Lectures : littérature, poésie, polars, essais, revues

Une représentation de la folie du monde

« Silo. Générations », Hugh Howey Ensemble sans le savoir…

Les plus de 1500 pages qui constituent la trilogie de Hugh Howey – voir notre recension des deux premières parties – intitulée « Silo » a eu un énorme succès aux États-Unis. Un peu moins en France si j’en crois les réactions de la presse.

Pourtant, c’est une « Exofiction » - titre de cette nouvelle collection chez Actes Sud, un titre bien trouvé – qui parle d’un monde qui ne se comprend plus, qui vit divisé à la recherche d’un nouvel Éden. L’horizon de tous ces habitants est fermé, fermé par les pouvoirs destructeurs d’un despote. La fille de Thurman le dictateur, Anna, a décidé à la fois par amour pour Donald et pour répondre à une aspiration de liberté qui devrait faire partie de chaque être humain(e) de défaire le projet fou de son père. Un œdipe revu et corrigé en quelque sorte. Dans le tome 2, elle a donné à Donald tous les pouvoirs en le faisant passer pour son père, pouvoirs dont il ne saura pas se servir dans un premier temps. Cette responsabilité lui fait peur. Il essaiera de prendre contact avec les autres silos, pour les sortir de leur isolement. Il découvrira aussi que la terre ne se limite pas à la seule vision de notre petit coin mais qu’elle est plus vaste, plus résistante aussi. L’avenir ne peut pas être écrit par un dictateur qui voudrait avoir le droit de vie et de mort sur tous ces sujets.
littérature : "Silo"
Hugh Howey, dans le premier tome « Silo », nous avait présenté la vie dans un silo, le silo 18 mais il faudra attendre le tome 2, « Silo, Origines », pour le savoir. Les luttes ont lieu, l’espoir apparaît et disparaît. La lutte des classes se mène dans un cadre national, pardon d’un silo, et oppose les travailleurs et les concepteurs dans ce contexte précis. Le tome 2 remontait aux origines de la construction de ces silos et les raisons de cette structure particulière. Le tome 3, « Générations », en apprend davantage sur les objectifs de ce Thurman. La résistance éclatée s’organise, la dictature aussi. Les assassinats sont voulus et organisés. La guerre change de niveau. Une sorte de « nouvelle guerre » pour sauver le genre humain. La place des femmes est fondamentale. Juliette est une grande figure comme Charlotte. Ces femmes ne se laissent pas abattre. Elles luttent et elles existent.

Hugh Howey est un curieux auteur. Il s’est lancé sur le Net et les lecteur(e)s ont répondu. L’interaction auteur/lecteur(e)s a permis cette construction bizarre. Cette trilogie est une sorte de conte moderne totalement en phase avec notre monde qui se conjugue à la fois sur le mode de la barbarie et sur celui d’un désespoir qui voudrait se transformer en espoir. Juliette représente cette donnée. Elle trimballe un désespoir total et est mue par un total espoir de trouver un autre monde, un endroit où aller où l’herbe est plus verte. Le sentiment de culpabilité, de l’autre côté – du silo 1, le poste de commandement secret – de Donny, diminutif de Donald, est tel qu’il ne peut pas vivre.

Ces individualités sont bien mises en situation. Le contexte est important. Chacun(e) fait partie d’un groupe. L’auteur n’oublie pas la montée des intégrismes, des croyances, des dogmes pour se fermer les yeux face à une réalité qui dérange. Ces croyants sont prêts à tuer pour rester dans leur monde imaginaire.

Le silo 1 pourrait faire penser aux États-Unis, à leur place dans le monde, une place difficile à tenir. Le reste, à notre monde éclaté qui ne sait plus se construire un avenir et qui s’enferme dans des micro identités fantasmées. Pour en sortir, il ne reste que le combat collectif, de convaincre que l’avenir existe et qu’il peut être commun… Vaste programme !

La fin, qui n’en est pas une, se veut la lueur d’un espoir qui pourrait renaître…

Une trilogie à lire de toute urgence. Une fois ouvert, vous aurez envie de rester.

Nicolas Béniès.

« Silo. Générations », Hugh Howey, traduit par Laure Manceau, Actes Sud/Exofictions. Le premier tome vient d’être réédité en poche dans la collection Babel.

Autres articles de la rubrique Lectures : littérature, poésie, polars, essais, revues

  • Deux polars, de Pologne et de Slovaquie
    Du côté de Varsovie Zygmun Miloszewski est salué, à juste raison à la lecture de « Te souviendras-tu de demain ? », comme un romancier qui compte. Il met en scène un couple de vieux amants mariés,... Lire la suite (25 août)
  • « A tombeau ouvert », Raul Argemi
    Raoul Argemi, aujourd’hui journaliste, romancier et homme de théâtre, fut, en 1975, un des acteurs de la lutte armée contre la dictature. Cette expérience sert de toile de fond à ce roman, « A tombeau... Lire la suite (23 août)
  • « Une année de cendres », Philippe Huet
    . Philippe Huet longtemps rédacteur en chef adjoint de Paris Normandie a voulu, dans « Une année de cendres », raconter l’histoire de deux truands qui ont tenu Le Havre de la fin de la seconde... Lire la suite (23 août)
  • « Stoneburner », William Gray
    William Gray (1941-2012) est considéré, aux Etats-Unis comme le maître du « Southern Gothic », un genre qui mélange allègrement le noir avec des ingrédients tenant du grotesque ou du surréel venant en... Lire la suite (22 août)
  • Spécial James Lee Burke.
    Dave Robicheaux, flic de Louisiane, est le personnage clé de l’œuvre de James Lee Burke, son double plus sans doute que ses autres personnages. Robicheaux c’est la Nouvelle-Orléans, sa corruption,... Lire la suite (1er août)