Éditos

Roi du silence

Le ministre de l’Éducation ne recule devant aucun paradoxe. Avec #pasdevague, les enseignants dénonçaient le manque de soutien de leur hiérarchie face aux violences. Jean-Michel Blanquer répondait par un discours prétendant restaurer l’autorité des professeurs et ne rien occulter des incidents produits dans les établissements. Cherchant à vendre sa réforme contestée du bac et du lycée, il a fait la publicité de la place donnée à l’oral dans l’éducation des jeunes, expliquant l’intérêt de posséder la maîtrise d’un discours construit et argumenté. Mais pour le ministre, la parole n’est bienvenue que dans le cadre qu’il lui fixe et les critiques sur sa politique éducative sont jugées intempestives. Pour mettre bon ordre à cela, Jean-Michel Blanquer propose dans son projet de loi dite de la « confiance » d’introduire, dès l’article 1, la notion d’exemplarité de la communauté éducative, laissant brandie la menace de sanctions envers ceux qui useraient un peu librement de la parole. Récemment, les critiques formulées sur les projets de programmes du lycée au Conseil supérieur de l’Éducation ont été balayées d’un revers de main. Traitée par la menace ou le dédain, la voix des enseignants résonne mal aux oreilles du ministre. Mobilisons-nous pour qu’elles sifflent fort lors des actions à venir.

Autres articles de la rubrique Éditos

  • Beaucoup de bruit...
    Omniprésent dans les médias, ne ménageant pas sa peine pour faire la promotion de ses réformes, le ministre de l’Éducation nationale a une conception singulière du débat… Il choisit ses cibles avec... Lire la suite (9 février)
  • Mensonges et mépris
    Selon le chef des députés LRM, Gilles le Gendre, l’exécutif et la majorité auraient été trop « intelligents » et trop « subtils » dans la mise en œuvre des mesures adoptées en faveur du pouvoir d’achat.... Lire la suite (Décembre 2018)
  • Il est grand temps !
    La situation sociale, exceptionnelle et évolutive, impose une analyse et des mobilisations à la hauteur des enjeux. Le mouvement social que nous connaissons actuellement, parti de la contestation... Lire la suite (Décembre 2018)
  • Pouvoir de choix
    Le mouvement des « gilets jaunes », avec toutes ses ambiguïtés, pointe néanmoins un malaise social grandissant, alimenté par les politiques menées ces dernières années et le discours qui les enrobe et... Lire la suite (Novembre 2018)
  • Se faire entendre
    Des collègues qui massivement dénoncent l’absence de soutien de leur hiérarchie face à la violence et aux incivilités, des chefs d’établissement envoyés en stage commando – pourquoi faire ? – et un... Lire la suite (Novembre 2018)