Autour du Jazz

Deux chanteuses qui arrivent et prennent leur place (2)

Sarah Lancman Dans les temps

« A contretemps » est un titre étrange tellement ce premier album est dans l’air de notre temps. Une voix à l’opposée de celle de Yaël Angel qui ne craint pas les écarts vers les aigus. Ici, pas de débordements. Une voix qui se veut soyeuse, violente douceur qui laisse présager d’autres tempêtes... qui ne viennent pas. Une autre manière d’être originale pour éviter de copier les autres, du passé comme du présent. Elle réussit son pari, prendre une place dans les mondes du jazz vocal qui n’appartient qu’à elle. Elle murmure presque pour dire son espoir d’un amour énorme qui recouvre toutes les autres sensations. Cet album est tout entier une déclaration d’amour à un récipiendaire inconnu de nous.

Jazz : Sarah Lancman

Sarah bénéficie de l’apport d’un autre grand pianiste, Giovanni Mirabassi – Gianluca Renzi, bassiste et Gene Jackson, batteur complètent le trio qui fonctionne à plein régime. Le pianiste signe les arrangements, certaines compositions et remplit la fonction de directeur musical. Les dernières réalisations de Mirabassi ne m’avaient guère convaincu. Il semblait avoir perdu la foi... qu’il retrouve ici. Il faut l’entendre. Il est grandiose.

Toku, vocaliste et bugliste est l’invité surprise pour des duos avec la chanteuse, en anglais comme il se doit, langue de rencontre entre des cultures différentes pour que le jazz existe. Cette présence explique, peut-être, la reprise de « On s’est aimé », en bonus track comme on dit en français, chanté en japonais.

Sans conteste Sarah Lancman a du talent, sans conteste sa voix reste dans l’oreille, mais elle aurait intérêt à éviter l’écriture simpliste de chansons qui parlent d’amour en mimant des paroles déjà connues pour construire un répertoire. Il lui manque un peu de sauvagerie, de révolte.

Nicolas Béniès.

« A contretemps », Sarah Lancman, Jazz Eleven.

Autres articles de la rubrique Autour du Jazz

  • Petit voyage dans les nouveautés Jazz
    Un voyage au long cours en solitaire pour débuter cette série. Claude Tchamitchian a voulu à la fois rendre hommage à la contrebasse et à Jean-François Jenny-Clark, mort voici 20 ans qui, comme le... Lire la suite (30 juillet)
  • Petit voyage dans les temps du jazz via les nouveautés
    La musique sur le Net est en perte de vitesse. Le streaming ne fait plus recette. Le retour du vinyle est un indice. La musique compressée est-elle encore de la musique ? Les parutions de CD... Lire la suite (10 juin)
  • Jazz sous les pommiers
    Une bonne semaine de jazz et tout est différent. Le monde s’habille des couleurs de l’arc-en-ciel avec des dominantes de bleus et de noirs, comme si la société oubliait ses blessures pour communier... Lire la suite (5 juin)
  • « Inner Roads », Hugo Corbin
    Hugo Corbin, guitariste et compositeur, a décidé, dans « Inner Roads », d’explorer ces voies sans entrées que sont les routes internes, celles fréquentées les jours et nuits où dominent le sentiment d’un... Lire la suite (22 avril)
  • « Animi », Shauli Einav
    Shauli Einav, saxophoniste israélien installé à Paris, ne veut pas perdre la mémoire d’un temps où l’avant-garde était saluée comme une nécessité vitale et participait de l’utopie de la construction d’un... Lire la suite (20 avril)