Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Steve McQueen (Royaume Uni)

"Shame" Sortie en salles le 7 décembre 2011

Brandon est un trentenaire célibataire new-yorkais. Ses activités professionnelles prenantes ne parviennent pas à le détourner de son obsession dévorante pour le sexe.
Sa présence charismatique, son charme, provoquent le désir chez les femmes qui trouvent auprès de lui avec le plaisir, le subtil mélange de douceur et de violence qu’elles recherchent en même temps que le charme d’une relation éclair.
Lorsque débarque chez Brandon, sa sœur Sissy, chanteuse de cabaret un peu larguée, son existence désordonnée dans laquelle il a trouvé une sorte de stabilité, se trouve perturbée.

"Shame"
dresse avant tout le portrait d’un homme d’aujourd’hui dont le penchant pour le sexe n’apparaît jamais comme une déviation malsaine mais comme une brèche qui s’ouvre à lui et dans laquelle il s’engouffre avec un appétit insatiable.
Brandon est un séducteur du premier regard mais il répond le plus souvent aux avances de jeunes femmes elles-aussi libres, tentées par une expérience sexuelle forte et éphémère.
C’est un homme qui n’a rien de mauvais. Il n’est ni un voyeur, ni un violeur mais quelqu’un qui a conscience de son charme et qui en use à chaque fois que l’occasion qui se présente rejoint son désir.
Pris dans le tourbillon du plaisir, il ne sait pas encore qu’il n’est peut-être voué qu’à des étreintes passagères et que l’engagement à plus long terme, une réelle histoire d’amour, lui sont interdits, que le plaisir éphémère à tué la longévité.
"Hunger", la précédente réalisation de Steve McQueen montrait un homme engagé dans une grève de la faim et privé de toute liberté.
"Shame" est l’histoire d’un homme qui a toutes les libertés et dresse pour lui-même, dans l’illusion d’attirances continues, une forme d’enfermement plus subtile mais tout autant réelle.
Bien que le récit fonctionne sur la force du désir, sur le penchant de Brandon pour l’onanisme, le film est traité avec infiniment de pudeur, beaucoup d’élégance, et les scènes les plus dérangeantes sont sans doute les moins "frontales" du récit, celles qui ouvrent et ferment le film : Brandon, dans le métro new-yorkais croise le regard d’une jeune femme dont le visage d’ange contraste avec la force du désir qui l’habite. L’échange de leurs regards contient le désir mais également le plaisir à venir. Or, la jeune femme qui a peut-être connu le plaisir dans l’intensité des regards échangés se perd dans la foule.
La scène finale du film met face à face les mêmes deux protagonistes dans les mêmes circonstances. La force de l’échange est de la même intensité…
"Shame" bénéficie de la présence de deux comédiens remarquables Michael Fassbender qui était déjà dans "Hunger" et Carey Mullingam, magnifique de profondeur avec sa frimousse de poupée. Il y aussi New-York dont on sent, à la façon qu’a McQueen de la filmer, qu’elle est une ville du présent, bouillonnante, l’environnement idéal pour le personnage de Brandon. La ville de tous les possibles où tout est excessif.
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Bagdad Station »
    . Bagdad 2006, le jour de l’exécution de Saddam Hussein. Sara pénètre dans la gare centrale de Bagdad déterminée à commettre un attentat suicide au milieu de la foule. Mais c’est sans compter avec sa... Lire la suite (19 février)
  • « La chute de l’empire américain »
    Malgré un doctorat en philosophie, Pierre-Paul Daoust est chauffeur pour une société de livraison. Un jour, il assiste à un hold-up au cours duquel deux des trois malfaiteurs sont abattus,... Lire la suite (18 février)
  • « Les moissonneurs »
    En Afrique du Sud, Free State est le bastion d’une communauté blanche isolée, les Africaners. Au milieu d’une famille de riches éleveurs, catholiques fervents, profondément conservateurs où la force... Lire la suite (17 février)
  • « La liberté »
    Dans la plaine orientale corse, Casabianda est un centre de détention au sein d’un vaste domaine agricole. C’est une prison à ciel ouvert qui n’a rien à voir pour l’essentiel des conditions de vie... Lire la suite (17 février)
  • « Peu m’importe si l’histoire nous considère comme des barbares »
    En 1941, l’armée roumaine massacre 20 000 juifs à Odessa. De nos jours, une jeune réalisatrice s’attache au projet de monter un spectacle de cet épisode douloureux, par une reconstitution militaire,... Lire la suite (16 février)