Actualité théâtrale

au Théâtre de La Tempête, Cartoucherie de Vincennes

Saison 2010-2011 à La Tempête partenaire Réduc’snes

Musset, Feydeau, Rostand, Labiche, Adamov, Joël Jouanneau côtoient ici des auteurs dont le nom résonne moins, tels Zinnie Harris ou Moritz Rinke. Ils constituent, dans leur grande variété, associés à des metteurs en scène fidèles au Théâtre de La Tempête tels Jorge Lavelli, Gilles Bouillon ou Philippe Adrien lui-même, la prochaine programmation de ce lieu convivial où le spectateur retrouve, à chaque fois, la rassurante impression d’être un peu « de la maison ».

La saison commence dès le 10 septembre avec « Le dindon » de Georges Feydeau mis en scène par Philippe Adrien qui a choisi de conduire son travail en ne cédant pas plus à la gravité et à la profondeur de la pensée qu’à la légèreté du style. Jusqu’au 24 octobre.

Avec « La coupe et les lèvres », Alfred de Musset fait l’apologie d’un anarchisme désespéré à travers le personnage de Franck qui, à vingt ans, refuse tout du monde que ses aînés et compagnons lui réservent. Après « Sweet home » Jean-Pierre Garnier poursuit, avec ce texte rarement monté, sa réflexion sur la place que consent notre société à la jeunesse. C’est du 22 septembre au 24 octobre.

Après avoir monté « Othello », Gilles Bouillon prend à bras le corps « Cyrano de Bergerac » d’Edmond Rostand, pièce populaire et finalement très peu montée. Cet « Opéra parlé » avec ses excès, son baroquisme et son côté mélo dans lequel l’alexandrin va grand train, mêle comique de situation et comique de personnages… du 9 novembre au 12décembre.

Comment répondre au désarroi, à la tristesse ou à la solitude ? Par l’humour, par la fantaisie et par le rêve répond Petr Zelenka. Sa pièce, « Petites histoires de la folie ordinaire » sera mise en scène par le Collectif DRAO, un groupe de comédiens et metteurs en scène qui avaient monté avec bonheur la pièce de Jean-Luc Lagarce « Dernier remords avant l’oubli » A ne pas manquer ! Du 13 novembre au 12 décembre.

En URSS, dans les années 80, un homme décide de partager avec plusieurs amis la maison dont il vient d’hériter. Mais le ciment ne prend pas entre les différents membres de la communauté. Le principe de la communauté ne serait-il envisageable que dans le seul cas d’une communauté de jeu ?
C’est Laurent Gutmann qui met en scène ce texte tout en facéties et nuances de Victor Slavkine, du 13 janvier au 13 février.

Dans un pays en guerre, une femme échange la carcasse d’un cheval contre un enfant qui devrait prendre la place du fils perdu. Quand le mari revient du front, il est aveugle et prend l’enfant échangé pour son propre fils… L’auteur britannique Zinnie Harris ne cède pas au désespoir et son théâtre qui n’est pas un théâtre d’idées met en scène des personnages en prise avec la réalité du quotidien. La pièce s’appelle « Hiver » et c’est du 14 janvier au 13 février.

Du 10 mars au 10 avril, Pierre Pradinas propose un spectacle constitué de deux courtes pièces d’Eugène Labiche : « 29° à l’ombre »et « Embrassons-nous Folleville ». Ici la fantaisie et l’extravagance sont là pour mieux refléter le scepticisme du fin observateur de l’humanité qu’était cet auteur étiqueté vaudeville.

De la génération d’auteurs qui bouleversa les années 50, dont les figures de proue sont Becket et Ionesco, Adamov fait généralement figure d’oublié. « Retrouvailles » est une pièce peu connue d’Adamov et c’est Gabriel Garran, grande figure du théâtre, créateur du Théâtre d’Aubervilliers, qui met en scène ce chef d’œuvre du surréalisme… du 11mars au 10 avril.

Dans une demeure de l’ex RDA, six personnages sont chargés de créer la cité idéale nommée Vineta. Le projet d’urbanisme sera à l’origine de luttes de pouvoir, de manipulations politiques et des avatars dus à la thérapie de groupe. Cette fable contemporaine qu’est « Vineta ou la république des utopies » est une satire de la politique des loisirs. Du 28 avril au 29 mai.

Le tandem Juan Mayorga / Jorge Lavelli revient, après « Chemin du ciel » et « Le garçon du dernier rang » données à la Tempête les saisons précédentes, avec « Lettres d’amour à Staline ». La pièce relate les rapports tapageurs entre l’écrivain dramaturge Mikhaïl Boulgakov et le chef du Kremlin Joseph Saline. C’est du 29 avril au 29 mai.

La saison s’achèvera avec « Ad Viram » de Jacques Bouliès, mis en scène par Joël Jouanneau. Un auteur célèbre se rappelle qu’enfant il fut choqué à la vue de l’entrelacement qu’il ressentit comme incestueux des deux voyelles que sont le O et le E… Cinquante ans plus tard, il s’aventure dans sa propre préhistoire… Ce sera du 10 au 19 juin.

Des dossiers pédagogiques concernant un grand nombre de spectacles seront mis en ligne à l’intention des enseignants. Ainsi, on pourra rapprocher les deux auteurs de vaudeville que sont Labiche et Feydeau et approfondir ce type de théâtre. « Vineta ou la république des utopies » pourra convenir à des lycéens germanistes et tous pourront découvrir Musset ou la poésie des textes d’Arthur Adamov…
Les groupes de scolaires pourront, comme c’est la pratique à la Tempête dans le cadre d’une formation du jeune spectateur, rencontrer les équipes artistiques un moment avant le début du spectacle et toute proposition émanant d’enseignants sera la bienvenue.

Théâtre de la Tempête
Cartoucherie de Vincennes
Route du champ de manœuvre
75 012 Paris
Renseignements et réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits mais sur réservation impérative) : 01 43 28 36 36 – theatre@latempete.fr
www.la-tempete.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Dans les forêts de Sibérie »
    Après avoir voyagé à vélo autour du monde, puis marché à travers l’Himalaya, chevauché dans les steppes d’Asie Centrale, l’écrivain voyageur Sylvain Tesson s’est décidé à choisir l’immobilité en... Lire la suite (16 octobre)
  • « Jungle book »
    Tout enfant s’est un jour entendu raconter l’histoire de Mowgli, ce petit d’homme adopté par un couple de loups, dont Rudyard Kipling a fait une ode à la tolérance. Dans la jungle Akela, le père loup,... Lire la suite (15 octobre)
  • « Sabordage »
    O Après Blockbuster, où elle dénonçait les effets de la cupidité globalisée, portée par un système ultralibéral faisant passer le profit avant toute autre considération, l’inventive troupe liégeoise Le... Lire la suite (13 octobre)
  • Des reprises à signaler
    Voici 3 spectacles que nous avons chroniqués et qui sont repris cette automne. Pour ceux qui les auraient loupés ou qui voudraient les revoir ! « Jeanne Plante est chafouin » les lundis à 20h30... Lire la suite (12 octobre)
  • « Les causeries d’Emma la Clown »
    Il y a maintenant vingt ans que Meriem Menant a crée son personnage d’Emma la clown avec sa chemise de flic bleu clair et sa cravate, sa jupe plissée qui pendouille et ses chaussettes qui godillent,... Lire la suite (11 octobre)