Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Fabio Grassadonia et Antonio Piazza (Italie-France)

"Salvo" Sortie en salles le 16 octobre 2013

Salvo est un membre actif de la mafia sicilienne. Peu loquace, peu sociable, il agit froidement et au cours de ses missions, se montre impitoyable.

Chargé d’assassiner un homme d’une bande rivale, il découvre une jeune fille aveugle dans la maison où a eu lieu l’exécution. Il s’agit de Rita qui vient d’assister à l’assassinat de son frère.

Pour quelle raison Salvo laisse-t-il la vie sauve à ce témoin du crime et pourquoi ne révèle-t-il pas sa "faiblesse" aux membres de son clan ?

Salvo s’écarte ainsi de sa ligne de conduite habituelle, hanté malgré lui par sa rencontre avec la jeune aveugle.

"Salvo" est un film inclassable dans un genre souvent prisonnier de ses codes.

Il commence comme un thriller mais se poursuit à un rythme lent, le héros se montrant très avare de paroles.

Après l’exécution, il est accueilli chez un couple dont on ne sait rien, ni même s’ils savent qui ils hébergent sous leur toit et avec qui Salvo a un comportement mutique, à la limite de l’impolitesse, voire du mépris.

Quelle blessure, quelle sensibilité, quelle dette et envers qui, cache ce mystérieux personnage pour s’attacher de la sorte à une jeune fille qui, mystérieusement, à son contact, recouvre progressivement la vue ?

Dans la dernière partie du film, Salvo devient un vrai héros de tragédie.

Pour sauver la vie de Rita, il va mettre sa vie en jeu. En retour de cet amour , Rita va l’accompagner silencieusement jusque dans ses derniers moments.

"Salvo" est un film sombre.

Sombre est le personnage froid et silencieux du héros. Sombre est ce que voit Rita alors que la vue lui revient. Sombre est la photographie au point que le visage de Salvo, longtemps resté dans l’ombre, ne se révèle à l’image que dans la seconde partie du récit.

Sombre est également cet amour dont on ressent la force sans qu’il ne soit jamais exprimé ni en actes ni en paroles.

La présence charismatique du comédien Saleh Bakri s’accorde parfaitement avec la tonalité générale de ce film à facettes qui se révèle être en fin de compte, une belle et atypique histoire d’amour.

La construction du récit est d’une grande habileté et, à mesure que le film avance, on est comme pris dans ses filets.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Dawson City, le temps suspendu »
    C’est dans cette petite ville canadienne, à 500 kilomètres au sud du cercle polaire, que le conducteur d’une pelleteuse a mis au jour en 1978, lors de travaux pour un centre de loisirs, des boîtes... Lire la suite (2 août)
  • « Les Grands voisins. La cité rêvée »
    Maël est un artiste peintre sans papiers, Adrien est luthier et musicien. Eux et d’autres résidents de tous crins et venus de tous les horizons ont donné naissance à une utopie moderne en plein cœur... Lire la suite (14 mai)
  • « The room »
    Kate, elle traductrice et Matt artiste peintre, un couple de trentenaires dans l’impossibilité d’avoir un enfant, lassés d’une existence citadine s’installent dans une maison isolée qu’ils ont achetée... Lire la suite (14 mai)
  • « Benni »
    Benni est une fillette de dix ans enfermée depuis sa petite enfance dans un état d’ instabilité, une suractivité permanente et des accès de violence qu’elle ne parvient pas à contenir. Prise en charge... Lire la suite (17 mars)
  • « Le cœur du conflit »
    Un cinéaste japonais et une cinéaste française décident de faire ensemble, non pas un enfant qui serait jeté en pâture à une société offerte à un avenir de plus en plus inquiétant, mais un « enfant... Lire la suite (11 mars)