Autour du Jazz

Émile Parisien quintet

« Sfumato » Une rencontre inespérée.

Jazz : sfumato
Émile Parisien devrait faire attention. Il est trop sollicité. La création s’use à force de trop s’en servir. Pourtant ce nouvel album, « Sfumato », tient de la réussite. Par la présence de Joachim Kühn, pianiste mais aussi pourvoyeur d’idées, de mises en place décalées et recalées. Du coup, tout le monde – Manu Codjia, guitariste, Simon Taileu, contrebasse et Mario Costa, batteur dans la lignée de Daniel Humair ici peut-être à cause de Joachim – trouve sa place. Les invités, Vincent Peirani à l’accordéon qui n’oublie pas qu’il a réalisé des duos avec le saxophoniste et Michel Portal à la clarinette basse apportent ce qu’il faut à l’atmosphère étrange de cette suite divisée en trois parties, en forme de musique de films noirs, « Le clown tueur de la fête foraine ».

Un des albums qu’il faut écouter en cette rentrée.

Nicolas Béniès.

« Sfumato », Émile Parisien quintet, ACT distribué par Harmonia Mundi.

Autres articles de la rubrique Autour du Jazz

  • Facettes de Pierre Millet.
    Pierre Millet, pour ceux et celles qui l’ignoraient encore, est trompettiste, cornettiste, bugliste mais aussi amateur de jouets auxquels il ne sait pas résister à partir du moment où ils sont... Lire la suite (Avril 2015)
  • Saxman
    « Saxman » est, comme son nom l’indique, un saxophoniste ténor venu de la Côte Ouest, entre San Francisco et Los Angeles. En France, il a réalisé un album associé à un trio français, Guillaume Souriau,... Lire la suite (Avril 2015)
  • « Short Songs », Caratini/Wanzlawe/Sciuto
    Patrice Caratini, contrebassiste, chef d’orchestre, compositeur a décidé de rompre son quotidien pour s’orienter vers la chanson, de celle qui borde nos mémoires mais aussi transporte dans d’autres... Lire la suite (Avril 2015)
  • Billie Holiday est née le 7 avril 1915, 100 ans après, le génie est toujours là.
    Billie Holiday – son « vrai » nom, Fagan semble-t-il, n’a guère d’importance – s’est créée comme la vocaliste d’un siècle qui en compta de très grandes dans le jazz. Inutile de les citer, elles restent dans... Lire la suite (Avril 2015)
  • A Barney Wilen, souvenirs et mémoire.
    Un coffret de trois CD pour raviver une flamme à mon sens par trop éteinte, ce n’est pas trop. C’est même, si j’en crois l’intitulé « Premier chapitre 1954 – 1961 », le début d’une série. Un travail de... Lire la suite (Avril 2015)