réforme du Bac et du lycée

Sciences Numériques et Technologies : l’occasion ratée !

L’enseignement commun de 2e SNT est un enseignement qui ne relève pas (encore) d’une discipline. L’idée d’une approche transversale de l’informatique pour tous les élèves de 2e est intéressante, mais...

Un texte ambigu
Dès le début, on a l’impression que le programme se décline en 2 parties : notions transversales de programmation et une liste de 7 thématiques. Le préambule indique que SNT s’inscrit dans la continuité des enseignements d’algorithmique et de programmation du collège., et insiste sur la pratique de la programmation.
L’approche thématique, avec une grande diversité d’éléments proposés à l’apprentissage, contribue à rendre floues les intentions du programme. Il oscille entre mélange des genres et ultraspécialisation, abordant parfois des domaines qui évoluent dont la pérennité est aléatoire. Enfin, les attendus sont trop souvent sujets à interprétation.

Deux exemples

L’ étude de TCP-IP est prescrite alors qu’il eût été plus judicieux de présenter une structure informatique comme organisée en « pile » qui communique aussi bien en interne qu’à l’extérieur, et ainsi d’introduire la notion de protocole en l’illustrant avec TCP et IP.
Le thème « réseaux sociaux » ne traite que de cyberviolence, et non pas de cybercriminalité. On voit ici l’impact de l’actualité alors qu’il aurait fallu ne pas se cantonner à un seul article du code pénal. Le Snes avait demandé des amendements sur ces deux points, le ministère n’a rien entendu.

Précipitation, absence d’anticipation de formation et baisse drastique des DGH font que toutes les conditions sont remplies pour que ce enseignement serve de variable d’ajustement des services des enseignants, au risque que les élèves n’apprennent que peu en commun.

Autres articles de la rubrique réforme du Bac et du lycée