Éditos

Roi du silence

Le ministre de l’Éducation ne recule devant aucun paradoxe. Avec #pasdevague, les enseignants dénonçaient le manque de soutien de leur hiérarchie face aux violences. Jean-Michel Blanquer répondait par un discours prétendant restaurer l’autorité des professeurs et ne rien occulter des incidents produits dans les établissements. Cherchant à vendre sa réforme contestée du bac et du lycée, il a fait la publicité de la place donnée à l’oral dans l’éducation des jeunes, expliquant l’intérêt de posséder la maîtrise d’un discours construit et argumenté. Mais pour le ministre, la parole n’est bienvenue que dans le cadre qu’il lui fixe et les critiques sur sa politique éducative sont jugées intempestives. Pour mettre bon ordre à cela, Jean-Michel Blanquer propose dans son projet de loi dite de la « confiance » d’introduire, dès l’article 1, la notion d’exemplarité de la communauté éducative, laissant brandie la menace de sanctions envers ceux qui useraient un peu librement de la parole. Récemment, les critiques formulées sur les projets de programmes du lycée au Conseil supérieur de l’Éducation ont été balayées d’un revers de main. Traitée par la menace ou le dédain, la voix des enseignants résonne mal aux oreilles du ministre. Mobilisons-nous pour qu’elles sifflent fort lors des actions à venir.

Autres articles de la rubrique Éditos

  • Idées fixes
    Les sénateurs de droite, confits dans leurs certitudes et leur animosité envers le service public, viennent de faire adopter deux amendements au projet de loi dite « de transformation de la Fonction... Lire la suite (29 juin)
  • Examen de conscience
    Le ministre de l’Éducation pratique-t-il la méthode Coué ? Interrogé dans plusieurs médias sur l’appel à la grève du 17 juin, premier jour des épreuves du bac, il répète en boucle que l’organisation des... Lire la suite (8 juin)
  • Chacun pour tous  !
    Éducation, Fonction publique, retraites… Toujours et partout, c’est la solution de l’individu renvoyé à ses choix personnels qui est privilégiée  ; ce sont les perspectives solidaires qui sont ignorées... Lire la suite (21 mai)
  • C’est mathématique !
    Il y a plus d’élèves dans le second degré : le ministre supprime des postes et, en même temps, impose une deuxième heure supplémentaire. Peinant à recruter des professeurs de mathématiques, il supprime... Lire la suite (20 avril)
  • Batailles décisives
    La mobilisation à caractère national du 30 mars, initiée par la FSU, à l’appel de l’UNSA Éducation, de la CGT Éduc’action, du SGEN-CFDT, du SNALC et rassemblant les personnels de l’éducation, les parents... Lire la suite (30 mars)