Actualité théâtrale

Théâtre de la Bastille jusqu’au 31 janvier 2015

"Roses" Conception, mise en scène et scénographie de Nathalie Béasse.

A chacun son "Richard III".

Nathalie Béasse, dans son approche de la pièce de Shakespeare, ne va pas à la recherche du personnage mais préfère s’en amuser, questionner ce qui l’entoure, explorer son univers.

L’objectif de la conceptrice du spectacle est de faire entendre le texte tout en abordant le personnage tyrannique et cruel de façon ludique.

Ainsi, les quatre acteurs masculins du spectacle seront à tour de rôle Richard III non sans avoir au préalable convenu entre eux, de qui l’interpréterait.

Théâtre : Roses

Nathalie Béasse "désosse" la pièce de Shakespeare, la remet à plat, la reconsidère en conservant l’essentiel de la dramaturgie mais non sans avoir fait des incursions espiègles à la périphérie du spectacle, non sans avoir flirté avec les mouvements du corps, teinté sa démarche de moments de chorégraphie.

La traduction de Jean-Michel Déprats qui alterne moments de poésie et espaces de liberté offre à Nathalie Béasse l’occasion d’appréhender d’autres formes que le théâtre proprement dit et elle ne s’en prive pas.

Il n’est besoin pour elle d’insister sur les intrigues, les oppositions entre les personnages, le déroulement des batailles. Tous ces aspects de la pièce de Shakespeare sont respectés mais traités de façon très stylisée et en cela, la metteuse en scène est magnifiquement relayée par une distribution d’acteurs dont on sent, à chaque instant, la belle complicité.

Et c’est cette complicité de troupe qui, en rejaillissant sur les personnages, produit cet enthousiasme réjouissant.

Nathalie Béasse a su conserver les morceaux du texte essentiels mais elle a coupé beaucoup de scènes qu’on retrouve en filigrane, physiquement ou musicalement par exemple.

Les corps des acteurs et leur présence font entendre les non-dits de la pièce.

La violence de Richard se traduira par un verre de vin qui tombe au sol ou dont le contenu souille une chemise blanche, par des chutes sourdes, une dérive annonçant la tragédie.

Si quatre comédiens se partagent le rôle de Richard, trois actrices se distribuent à tour de rôle, ceux de Marguerite, Elisabeth et de la Duchesse…

Comme Gwénaël Morin qui, aux Laboratoires d’Aubervilliers revisita Fassbinder, Molière, Musset Racine ou Sophocle ou le metteur en scène argentin Daniel Véronèse qui fit de même avec Tchekov ou Ibsen, Nathalie Béasse revisite Shakespeare.

Si l’adaptation de Richard III est minimaliste, elle devient, à force d’inventions, un moment de théâtre flamboyant, drôle et pathétique.

On est reconnaissant à la metteuse en scène de nous donner, grâce à un travail d’adaptation ciselé, une lecture limpide et fidèle de la pièce de Shakespeare en même temps qu’un moment de franc divertissement.

Francis Dubois

Théâtre de la Bastille 76 rue de la Roquette 75 011 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) 01 43 57 78 36

www.theatre-bastille.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Ruy Blas »
    Cet été le château de Grignan se met à l’heure de l’Espagne du XVIIème siècle pour accueillir le drame romantique de Victor Hugo. La reine d’Espagne vient d’exiler Don Salluste qui a déshonoré une de ses... Lire la suite (21 juillet)
  • La nuit juste avant les forêts
    Tout d’abord, il y a le texte, dur, puissant, superbe, qui résonne fortement avec l’actualité. Et pourtant, Bernard-Marie Koltes l’a écrit et fait représenter dans le Off d’Avignon en 1977. Il ne sera... Lire la suite (20 juillet)
  • Alain Paris chante les fables de La Fontaine
    Est-ce l’horaire ? Est-ce le lieu très excentré près des remparts de l’Oulle ? Il y avait peu de monde pour ce joli spectacle et c’est bien dommage. Alain Paris chante les fables de La Fontaine,... Lire la suite (17 juillet)
  • Beaucoup de bruit pour rien
    La modernité de cette pièce écrite en 1600 est saisissante. Elle est accentuée par la mise en scène intelligente de Salomé Villiers et Pierre Hélie. L’action est placée dans un cadre qui évoque tout... Lire la suite (8 juillet)
  • « Dévotion, dernière offrande aux dieux morts »
    Clément Bondu, écrivain, poète, musicien et metteur en scène en résidence aux Plateaux Sauvages signe le texte et la mise en scène de ce spectacle dont il nourrissait le projet depuis plusieurs années... Lire la suite (3 juillet)