Actualité théâtrale

au Monfort Théâtre, jusqu’au 6/11 puis en tournée

"Rosa la rouge" théâtre musical avec Claire Diterzi

Il ne faut pas manquer ce spectacle à la fois très complet et très innovant de Claire DITERZI, repris quelques jours sur la vaste scène –pleinement occupée- du Monfort Théâtre avant de poursuivre sa tournée (si sa récente sélection pour une résidence de création à la Villa Médicis à Rome lui en laisse la possibilité ; voir dates ci-dessous et sur le site consacré à cette artiste]).
Créé en avril dernier à La Rochelle [1], avant de remuer les spectateurs du Théâtre du Rond-Point en mai, "Rosa la rouge", est une grande "épopée musicale" très librement inspirée de quelques moments de la vie de Rosa Luxemburg.

Après un parcours musical d’une quinzaine d’années d’auteur compositeur interprète, une première coopération avec Marcial Di Fonzo Bo, comédien et metteur en scène d’origine Argentine qui signe la mise en scène de "Rosa la rouge" [2], Claire Diterzi a rencontré un peu par hasard en 2008 l’itinéraire de Rosa Luxembourg, suite à une suggestion venue de Buenos Aires : "J’ai passé tout l’été avec Rosa, 60 jours, avec sa vie, ses combats, ses amours, désamours, illusions, désillusions, sa mort, ses révoltes, son intégrité surdéveloppée, ses passions, son radicalisme foudroyant, sa bonté, la brutalité et la masculinité du monde dans lequel elle a brillamment vécu, survécu, péri, avec une sensibilité et une intelligence hors du commun...

Incarner par les temps cupides qui courent, l’authenticité d’un tel personnage (qui déplorait il y a 100 ans déjà de vivre dans une « ère de crétinisation »), à la personnalité complexe et extrême, sur scène, en musique, en images, en mouvement, est un honneur, une source d’inspiration incommensurable. Une prise de risque aussi, qui fermente une excitation sans fin. Ca déborde !!!"
Et c’est aussi un spectacle qui déborde… d’inventions, de sollicitations musicales, visuelles, plastiques, chorégraphiques, cinématographiques… simultanées, s’inscrivant parfois sur plusieurs plans dans la profondeur et la largeur de la scène, au risque que tout ne soit pas perçu lors d’une première rencontre avec ce spectacle.


Marcial, lui, " trouve très excitant de transposer l’esprit révolutionnaire de Rosa Luxemburg, dans le glamour et l’humanité de Claire, la douce rage de sa musique. Tirer un portrait salutaire, optimiste, et pourquoi pas drôle, inspiré par la force d’esprit et la conviction de cette femme, ses idées. Trouver les ponts avec la réalité d’aujourd’hui, la mollesse politique dans laquelle on se trouve, l’abandon total des utopies. Dans l’uniformité d’une époque banale, ou la bêtise prend le tout, il est bon de relire les écrits de Rosa, revisiter son parcours, sa vie, et transposer le tout avec imagination, car il ne s’agit aucunement d’un spectacle biographique ou didactique."

Photos © Michal Batory

Il ne faut donc pas s’attendre à une fidèle évocation historique et, hormis quelques rapides projections de textes, surtout en début de spectacle, il faudra puiser ailleurs (notamment dans le dossier pédagogique téléchargeable très détaillé]) pour mieux connaître la période, la vie et l’activité de la grande figure révolutionnaire que fut Rosa Luxemburg (née en Pologne en 1871, sauvagement assassinée en Allemagne en décembre 1919 par les miliciens des "corps francs" précurseurs des nazis)… A défaut, de nombreuses références pourraient être difficiles à décoder, surtout lorsqu’elles sont traitées sur un mode allégorique, poétique, ou humoristique comme les extraits du film Spartacus de Kubrick, en forme de clin d’œil à la création par Rosa Luxemburg du mouvement spartakiste, s’opposant notamment à la guerre en 1914 [3].
Les traitements humoristiques de ces moments sombres de l’histoire ne manquent pas dans ce spectacle, associant séquences filmiques d’animation et jeu de la comédienne-chanteuse.

