Lectures : littérature, poésie, polars, essais, revues

Un vrai-faux polar.

« Sakari traverse les nuages », Jan Costin Wagner

Polar : Jan Costin Wagner

Jan Costin Wagner signe avec « Sakari traverse les nuages », un poème noir des tares de nos sociétés incapables de rêver, d’imaginer, d’aller voir ailleurs pour prendre de la distance par rapport à un quotidien trop timoré, étreint par la peur de la mort. Sakari est un adolescent qui vit dans un monde à part, un monde où les accidents sont exclus, dans lequel morts et vivants peuvent cohabiter, un monde bleu comme les blues ou comme la mer. Pourquoi se retrouve-t-il nu dans un bassin, une fontaine un couteau à la main ? Pourquoi l’agent de police, qui vit prés de là, tire et le tue ? Pourquoi la famille de l’enfant qui regarde la scène en mangeant une glace est-elle dispersée ? Quels sont les secrets des êtres humains ? Pourquoi vouloir faire le bien n’est pas bien ? Kimmo Joentaa enquête. Un policier à l’apparence du policier qui se révèle médecin des âmes pour sauver le jeune garçon. Quand il n’est pas possible de faire autre chose qu’un peu de solidarité et d’affection !

Nicolas Béniès

« Sakari traverse les nuages », Jan Costin Wagner, traduit par Marie-Claude Auger, Editions J. Chambon/Noir

Autres articles de la rubrique Lectures : littérature, poésie, polars, essais, revues