Actualité théâtrale

Nouveau Théâtre de Montreuil, partenaire Réduc’Snes, jusqu’au 22 mars 2014.

"Sirènes" Texte et mise en scène Pauline Bureau.

Une jeune chanteuse perd subitement la voix au bon milieu d’un concert.

Une femme et sa petite fille attendent des nouvelles du mari, un capitaine au long cours. Il finit par en donner mais c’est pour dire qu’il ne reviendra jamais.

Une femme enceinte réussit brillamment un concours d’entrée dans la haute administration. Un jeune homme nous raconte la mystérieuse histoire de sirène amoureuse d’un Prince.

Max mène une vie solitaire, exilé à Shanghai.

Ce récit multiple dont on découvre très vite qu’il comprendra des recoupements et débouchera sur une sorte de saga familiale, se déroule sous la forme de courtes scènes dans un dispositif scénique mêlant intimement décors réels en premier et second plan (pour figurer les moments du récit qui se passent sur un autre continent) et projections vidéo où se fondent les personnages.

On se demande où va nous conduire ces entrelacs d’histoires, de "saynètes" coupées au noir. On se laisse prendre au chassé-croisé des personnages à différentes époques, en différents lieux sans déplaisir mais en sachant très vite que rien ne viendra jamais nous surprendre vraiment, ni dans l’écriture ni dans la mise en scène, que nous nous tiendrons face à un déroulement plan-plan (et prévisible) de moments allant de la poésie, à la comédie légère et sans prétention.

On a connu Pauline Bureau plus inspirée (on se souvient de " Un songe" d’après Shakespeare au Conservatoire National puis au Ranelagh comme d’une brillante adaptation d’œuvres du dramaturge) et on est un peu navré d’entendre dire des dialogues quelquefois franchement pâlichons par ses comédiens fidèles.

On retrouve avec plaisir ses compagnons du temps du Conservatoire : Nicolas Chupin irrésistible aux accents "potache", Marie Nicolle qui se révèle ici chanteuse et qui donne au final une interprétation personnelle et touchante de la chanson issue du folklore français " Aux marches du Palais" ou encore Camille Garcia qui joue avec grâce les fillettes silencieuses.

On attend avec impatience en mai-juin au Nouveau Théâtre de Montreuil, le travail de mise en scène de Pauline Bureau sur les épisodes 3-4 de "Une faille saison 2" .

En attendant, on peut aller voir sans crainte " Sirènes" que le public aime beaucoup et qu’il applaudit à tout rompre.

Francis Dubois

Nouveau Théâtre de Montreuil Centre Dramatique National, salle Maria Casarès 63 rue Victor Hugo 93100 Montreuil.

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) 01 48 70 48 90

www.nouveau-theatre-montreuil.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Adishatz /Adieu »
    Jonathan Capdevielle apparaît seul sur scène et entonne à capella avec son timbre de haute-contre les tubes de Madonna ou, avec l’accent de Tarbes, des chansons de Francis Cabrel, des chants... Lire la suite (18 décembre)
  • A propos des "3 sœurs" et du théâtre à deux vitesses
    Les « Trois sœurs » qu’on peut voir encore jusqu’au 22 décembre à l’Odéon Théâtre de l’Europe a été diversement accueilli. Il y ceux qui ont encensé le spectacle (voir la critique de Micheline Rousselet,... Lire la suite (15 décembre)
  • « Rémi Larrousse, Songes d’un illusionniste »
    Nous rêvons tous. Que nous révèlent nos rêves ? Cauchemars ou fantasmes, que signifient-ils ? Pour certains ils sont prémonitoires, d’autres y voient le rappel d’un passé oublié ou enfoui. Rémi... Lire la suite (14 décembre)
  • « Cap au pire »
    Cap au pire est l’un des derniers textes écrits par Beckett, un texte écrit en anglais et qu’il ne s’était pas résigné à traduire comme s’il avait hésité à se relancer dans ce dédale, un texte destiné à... Lire la suite (13 décembre)
  • « Probablement les Bahamas » de Martin Crimp
    Milly et Franck savourent le confort de leur cottage où s’annonce pour eux une retraite paisible. Ils ont même à leurs côtés pour faire barrage à leur solitude, la présence rassurante d’une étudiante... Lire la suite (13 décembre)