Actualité théâtrale

Au théâtre du Rond-Point, jusqu’au 14 novembre

"Sextett" de Rémi de Vos - mise en scène de Eric Vigner

Il y a deux ans, le Théâtre du Rond-Point avait programmé "Jusqu’à ce que la mort nous sépare" du même Remi de Vos. Un publiciste parisien revenait dans la maison familiale à l’occasion du décès de sa grand mère. Il était flanqué d’une collègue qui l’avait accompagné pour l’occasion. Le spectacle était marqué par l’écriture de l’auteur qui entraînait le déroulement du récit hors des sentiers battus, dans une espèce de stylisation, appuyé par le jeu décalé de Catherine Jacob et surtout de Micha Lescot comédien élastique au phrasé imprévisible.
Le spectacle qui se donne en ce moment au Rond-Point, "Sextett" en est la suite. On retrouve Simon –Micha Lescot- toujours flanqué d’une collègue de bureau. Cette fois-ci, il est là pour l’enterrement de sa mère et pour procéder aux inventaires qui s’imposent avant la vente de la maison. La chienne des voisines, Walkyrie, a dévasté le jardin et pour se faire pardonner les dégâts irréparables, ses deux jeunes maîtresses proposent à Simon de lui chanter des lieder de Schubert. L’une et l’autre sont attirées par le jeune homme déjà harcelé par sa collègue qui voit là, les circonstances rêvées pour le séduire. C’est alors qu’intervient une prostituée qui a eu les faveurs de Simon, sorte de Drag Queen au masque de latex. Et c’est au tour de Walkyrie, la chienne dévastatrice, silhouette féminine à tête de chien, de solliciter le jeune homme à qui l’on révèle que sa mère qui vient de mourir était en fait son père…
"Sextett" est un récit déjanté qui s’écarte sans cesse des limites d’une simple histoire de deuil et de sexe. L’intention est louable d’échapper à une narration linéaire dans laquelle apparaissent des personnages improbables dans un décor stylisé qui n’a rien à voir avec l’intérieur d’une vieille dame. Mais ce genre de démarche nécessite un traitement beaucoup plus rigoureux, plus de maîtrise dans le texte et la mise en scène, faute de quoi le spectacle reste à l’état d’exercice de style un peu vain. Ce qui est le cas.
Micha Lescot est très bien dans un style où il n’a plus rien à prouver. Les jeunes femmes sont parfaites.
Francis Dubois

Théâtre du Rond-Point
2bis Avenue Franklin Roosevelt
75 008 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits mais sur réservation impérative) : 01 44 95 98 21
www.theatredurondpoint.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Inflammation du verbe vivre »
    Alors que Wajdi Mouawad, le directeur de La Colline, avait souhaité se lancer dans une entreprise fleuve, mettre en scène les sept pièces de Sophocle qui nous sont parvenues, le poète auquel il... Lire la suite (14 novembre)
  • « Il y aura la jeunesse d’aimer »
    Le couple que formèrent Louis Aragon et Elsa Triolet, unis par l’amour et l’engagement politique, est devenu emblématique. Didier Bezace s’est associé à Bernard Vasseur, directeur du Moulin de... Lire la suite (11 novembre)
  • « Dans la luge d’Arthur Schopenhauer »
    Yasmina Reza résume son texte en disant qu’il s’agit « de quatre brefs passages en revue de l’existence par des voix différentes et paradoxales, ou encore d’une variation sur la solitude humaine et des... Lire la suite (9 novembre)
  • « Après la répétition »
    On sait la puissance des liens qui unissent souvent un metteur en scène et ses comédiennes. En cherchant comment jouer la séduction, la naissance de l’amour, la passion, la lassitude qui s’installe,... Lire la suite (2 novembre)
  • « Contrebrassens »
    Une femme qui chante Brassens cela surprend et enchante, quand elle a la malice et la grâce féminine que célébrait le grand Georges. Très inspirée par les textes et les mélodies du chanteur, car on... Lire la suite (1er novembre)