Actualité théâtrale

Saison 2011-2012 au Théâtre de Gennevilliers Partenaire Réduc’snes

Le Théâtre de Gennevilliers poursuit sa programmation hors des sentiers battus. Pascal Rambert ouvre la saison du 30 septembre au 22 octobre, avec Clôture de l’amour. Un homme et une femme clôturent leur amour par deux longs monologues. Joués par Audrey Bonnet et Stanislas Nordey, ils portent leurs prénoms. Rien d’étonnant, car c’est pour eux personnellement, pour leur corps, leur façon de s’exprimer que Pascal Rambert a écrit ce texte.
Du 9 au 19 novembre, Joris Lacoste nous propose Spectacle, une séance d’hypnose collective. Préparés à l’exercice et l’acceptant (ou non) les spectateurs, comme dirigés de l’intérieur par l’acteur, commencent un voyage intérieur où se développent des images, des propositions, des suggestions et finissent par ne plus savoir si le spectacle est sur la scène ou dans la salle.
Du 9 au 17 novembre, Cécilia Bengolea et François Chaignaud proposent, avec Castor et Pollux, un spectacle de danse qui bouscule nos perceptions sensorielles, puisque c’est allongés sur la scène, que les spectateurs regardent le corps devenu inquiétant des deux danseurs qui incarnent la puissance et la vulnérabilité des deux héros mythiques.
François Tanguy, du 25 novembre au 14 décembre, avec Onzième, propose un travail autour du sens et de l’absence de sens, une sorte de « souvenir en avant » dit-il.
Parce qu’aujourd’hui l’insécurité est devenue un slogan, une manière de faire de la politique qui confisque tout sans même que nous en ayons pleinement conscience, Hubert Colas s’interroge sur nos peurs, les situations et les comportements qu’elles créent dans Tout est bruit pour qui a peur qui sera joué du 12 au 28 janvier.
Du 2 au 9 février, Myriam Gourfink présentera sa dernière création chorégraphique, Une lente mastication.
Du 6 au 12 mars le T2G présentera un opéra en Anglais, Thanks to my eyes, qui a été créé cet été à Aix en Provence, avec 13 instruments, 4 chanteurs, une comédienne et un mime. Le livret est tiré d’un texte de Joël Pommerat, l’épopée d’un fils qui résiste au rêve que nourrit pour lui son père et s’efforce de trouver sa voie et de comprendre l’existence. La musique est signée Oscar Bianchi.
Du 27 mars au 3 avril, Pascal Rambert donne la parole à trois collectifs, "Les chiens de Navarre", "Das Plateau" qui présente un projet hybride, théâtre et cinéma, et Irmar.
La saison se clôturera comme d’habitude par les trois jours des très jeunes créateurs contemporains du 24 au 26 mai.
Micheline Rousselet

Théâtre de Gennevilliers,
Centre dramatique National de création contemporaine
41 avenue des Grésillons 92 230 Gennevilliers
www.theatre2gennevilliers.com
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 41 32 26 26

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Unwanted »
    L’auteur, chanteuse et chorégraphe de nationalité britannique, Dorothée Munyaneza, est originaire du Rwanda. Marquée par plusieurs films et documentaires sur le génocide rwandais et le viol des femmes... Lire la suite (23 octobre)
  • « La putain du dessus » Une pièce d’Antonis Tsipianitis
    « La putain du dessus » d’Antonis Tsipianitis, une pièce qui connaît un très grand succès en Grèce, retrace le destin d’une femme née dans une petite ville industrielle du nord-ouest du pays. Jeune,... Lire la suite (21 octobre)
  • « Pièce en plastique »
    Dans cette pièce écrite en 2015, Marius von Mayenburg met en scène une famille, bien installée socialement, dont il excelle à montrer les rêves avortés, les contradictions, les frustrations et le mal... Lire la suite (20 octobre)
  • « Le poète aveugle »
    Jan Lauwers appartient à une génération d’artistes reconnus dans toute l’Europe, qui réinvente une écriture où se mêlent théâtre, musique, installation et danse. C’est la première fois qu’il est invité à La... Lire la suite (20 octobre)
  • « Haskell Junction »
    C’est à l’occasion d’un voyage au Canada, où il découvre la ville de Stanstead installée sur la frontière canado-étasunienne que Renaud Cojo a l’idée de cette pièce. À l’heure où des migrants poussés par... Lire la suite (19 octobre)