu’elles s’inscrivent dans... Lire la suite (6 avril)
  • « Tous mes rêves partent de Gare d’Austerlitz »
    Dans une Maison d’arrêt de femmes, des prisonnières se retrouvent à la bibliothèque. Elles y évoquent leur quotidien, leur travail, leurs amours, leur enfance ou leurs rêves. Le soir de Noël elles ont... Lire la suite (4 avril)