Actualité théâtrale

Théâtre de la Bastille jusqu’au 31 janvier 2015

"Roses" Conception, mise en scène et scénographie de Nathalie Béasse.

A chacun son "Richard III".

Nathalie Béasse, dans son approche de la pièce de Shakespeare, ne va pas à la recherche du personnage mais préfère s’en amuser, questionner ce qui l’entoure, explorer son univers.

L’objectif de la conceptrice du spectacle est de faire entendre le texte tout en abordant le personnage tyrannique et cruel de façon ludique.

Ainsi, les quatre acteurs masculins du spectacle seront à tour de rôle Richard III non sans avoir au préalable convenu entre eux, de qui l’interpréterait.

Théâtre : Roses

Nathalie Béasse "désosse" la pièce de Shakespeare, la remet à plat, la reconsidère en conservant l’essentiel de la dramaturgie mais non sans avoir fait des incursions espiègles à la périphérie du spectacle, non sans avoir flirté avec les mouvements du corps, teinté sa démarche de moments de chorégraphie.

La traduction de Jean-Michel Déprats qui alterne moments de poésie et espaces de liberté offre à Nathalie Béasse l’occasion d’appréhender d’autres formes que le théâtre proprement dit et elle ne s’en prive pas.

Il n’est besoin pour elle d’insister sur les intrigues, les oppositions entre les personnages, le déroulement des batailles. Tous ces aspects de la pièce de Shakespeare sont respectés mais traités de façon très stylisée et en cela, la metteuse en scène est magnifiquement relayée par une distribution d’acteurs dont on sent, à chaque instant, la belle complicité.

Et c’est cette complicité de troupe qui, en rejaillissant sur les personnages, produit cet enthousiasme réjouissant.

Nathalie Béasse a su conserver les morceaux du texte essentiels mais elle a coupé beaucoup de scènes qu’on retrouve en filigrane, physiquement ou musicalement par exemple.

Les corps des acteurs et leur présence font entendre les non-dits de la pièce.

La violence de Richard se traduira par un verre de vin qui tombe au sol ou dont le contenu souille une chemise blanche, par des chutes sourdes, une dérive annonçant la tragédie.

Si quatre comédiens se partagent le rôle de Richard, trois actrices se distribuent à tour de rôle, ceux de Marguerite, Elisabeth et de la Duchesse…

Comme Gwénaël Morin qui, aux Laboratoires d’Aubervilliers revisita Fassbinder, Molière, Musset Racine ou Sophocle ou le metteur en scène argentin Daniel Véronèse qui fit de même avec Tchekov ou Ibsen, Nathalie Béasse revisite Shakespeare.

Si l’adaptation de Richard III est minimaliste, elle devient, à force d’inventions, un moment de théâtre flamboyant, drôle et pathétique.

On est reconnaissant à la metteuse en scène de nous donner, grâce à un travail d’adaptation ciselé, une lecture limpide et fidèle de la pièce de Shakespeare en même temps qu’un moment de franc divertissement.

Francis Dubois

Théâtre de la Bastille 76 rue de la Roquette 75 011 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) 01 43 57 78 36

www.theatre-bastille.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • La Comédie-Française lance La Comédie continue !
    COMMUNIQUÉ DE PRESSE > vendredi 27 mars 2020 > La Comédie continue ! > Tel est le nom de la première chaîne en ligne de la Comédie-Française. > À partir du lundi 30 mars 2020 à 16h, plusieurs levers... Lire la suite (31 mars)
  • « Sois un homme »
    Qu’est-ce qu’être une femme ? La question a beaucoup interrogé écrivain.e.s et philosophes depuis déjà un certain temps. Mais s’agissant des hommes, elle apparaît plus originale tant des siècles de... Lire la suite (17 mars)
  • « Illusions perdues »
    Après ses brillantes adaptations d’Homère ( Iliade puis Odyssée ) et de Chanson douce de Leïla Slimani, Pauline Bayle s’est lancé dans l’adaptation du roman de Balzac. C’est au fonctionnement du... Lire la suite (17 mars)
  • « L’éveil du printemps »
    La pièce de Franck Wedekind fit scandale a son époque (1890) et fut interdite de longues années pour pornographie. Elle offrait un regard osé sur la jeunesse, défendait le désir adolescent et pointait... Lire la suite (16 mars)
  • « Médéa mountains »
    Alima Hamel, la jeune poétesse, musicienne et chanteuse d’origine algérienne évoque ici son histoire personnelle. Elle se souvient du bonheur des vacances familiales quand elle quittait Nantes avec... Lire la suite (12 mars)