Autour du Jazz

Émile Parisien quintet

« Sfumato » Une rencontre inespérée.

Jazz : sfumato
Émile Parisien devrait faire attention. Il est trop sollicité. La création s’use à force de trop s’en servir. Pourtant ce nouvel album, « Sfumato », tient de la réussite. Par la présence de Joachim Kühn, pianiste mais aussi pourvoyeur d’idées, de mises en place décalées et recalées. Du coup, tout le monde – Manu Codjia, guitariste, Simon Taileu, contrebasse et Mario Costa, batteur dans la lignée de Daniel Humair ici peut-être à cause de Joachim – trouve sa place. Les invités, Vincent Peirani à l’accordéon qui n’oublie pas qu’il a réalisé des duos avec le saxophoniste et Michel Portal à la clarinette basse apportent ce qu’il faut à l’atmosphère étrange de cette suite divisée en trois parties, en forme de musique de films noirs, « Le clown tueur de la fête foraine ».

Un des albums qu’il faut écouter en cette rentrée.

Nicolas Béniès.

« Sfumato », Émile Parisien quintet, ACT distribué par Harmonia Mundi.

Autres articles de la rubrique Autour du Jazz

  • "Live in San Francisco" Giulia Valle trio
    Giulia Valle, contrebassiste, cheffe d’orchestre et compositeure, mène une carrière des deux côtés de l’Atlantique. De ce côté-ci, elle incarne le nouveau du jazz de Barcelone, de la Catalogne et... Lire la suite (16 juillet)
  • "More Powerful" George Colligan,
    Le pianiste George Colligan fait partie de ces musiciens nécessaires. Il synthétise une grande partie de l’art de ce piano illustré par Chick Corea, Herbie Hancock, McCoy Tyner pour l’énergie avec... Lire la suite (16 juillet)
  • « Thelonious Monk, Les Liaisons dangereuse 1960 »
    S’en souvient-on ? Dans la fin des années 1950, les réalisateurs français de films appelés « noirs » faisaient souvent appel à des groupes de jazz pour la musique de leur film. La collaboration la plus... Lire la suite (2 juillet)
  • Anniversaires : des centenaires !
    1917 est une grande année ! Une année d’architecture de ce 20e siècle balbutiant et baignant dans le sang de ces jeunes gens sacrifiés à une cause sordide, le partage du monde. Ils croyaient se battre... Lire la suite (2 juillet)
  • « Jazz Ladies. 1924-1962 »
    Les femmes, d’une manière malheureusement un peu trop générale, sont les grandes oubliées de toute histoire et de l’histoire culturelle en particulier. C’est le cas dans les mondes du jazz mais il est... Lire la suite (27 juin)