Actualité théâtrale

Théâtre 71 de Malakoff, partenaire Réduc’Snes, jusqu’au 19 octobre 2013.

"Roméo et Juliette" Texte en français et japonais surtitré d’après William Shakespeare. Adaptation et mise en scène Omar Poras.

Les Capulet et les Montaigu se vouent une haine qui s’est transmise de génération en génération sans qu’on n’en connaisse les fondements.

Or, un amour passionné naît entre les jeunes gens des deux clans adverses, Roméo et Juliette, encouragé par le Frère Laurent, un franciscain, figure conciliante, veillant à la paix et au salut de tous.

En 1999, le Théâtre Malandro crée par Omar Poras, est invité au Japon pour représenter la Suisse aux Olympiades de Shizuoka. La mise en scène de " Noces de sang" séduit Tadashi Suzuki, directeur de la troupe du SPAC.

En 2009, Omar Poras est invité au Japon pour re-créer avec des comédien japonais le "El Don Juan" donné en 2005 au Théâtre de la Ville.

Les deux troupes se rencontrent artistiquement, chacune attirée par les méthodes de l’autre, dans leur parenté comme dans leurs différences.

Pour rendre compte du drame de Shakespeare, Omar Poras passionné par le théâtre oriental, ses techniques, ses codifications et sa dimension rituelle, se rapproche de deux civilisations : la vieille Europe et l’Empire du soleil levant.

Dans sa mise en scène de "Roméo et Juliette" , il fait se côtoyer la scène élisabéthaine, le tréteau de la Commedia dell’arte et celle de l’estampe et du paravent japonais.

La pièce est transposée dans un Japon ancestral, à une époque où la haine féroce qui oppose les deux familles atteignant un degré supérieur de complexité, dégage en filigrane l’exclusivité du colon qui cherche à asseoir sa domination.

C’est dans ce complexe doublement belliqueux que se produit le miracle de l’amour entre Roméo et Juliette.

Pour Omar Poras, travailler à cette nouvelle création, à la fois avec des comédiens de sa troupe jouant en français et les comédiens du SPAC jouant en japonais, était l’occasion de réunir les éléments de sa culture hybride, nourrie autant du Wayang Topeng que du travail de Grotowski ou de Mnouchkine, qu’inspirée de sa relation à la danse.

La version de "Roméo et Juliette" qu’il propose se situe au croisement des cultures et des époques, avec des références traditionnelles à un théâtre contemporain et une réappropriation du patrimoine mythologique, scénographique et musical de chacun.

Ce spectacle où se mêlent différentes techniques théâtrales, différentes langues, des comédiens français et japonais dans un décor à la fois simple et luxueux de paravents, de pommiers en fleurs et de glycines, est d’un bout à l’autre un pur ravissement. Un plaisir des yeux (les éclairages, les décors et les costumes sont superbes), un sommet de théâtre (l’énergie des comédiens est magnifique et la mise en scène, toute en ruptures, d’une vivacité toujours inventive).

Un spectacle inspiré et parfaitement abouti dont la drôlerie, l’espièglerie parfois, n’entame en rien la force du drame final.

Il faut y courir sans tarder et ne manquer à aucun prix une des plus belles réalisations de ce début de saison.

Francis Dubois

Théâtre 71 Malakoff - Scène Nationale 3 place du 11 novembre 92 240 Malakoff.

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) au 01 55 48 91 00

www.theatre71.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Rémi Larrousse, Songes d’un illusionniste »
    Nous rêvons tous. Que nous révèlent nos rêves ? Cauchemars ou fantasmes, que signifient-ils ? Pour certains ils sont prémonitoires, d’autres y voient le rappel d’un passé oublié ou enfoui. Rémi... Lire la suite (14 décembre)
  • « Cap au pire »
    Cap au pire est l’un des derniers textes écrits par Beckett, un texte écrit en anglais et qu’il ne s’était pas résigné à traduire comme s’il avait hésité à se relancer dans ce dédale, un texte destiné à... Lire la suite (13 décembre)
  • « Probablement les Bahamas » de Martin Crimp
    Milly et Franck savourent le confort de leur cottage où s’annonce pour eux une retraite paisible. Ils ont même à leurs côtés pour faire barrage à leur solitude, la présence rassurante d’une étudiante... Lire la suite (13 décembre)
  • « Mélancolie(s) »
    La pièce commence au printemps, au milieu d’une journée magnifique. Le temps est à la fête pour l’anniversaire de Sacha qui est entourée de son mari qu’elle n’aime plus comme avant, d’Olympe sa sœur... Lire la suite (9 décembre)
  • « La fuite ! » Comédie en huit songes de Mikhaïl Boulgakov.
    1920. Les « Russes blancs » sont aux abois. La guerre civile qui a suivi la révolution bolchevique s’est finie en échec. Il ne reste plus à cette population que de fuir et d’aller trouver refuge en... Lire la suite (4 décembre)