Éditos

Se faire entendre

Des collègues qui massivement dénoncent l’absence de soutien de leur hiérarchie face à la violence et aux incivilités, des chefs d’établissement envoyés en stage commando – pourquoi faire ? – et un Président de la république qui se prend les pieds dans le tapis mémoriel... Décidément l’époque n’est pas au renouvellement des idées. Quel décalage entre les problèmes exposés par nombre d’enseignants témoignant de leur isolement face aux violences scolaires et les réponses du ministre de l’Éducation  ! Les personnels éducatifs demandent davantage d’adultes formés dans les établissements, on leur propose des policiers et des gendarmes... Les élections qui viennent verront des centaines de milliers de fonctionnaires de l’Éducation nationale s’exprimer sur la politique du gouvernement. Ils diront leur opposition à un train de réformes à marche forcée qui viennent dégrader leurs conditions de travail mais ils diront également leur volonté de poursuivre leurs missions d’éducation pour leurs élèves. L’Éducation est un rempart solide, nos établissements des lieux d’étude et de réflexion. La société n’en est pas bannie, au contraire, mais les passions doivent en être exclues et le débat exister sereinement. C’est la raison pour laquelle la violence doit en être proscrite, d’où qu’elle vienne. #Pasdevague ne doit pas rester sans réponse autre que médiatique. Une autre gestion des personnels doit s’imposer, loin du management qui prévaut aujourd’hui et met les professeurs sous pression permanente. «  Votre voix compte  », c’est le slogan du ministère pour ces élections. Pour nous, notre voix doit être écoutée tous les jours et pas seulement à l’occasion de ces élections.

Autres articles de la rubrique Éditos

  • C’est mathématique !
    Il y a plus d’élèves dans le second degré : le ministre supprime des postes et, en même temps, impose une deuxième heure supplémentaire. Peinant à recruter des professeurs de mathématiques, il supprime... Lire la suite (20 avril)
  • Batailles décisives
    La mobilisation à caractère national du 30 mars, initiée par la FSU, à l’appel de l’UNSA Éducation, de la CGT Éduc’action, du SGEN-CFDT, du SNALC et rassemblant les personnels de l’éducation, les parents... Lire la suite (30 mars)
  • Enfin entendu ?
    La presse change de ton. Il y a à peine quelques semaines toute opposition à J-M. Blanquer relevait du quasi blasphème. Le ministre était au faîte de sa gloire. Sa popularité déclinant, les articles... Lire la suite (9 mars)
  • Beaucoup de bruit...
    Omniprésent dans les médias, ne ménageant pas sa peine pour faire la promotion de ses réformes, le ministre de l’Éducation nationale a une conception singulière du débat… Il choisit ses cibles avec... Lire la suite (9 février)
  • Roi du silence
    Le ministre de l’Éducation ne recule devant aucun paradoxe. Avec #pasdevague, les enseignants dénonçaient le manque de soutien de leur hiérarchie face aux violences. Jean-Michel Blanquer répondait par... Lire la suite (19 janvier)