Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Hiner Saleem (France)

"Si tu meurs, je te tue" Sortie en salles le 23 mars 2011

Récemment sorti de prison, Philippe a retrouvé un travail dans une entreprise de récupération et un logement chez Geneviève, une femme généreuse qui ne boude aucun des plaisirs de la vie.
Un jour de solitude, Philippe rencontre Avdal dans un bar. Il est kurde et il est à la poursuite d’un criminel irakien qui a peut-être quitté la France.
Les deux hommes se lient d’amitié et Philippe finit par héberger Avdal chez lui.
Avdal a le projet de vivre en France et d’y faire venir sa fiancée Siba, en attente d’un visa.
Mais le jeune homme meurt subitement d’une crise cardiaque et Philippe, seul référent, doit prendre en charge les obsèques. Il opte pour l’incinération. Or, l’incinération est niée par la religion. Entre temps, Siba qui a obtenu son visa arrive à Paris. N’ayant aucune nouvelle de son fiancé, isolée et désemparée, elle est recueillie par une fratrie de kurdes solidaires.
Il est difficile de déceler les intentions de Hiner Saleem tant il a multiplié les genres, et donné de pistes différentes à son récit. Est-ce une comédie comme il semble le dire, un film à résonance politique sur la communauté kurde de Paris, l’épanouissement et l’accès à l’autonomie d’une jeune femme en rupture avec les traditions ancestrales, un récit sur le télescopage de deux mondes, celui des immigrés à la recherche d’une identité, attachés à la religion et le nôtre exemple de l’émancipation occidentale ?
Philippe est un être mélancolique, solitaire, foncièrement généreux, qui ne se prête nullement à la comédie. Siba, la jeune femme kurde, en proie à un immense désarroi ne s’y prête pas plus. Pas plus que Cheto, le père d’Avdal, homme religieux, austère, défenseur farouche des traditions.
Faut-il pour dénicher quelques signes de comédie, se replier sur le personnage de Geneviève, la logeuse, à peine esquissé et qui a du mal à exister même si le scénario la présente incidemment comme une ex pianiste de talent. Reste la fratrie des kurdes, façon les Dalton, en constant désaccord les uns avec les autres, le leader avec le benêt, le benêt et le leader avec le fonceur ou le gaffeur à répétition.
La menace dérisoire contenue dans le titre,"Si tu meurs, je tue" est-elle douleur ou plaisanterie ? Encore une énigme mais ce qui saute aux yeux, c’est que, quel que soit le sujet qu’il ait voulu privilégier dans son récit, Hiner Saleem n’atteint jamais la force de ses intentions.
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Manifesto »
    « Manifesto » réunit des manifestes futuriste, dadaïste, situationniste ainsi que les pensées d’artistes, d’architectes, de danseurs et de cinéastes à travers différents personnages incarnés par une... Lire la suite (21 mai)
  • « Le cerveau des enfants »
    « Nombre de nos contemporains sont totalement déconnectés de leur être profond et survivent plus qu’ils ne vivent. Il me semble donc essentiel de comprendre le fonctionnement du cerveau pour apprendre... Lire la suite (20 mai)
  • « Le ciel étoilé au-dessus de ma tête »
    Bruno a connu un beau succès de librairie avec son premier roman. Mais depuis, vingt ans ont passé sans qu’il ait pu retrouver la notoriété. Il a maintenant cinquante ans, il est célibataire, n’a... Lire la suite (20 mai)
  • « Manhattan stories »
    Au cours d’une même journée à Manhattan, les déboires de cinq personnes. Cinq histoires individuelles qui ne se chevauchent jamais. Benny, grand amateur de vinyles collectors doit récupérer un... Lire la suite (19 mai)
  • « Plaire, aimer et courir vite »
    Au cours d’un déplacement professionnel à Rennes, Jacques, écrivain, la quarantaine et atteint du sida rencontre Arthur, vingt deux ans. Ils se plaisent et tout les pousserait à s’aimer si Jacques, à... Lire la suite (14 mai)