Actualité théâtrale

Saison 2011-2012 au Théâtre de Gennevilliers Partenaire Réduc’snes

Le Théâtre de Gennevilliers poursuit sa programmation hors des sentiers battus. Pascal Rambert ouvre la saison du 30 septembre au 22 octobre, avec Clôture de l’amour. Un homme et une femme clôturent leur amour par deux longs monologues. Joués par Audrey Bonnet et Stanislas Nordey, ils portent leurs prénoms. Rien d’étonnant, car c’est pour eux personnellement, pour leur corps, leur façon de s’exprimer que Pascal Rambert a écrit ce texte.
Du 9 au 19 novembre, Joris Lacoste nous propose Spectacle, une séance d’hypnose collective. Préparés à l’exercice et l’acceptant (ou non) les spectateurs, comme dirigés de l’intérieur par l’acteur, commencent un voyage intérieur où se développent des images, des propositions, des suggestions et finissent par ne plus savoir si le spectacle est sur la scène ou dans la salle.
Du 9 au 17 novembre, Cécilia Bengolea et François Chaignaud proposent, avec Castor et Pollux, un spectacle de danse qui bouscule nos perceptions sensorielles, puisque c’est allongés sur la scène, que les spectateurs regardent le corps devenu inquiétant des deux danseurs qui incarnent la puissance et la vulnérabilité des deux héros mythiques.
François Tanguy, du 25 novembre au 14 décembre, avec Onzième, propose un travail autour du sens et de l’absence de sens, une sorte de « souvenir en avant » dit-il.
Parce qu’aujourd’hui l’insécurité est devenue un slogan, une manière de faire de la politique qui confisque tout sans même que nous en ayons pleinement conscience, Hubert Colas s’interroge sur nos peurs, les situations et les comportements qu’elles créent dans Tout est bruit pour qui a peur qui sera joué du 12 au 28 janvier.
Du 2 au 9 février, Myriam Gourfink présentera sa dernière création chorégraphique, Une lente mastication.
Du 6 au 12 mars le T2G présentera un opéra en Anglais, Thanks to my eyes, qui a été créé cet été à Aix en Provence, avec 13 instruments, 4 chanteurs, une comédienne et un mime. Le livret est tiré d’un texte de Joël Pommerat, l’épopée d’un fils qui résiste au rêve que nourrit pour lui son père et s’efforce de trouver sa voie et de comprendre l’existence. La musique est signée Oscar Bianchi.
Du 27 mars au 3 avril, Pascal Rambert donne la parole à trois collectifs, "Les chiens de Navarre", "Das Plateau" qui présente un projet hybride, théâtre et cinéma, et Irmar.
La saison se clôturera comme d’habitude par les trois jours des très jeunes créateurs contemporains du 24 au 26 mai.
Micheline Rousselet

Théâtre de Gennevilliers,
Centre dramatique National de création contemporaine
41 avenue des Grésillons 92 230 Gennevilliers
www.theatre2gennevilliers.com
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 41 32 26 26

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)
  • « Le présent qui déborde »
    Après Ithaque , Christiane Jatahy continue à voyager dans l’Odyssée pour y trouver ce que ce poème vieux de 3000 ans nous dit du monde où nous vivons. Nous avions été peu convaincus par Ithaque où... Lire la suite (7 novembre)
  • « Tigrane »
    Tigrane disparaît un jour. On ne retrouve sur la plage que son skate et une bombe de peinture. Dans notre pays où l’école ne réussit pas à assurer une véritable égalité des chances, Tigrane semblait mal... Lire la suite (6 novembre)
  • « Place »
    De Place , couronnée par le prix du jury et le prix des lycéens au festival Impatience 2018, Tamara Al Saadi, son auteur dit : « la pièce est née de la nécessité de parler de ce sentiment qu’éprouvent... Lire la suite (6 novembre)