Autour du Jazz

Danser sur les nuages

« Sky Dancers », Henri Texier

Henri Texier a toujours voulu se renouveler et trouver des sources d’inspiration dans des cultures rencontrées au hasard de son existence. Cultures souvent de populations annexées, colonisées ou tout simplement ignorées. Les « Native Lands » - soit les Indiens d’une Inde confondue par Colomb avec l’Amérique – sont les grands laissés pour compte de ces États-Unis incapables dans le même temps de rompre avec le racisme.

Il fallait soulever la lourde pierre qui ferme l’accès à leur musique, à leur héritage. Ces Nations indiennes ont été très utilisées à la construction des gratte-ciel. Ils n’ont pas le vertige et dansent sur les constructions en fer donnant ainsi l’impression d’être les maîtres des nuages que les gratte-ciel voulaient atteindre. Un truc de mâles : féconder le ciel. Eux se nommaient « Sky Dancers ». Voilà nous dit Henri l’origine du titre de cet album. Qui répond à une autre préoccupation, nous faire danser pour nous faire comprendre que notre sol est un volcan miné par la crise écologique et les mutations climatiques.

Le contrebassiste et compositeur s’est aussi servi de cette entrée pour rendre hommage à quelques-uns de nos amis proches comme Jacques Prévert dont le fantôme sait comme personne venir nous titiller pour nous dire nos quatre vérités et quelques autres, ou Paul Motian, poète de cet instrument emblématique du jazz, la batterie. De quoi aussi construire un portrait d’Henri Texier.

Jazz : Texier

En compagnie de Sébastien Texier qui s’est fait un prénom et a pris cette assurance dont il avait besoin au saxophone alto notamment – il joue aussi de la clarinette -, de François Corneloup au saxophone baryton qu’il fait sonner dans ses profondeurs, de Louis Moutin à la batterie, et de Nguyên Lê à la guitare, Armel Dupas aux claviers – nouveaux arrivants dans le groupe – qui apportent une contribution nécessaire et dans le ton, Henri Texier fait chanter sa contrebasse pour faire chavirer les souris qui se passent de chats. Autrement fit une ode à tous les exploités, tous les oubliés d’une histoire écrite par des vainqueurs sans vergogne. Peut-être aussi la danse comme facteur d’unité, de rencontres…

Nicolas Béniès.

« Sky Dancers », Henri Texier, Label Bleu, distribué par l’Autre Distribution.

Henri et son groupe sera à Coutances, au festival « Jazz sous les Pommiers » le vendredi 6 mai pour présenter au public cet album. Il sera précédé par le quartet de Sébastien Texier. Une double raison d’assister à cette soiré.

Autres articles de la rubrique Autour du Jazz

  • Henri Salvador, pataphysicien borisien et vianesque.
    Déjà le volume 4, pour cette « Intégrale Henri Salvador », déjà les années 1956-1958 qui voient la collaboration avec Boris Vian prendre réellement son envol. Tous les rythmes vont y passer, rythmes à la... Lire la suite (Septembre 2014)
  • Paris, Ville Lumière du jazz
    La fin des années 1950 et le début des années 60 sont des années fastes pour le jazz, la soul music comme le rock. Paris, capitale des capitales, prend toute sa place dans ce déferlement de création.... Lire la suite (Septembre 2014)
  • Deux voix (es ?)
    Elisa Arciniegas Pinilla est à la fois altiste (violon alto) et vocaliste. Son album, « Improvisible » est fait de rencontres, de duos ponctuées de soli qui deviennent une sorte de discussion entre... Lire la suite (Août 2014)
  • « In Between »
    « In Between », entre deux, est la reconnaissance de l’altérité, de la nécessité de l’Autre mais aussi d’autres cultures, d’autres traditions. Stéphane Spira est devenu saxophoniste sur le tard. C’est un... Lire la suite (Juillet 2014)
  • « Labyrinthes et autres routes »
    Mico Nissim est pianiste mais aussi compositeur et enseignant. La tradition, il la connaît, la fréquente tous les jours. Les jeunes gens et filles qui se lancent dans le jazz aujourd’hui doivent... Lire la suite (Juillet 2014)