Expositions, musées, arts plastiques...

Centre Pompidou, jusqu’au 2 septembre.

Simon Hantaï

Incompréhensible ! Où est le public ? Pas de queue sur le parvis pour voir cette formidable présentation de toute la production artistique de Simon Hantaï, mort il y a 5 ans. Ce peintre d’origine hongroise, talentueux, arrivé à 26 ans, en 48, à Paris, surréaliste « faute de mieux » au départ, a développé à partir des années 60 la technique du pliage. Les toiles pliées ne sont peintes que sur les parties accessibles, puis dépliées. Cette méthode sera renouvelée et perfectionnée sans cesse.

L’exposition a pris le parti de montrer les toiles dans l’ordre chronologique, ce qui se justifie parfaitement, Hantaï peignant par séries, sa peinture évoluant au fur et à mesure des séries. Les deux toiles majeures de la période d’avant les pliages Peinture (écriture rose) et A Galla Placidia sont montrées côte à côte pour la première fois. Après les Mariales, les Meuns et autres Etudes, laissez vous subjuguer par le magnifique Tabula bleu (qui figure habituellement dans les collections permanentes) et dans la même salle, par Tabula Lilas , très inspiré par Matisse. Ces toiles des années 70/80 sont sans doute parmi les œuvres les plus importantes du 20° siècle. Hantaï s’y révèle un fabuleux coloriste. Comme sont surprenantes, les Laissées , ces grands fragments découpés dans des Tabulas peintes antérieurement, devenus ainsi des œuvres à part entière, la seule production d’Hantaï après sa « retraite » en 82.

 Un seul défaut à mon sens, pour cette rétrospective : beaucoup trop d’œuvres (130), ce qui donne un sentiment d’étouffement, d’être submergé, d’autant que les formats sont proches, ce qui accroît l’impression d’uniformité. L’aspect visuel général en souffre. Il aurait sans doute mieux valu s’en tenir à quelques œuvres pour chaque période. Par exemple, montrer 15 des 27 Mariales ne se justifie pas vraiment. 

Malgré cette réserve, n’hésitez pas. Et si le public n’accoure toujours pas, et bien, pour une fois, profitez de la chance de voir les œuvres en toute tranquillité sans jouer des coudes ou n’en apercevoir qu’un petit bout derrière les dos des autres visiteurs…..

Et si vous avez le temps :

Le Centre a renouvelé récemment l’accrochage dans les collections permanentes moderne (5° étage) et contemporaine (4° étage) du Musée national d’Art moderne. Pour ceux qui n’y seraient pas retournés depuis longtemps (ou ceux qui ne l’ont jamais visité), c’est l’occasion de voir ou revoir l’une des collections les plus importantes sinon dans le Monde, au moins en Europe.

Avec vos enfants :TA-DA ! accueille les enfants gratuitement (accompagnés d’un adulte muni de billet), sur la passerelle du hall d’entrée, autour de l’œuvre de Navid Nuur. Animations encadrées tous les jours de 11h à 18h jusqu’au 23 septembre.

Sylvie Chardon

Centre Pompidou

Tel : 01 44 78 12 33

www.centrepompidou.fr

tarifs réduits : pass-éducation

Autres articles de la rubrique Expositions, musées, arts plastiques...

  • Rando-tram du 15 et 16 septembre
    Le Réseau Tram regroupe des centres d’art contemporain, des musées et des leiux d’exposition en Ile de France. Afin de favoriser la connaissance des artistes et des œuvres contemporaines par le grand... Lire la suite (6 septembre)
  • François Morellet
    Le musée Angladon abrite dans un bel hôtel particulier du 18ème siècle la collection du premier grand créateur de mode, Jacques Doucet. Ce sont les héritiers de Doucet, les artistes avignonais Jean... Lire la suite (29 juillet)
  • MRAC
    Serignan est une bourgade de 7000 habitants proche de Béziers. Aurait-on l’idee d’y chercher un musée d’art contemporain offrant plus de 3000 m2 d’espace d’exposition ? Créé à l’initiative d’un maire... Lire la suite (21 juillet)
  • Wolfgang Tillmans
    Wolfgang Tillmans est sans doute le photographe le plus créatif de sa génération. Il explore toutes les formes de la photographie, photocopies, photos classiques, montages, impressions sur supports... Lire la suite (21 juillet)
  • L’Afrique des routes
    Sous-titrée "Histoire de la circulation des hommes, des richesses et des idées à travers le continent africain", cette exposition a le grand mérite de mettre en évidence deux faits majeurs et... Lire la suite (Octobre 2017)