Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Jonathan Nossiter (France-Brésil)

"Rio Sex Comedy" Sortie le 23 février 2011

"Rio sex comedy" est le récit de la quête de plusieurs étrangers de passage ou installés au Brésil.
Charlotte, chirurgien esthétique britannique réputée, est déterminée à dissuader les candidates au remodelage de leur visage ou de leur corps de passer par le bistouri.
Irène, une anthropologue française réalise un reportage filmé sur l’exploitation de la misère dans les favelas mais n’échappe pas au paternalisme vis à vis de celle qu’elle emploie comme bonne à tout faire L’attirance qu’elle éprouve pour son chef opérateur aura bien souvent raison de sa conscience politique.
Bill, l’ambassadeur d’Amérique au Brésil, dépassé par ses responsabilités, fausse compagnie à ses gardes du corps et va se réfugier dans l’une des favelas les plus dangereuses de Rio. Il finit par se laisser entraîner dans les petites magouilles d’un guide touristique, escroc romantique.

Jonathan Nossiter est un brésilien d’adoption et, à travers une comédie désopilante, inventive déjantée et parfois audacieuse, il parvient à démonter certains mécanismes fondés sur les idées toutes faites qu’ont les étrangers sur un pays d’adoption et sur les images déformées ou fausses que leur renvoient les autochtones.
"Pra inglés ver", une expression qui date de l’époque coloniale signifie "ce qui est destiné à la vue des anglais" mais aujourd’hui cela pourrait signifier "Construire une façade pour que les étrangers ne voient pas la vérité du Brésil"et les brésiliens qui ont conscience de leur image, en jouent pour satisfaire, et décevoir à la fois, les attentes des étrangers.
Ainsi, les deux brésiliennes, Iracema la gringo et la nounou au service d’Irène, connaissent parfaitement leur partition pour décourager les attentes de hommes qui tournent autour d’elles, et brouiller un peu plus les cartes en rompant avec l’image attendue de la femme brésilienne.
Jonathan Nossiter, marié à une brésilienne, installé au Brésil depuis six ans avec l’intention depuis toujours d’y tourner un film, bénéficie de son regard de "demi-gringo", de celui qui est partie prenante mais qui reste un étranger.
Il a réalisé avec "Rio sex comedy" un film multiple, à la fois documentaire et fiction, où, démarche troublante, les comédiens qui appartiennent donc à la part fictionnelle de récit, portent leurs propres prénoms. Ce qui installe entre le récit et la partie documentaire, une proximité, une familiarité troublantes.
Et Bill Pullman, l’ambassadeur en fugue, personnage de fiction, découvre en même temps que le spectateur la réalité du quotidien des favelas alors que Fisher Stevens, escroc à la petite semaine, parfaitement intégré à la vie brésilienne, apporte un second niveau fictionnel d’une autre tonalité.
Jonathan Nossiter réussit parfaitement ce château de cartes narratif au point d’en faire une solide construction à mi-chemin entre le film social et la franche comédie.
Jamais l’édifice ne faillit et il fallait une solide maîtrise pour aborder ainsi son-ses sujets- avec une insolence potache et déjantée. Il faut avoir suivi Charlotte Rampling à l’allure altière, avoir croisé son demi sourire aux intentions multiples. Il faut avoir suivi la relation adultère de la reporter Irène Jacob avec son chef opérateur Jérôme Kircher, sachant qu’ils sont mari et femme à la ville. C’est pétillant, jubilatoire et lorsque ça a atteint des sommets de cocasserie, qu’on se dit que ça va finir en miettes, ça retombe sur ses pattes.
Un très agréable surprise.
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Zibilla ou la vie zébrée »
    Zibilla est une jeune zèbre qui a été adoptée par des parents chevaux. Dans l’école où elle va et où tous les élèves sont des enfants chevaux, ses rayures sont sujet à de constantes moqueries. Si bien... Lire la suite (12 novembre)
  • « J’aimerais qu’il reste quelque chose »
    « J’aimerais qu’il reste quelque chose », c’est la phrase que prononce une donatrice sans descendant qui vient déposer des documents personnels relatifs à la Shoah dont elle est en possession et qui n’a... Lire la suite (12 novembre)
  • « Le bel été »
    Amed, Mohamed et Wally, réfugiés de Guinée et du Mali ont été recueillis par Robert, Simon et Sophie dans leur maison du bord de la Manche, siège de l’association « des lits solidaires » Ils vont... Lire la suite (11 novembre)
  • « Rendre la justice »
    En France, l’appareil juridique apparaît le plus souvent comme une machine infernale, opaque, mystérieuse, impersonnelle à laquelle il vaut mieux ne pas avoir à faire, qu’il vaut mieux ne pas... Lire la suite (9 novembre)
  • « Noura rêve »
    Jamel a été condamné à une peine de prison ferme pour différents vols, escroqueries et récidives et Noura a demandé le divorce d’autant plus déterminée à retrouver sa liberté qu’entre temps elle a... Lire la suite (9 novembre)