Nos statuts - Nos missions

Seconde HSA imposée : un mauvais coup de plus !

Contre l’avis unanime des organisations syndicales, le ministre Blanquer a modifié l’article 4 du décret 2014-940. A compter du 1er septembre 2019, « les enseignants [...] peuvent être tenus d’effectuer, sauf empêchement pour raison de santé, deux heures supplémentaires hebdomadaires en sus de leur maximum de service ».
Le SNES-FSU a combattu cette mesure et dénonce le passage en force.

La multiplication des heures supplémentaires est un fléau pour les personnels comme pour les élèves :

  • Les heures supplémentaires détruisent des postes !
    Pour la seule rentrée 2019, ce sont 2450 postes qui sont supprimés « grâce » à l’augmentation du volume d’HSA.
  • Les heures supplémentaires tirent les salaires vers le bas !
    L’augmentation du nombre d’HSA est régulièrement présentée par le ministre comme une mesure en faveur du pouvoir d’achat. Ce qui totalement fallacieux car, dans la majorité des cas, elles ne sont pas choisies, et elles sont moins bien payées que les heures ordinaires (seule la première a un taux valorisé à +20%). De plus, le recours aux heures supplémentaires est un élément important de discrimination salariale dont sont victimes les femmes.
  • Les heures supplémentaires dégradent les conditions de travail !
    L’augmentation de la charge de travail qui résulte des heures supplémentaires imposées est un élément majeur d’épuisement professionnel. Dans la plupart des cas, l’imposition de deux HSA se traduit par une ou deux classes à prendre en charge en plus, et cela réduit les possibilités de travail en équipe.
  • Les heures supplémentaires sont un outil de management agressif !
    La part croissante des HSA dans les DHG conduit trop souvent à des situation de chantage au dédoublement, aux ouvertures d’option ou à l’emploi du temps.

Refuser les HSA : une bataille individuelle et collective !

  • Individuellement, il s’agit de connaître et faire respecter ses droits.
    Voir l’article général sur les heures supplémentaires et notamment la partie 3 sur les cas d’exemption.
    Dans tous les cas, un dépassement de plus de deux heures de l’ORS peut être refusé, y compris en cas de pondération.
  • Collectivement, la bataille peut être menée à plusieurs niveaux et moments.
    Le SNES-FSU est aux côté des collègues et des équipes en appuyant les actions des sections d’établissement, tout au long de la préparation de rentrée : contre-propositions qui privilégient le maintien ou la création de postes ou de BMP lors de la préparation du TRMD au CA, construction de mobilisations locales recherchant l’appui des parents d’élèves, accompagnement en audience au rectorat ou à la DSDEN, ...

Autres articles de la rubrique Nos statuts - Nos missions

  • C’est non !
    Jusqu’à 5 jours de formation continue sur convocation pendant les vacances ? Leur rémunération ne fera pas passer la pilule ! Lors du comité technique ministériel du 12 juin 2019, le ministère a... Lire la suite (19 juin)
  • Circulaire 2018 professeurs principaux
    ... mais une charge toujours aussi lourde et mal reconnue. Plus d’un mois après la rentrée, la circulaire sur le rôle du professeur principal dans les collèges et les lycées est enfin publiée au... Lire la suite (Octobre 2018)
  • La barque est trop chargée !
    Le projet de circulaire sur le rôle du professeur principal dans les collèges et les lycées a fait l’objet d’une nouvelle réunion avec les organisations syndicales le 5 juillet. Suite aux fortes... Lire la suite (Août 2018)