Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Benjamin Naishtat (Argentine-France)

« Rojo » Sortie en salles le 3 juillet 2019.

L’Argentine en 1975. Claudio, avocat réputé et notable local, mène une existence confortable à laquelle il tient. Pour cela, il peut lui arriver de fermer les yeux sur les agissements contestables du régime en place. Un soir, alors qu’il attend l’arrivée de sa femme dans un restaurant cossu, il est violemment pris à parti par un inconnu.

Un incident qui pourrait être sans gravité mais qui, dans un second temps, vire au drame.

Claudio va faire en sorte d’étouffer l’affaire en faisant disparaître le corps de l’inconnu mais alors que tout semble être rentré dans l’ordre, ses erreurs le rattrapent...

Cinéma : Rojo

L’objectif de Benjamin Naishtat était de faire un film qui reflète le style cinématographique de l’époque mais c’était aussi, en pensant à Francis Ford Coppola, Sydnet Lumet, ou à John Borman qu’il admire, de réaliser un film de genre tout en ne perdant pas de vue, les problèmes politiques sensibles au pays.

Ici, derrière le polar (un avocat qui a fait disparaître le corps d’un homme qu’il a rencontré par hasard est confronté à un policier pugnace), «  Rojo » dresse le portrait de la situation sociale et politique d’un pays où règne le silence, les passe-droit, les complicités douteuses aux heures sombres de son histoire.

Claudio n’est pas un homme méchant mais quelqu’un qui veille à conserver les privilèges que la situation politique du pays lui accorde, à sauvegarder son statut de privilégié capable, dans ce climat perverti, de saisir toute opportunité pour faire du profit.

Et au moment où il pousse jusqu’à un petit arrangement avec lui-même pour enfouir sa culpabilité, l’assassinat qu’il a commis pour reconduire sa vie paisible et confortable et vivre en accord avec lui-même avec son lourd secret, l’Argentine se prépare à une dictature militaire et à un probable génocide.

Au fil narratif de son film qui mène de front le genre policier et le regard politique sur l’état du pays, Benjamin Naishtat ajoute de légers et audacieux décalages qui sont autant d’entorses au réalisme, et une liberté de ton qui aèrent le récit, flirte avec l’exercice de style sans jamais rompre avec l’acuité d’un regard politique et le suspense d’un thriller.

Cet exercice d’équilibre risqué et ici, particulièrement réussi, fait de «  Rojo  » une œuvre parfois insolite, passionnante, haletante et cependant très personnelle.

Les clins d’œil au cinéma des années soixante dix ne manquent pas tels des fondus enchaînés, des zooms ou des ralentis, sans se priver, avec les paysages de désert de certaines séquences, de faire référence au western...

A la fois divertissant et puissant.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Lola vers la mer »
    Lorsque Lola, jeune fille transgenre de dix huit ans est sur le point de se faire opérer, que la phase finale de sa transformation est imminente, sa mère qui l’avait toujours soutenue dans sa... Lire la suite (7 décembre)
  • « Les envoûtés »
    La directrice du magazine où Coline n’a jusque là écrit que sur des romans récemment parus lui propose de se charger de la rubrique « Le récit du mois ». Pour cela, elle doit rejoindre dans la maison au... Lire la suite (7 décembre)
  • « Un été à Changsha »
    Dans l’été caniculaire de Changsha, ville située au cœur de la Chine, l’inspecteur Bin enquête sur une drôle d’histoire, la disparition d’un jeune homme dont on a retrouvé le bras sur les bords de la... Lire la suite (3 décembre)
  • « Seules les bêtes »
    Un femme disparaît mystérieusement. Sa voiture est retrouvée abandonnée au bord de la route de montagnes qui conduit à quelques fermes isolées du Causse. Alors que la gendarmerie tente de retrouver... Lire la suite (2 décembre)
  • « It must be heaven »
    Elia Suleiman fuit la Palestine à la recherche d’une nouvelle terre d’accueil avant de réaliser que son pays d’origine le suit comme une ombre. La France d’abord, lui offre le spectacle d’un Paris... Lire la suite (2 décembre)