Sont ainsi particulièrement réussies une séquence bouffonne sur la vie conjugale, faisant résonner la dimension féministe de Rosa Luxemburg… tandis qu’une autre exprime sa soif de liberté avec un mélange habile d’animations et de chants d’oiseaux avec des chansons pour enfants…
Et la forme poétique de cette évocation n’est ni un prétexte, ni une trahison, lorsqu’on pense à ses "lettres de prison" à ses proches, rassemblées notamment par Anouk Grinberg ("Rosa la vie" Editions de l’Atelier 2009), dont quelques extraits sont bien mis en valeur par Claire Diterzi.
Outre la qualité musicale, avec une grande diversité instrumentale (certains particulièrement spécifiques comme cette petite orgue de barbarie - portable, autour du cou – pour accompagner quelques paroles et chansons en prison),
c’est une création combinant habilement divers niveaux d’expressions artistiques, images d’hier et d’aujourd’hui... à un rythme soutenu qui ne se relâche que quelques instants, lorsque Claire Diterzi cesse d’incarner Rosa et nous livre ses propres états d’âme, hésitations face à un tel projet... Une performance réussie !
Philippe Laville

Le Monfort Théâtre
Parc Georges Brassens
106 rue Brancion 75 015 Paris
Renseignements et Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits mais sur réservation impérative) : 01 56 08 33 88
www.lemonfort.fr

Prochaines représentations annoncées après le Monfort Théâtre :
26 et 27 Nov 2010 Strasbourg (67) - Le Maillon
30 Nov 2010 Draguignan (83) - Théâtres en Dracenie
3 Dec 2010 Bourges (18) - Auditorium
11 Dec 2010 Ivry-Sur-Seine (94) - Théâtre Antoine Vitez (partenaire "Réduc’snes")
16 Dec 2010 Creil (60) - La Faiencerie

Photos © Michal Batory

Notes

[1co-production et résidence dans 4 lieux de création : Théâtre du Rond-Point (Paris), La Coursive (Scène Nationale de la Rochelle), La Ferme du Buisson (Scène Nationale de Marne-la-Vallée), Chateauvallon (Centre National de création et de diffusion culturelles), en coopération avec Le Maillon (Théâtre de Strasbourg, Scène Européenne) et Théâtre des Lucioles (Rennes)

[2en écrivant la musique d’une pièce de Théâtre qu’il créait à Chaillot en 2008

[3d’où naîtra en 1918 le Parti communiste d’Allemagne dont elle sera alors avec Karl Liebknecht la principale inspiratrice et théoricienne, développant la pensée marxiste en partie depuis sa prison

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Mary said what she said »
    Robert Wilson a offert le trône de Marie Stuart à Isabelle Huppert, une comédienne avec laquelle il se sent beaucoup d’affinités car elle comprend ce qu’il veut faire sans avoir besoin de beaucoup... Lire la suite (15 juin)
  • « Huckleberry Finn »
    Ce roman est considéré comme le chef d’œuvre de Mark Twain. L’histoire, qui se situe dans les années 1850 avant la guerre de sécession, est celle de Huckleberry Finn , un gamin si maltraité par son père... Lire la suite (7 juin)
  • L’école des femmes en accès libre sur internet
    Le spectacle L’école des femmes crée à l’Odéon en novembre 2018 avec une mise en scène de Stéphane Braunschweig est disponible en accès libre sur le site internet du théâtre et sur la plateforme Vimeo... Lire la suite (7 juin)
  • « Le champ des possibles »
    Après ses deux premiers spectacles ( La banane américaine, consacré à l’enfance et Pour que tu m’aimes encore, à l’adolescence), qui ont connu un joli succès, Élise Noiraud se consacre, avec ce nouvel... Lire la suite (6 juin)
  • « Charlotte »
    Charlotte Salomon naît en 1917 dans une famille juive aisée avec un père médecin et professeur d’Université. Sa mère meurt alors qu’elle n’a que neuf ans et elle n’apprendra que bien plus tard qu’elle... Lire la suite (5 juin)