Actualité théâtrale

Du 11 au 13 mars à la Comédie de Picardie à Amiens

« Sois un homme » En tournée ensuite

Qu’est-ce qu’être une femme ? La question a beaucoup interrogé écrivain.e.s et philosophes depuis déjà un certain temps. Mais s’agissant des hommes, elle apparaît plus originale tant des siècles de domination masculine nous ont habitué.e.s à considérer que la réponse était évidente ! Elle l’est d’autant moins aujourd’hui que les hommes (tout au moins ceux qui n’ont pas de certitudes machistes !) cherchent leur place, pris entre des injonctions contradictoires.

Théâtre : Sois un homme

Vincent Ecrepont s’est intéressé aux questions que se pose un adolescent qui veut devenir un homme, mais se dit que ce n’est pas si facile. Il ne veut pas ressembler à son père ou au prof qu’il déteste. Il veut être viril, mais pas forcément dominateur, car il sait qu’il risque fort de trouver en face de lui des filles pas du tout prêtes à être dominées ! L’auteur s’est appuyé sur la parole d’adolescents et de parents recueillis au cours d’ateliers d’écriture ou de recueils de témoignages.

La scénographie utilise des blocs de mousse que les acteurs dressent, images d’un jeune qui grandit, ou posent, figurant un jardin, un divan ou le bord d’un lac où l’adolescent se promène avec son grand-père. Trois générations de comédiens (Teddy Bogaert, Sylvain Savard, Laurent Stachnick) incarnent tantôt des adolescents, tantôt les adultes qu’ils rejettent ou auxquels ils s’identifient, père, grand-père, prof. C’est de leurs dialogues que naissent des éléments de réponse. C’est très vivant. On entend le langage des adolescents, mais aussi leur inquiétude (« tout grandit sauf ce que je veux »), leur peur de ne pas correspondre au modèle du garçon qui plaît. C’est souvent drôle, comme le cancre qui cherche désespérément son cahier de liaison dans le bazar total qu’est son sac ou celui qui explique à son copain comment « emballer » une fille. Sérieux aussi quand ces jeunes hommes et leurs pères constatent la difficulté qu’ont les hommes à se parler de choses personnelles, à la différences des femmes en général beaucoup plus douées sur ce terrain ! Ne restait plus qu’à trouver la pirouette finale, mais on ne la révélera pas, pour conclure.

Micheline Rousselet

Comédie de Picardie, 62 rue des Jacobins, 80000 Amiens

Le 27 mars au théâtre Les Tisserands à Lomme (59), en mars à la salle des 3 villages à Savignies (60), le 11 avril à l’Espace Culturel de Bailleul-sur-Thérain (60)

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Mademoiselle Julie »
    La pièce d’August Strindberg a été montée plusieurs fois la saison passée, pourtant on a l’impression de la redécouvrir chaque fois au gré des adaptations et des interprétations, tant elle est riche et... Lire la suite (19 septembre)
  • « L’Amérique n’existe pas »
    Un homme, bien seul au milieu de cartons plus ou moins bien empilés, se lance dans un monologue. Il raconte des histoires, il fait naître des personnages comme cet homme qui ne monte jamais dans un... Lire la suite (18 septembre)
  • « À l’abordage »
    Sasha troublée par la beauté d’un jeune homme Ayden arrive avec son amie Carlie dans la communauté où il habite avec un maître à penser charismatique, Kinbote, secondé par sa sœur, Théodora. Kinbote... Lire la suite (18 septembre)
  • « Contes et légendes »
    L’intelligence artificielle est au cœur des recherches scientifiques d’aujourd’hui. Simples remplaçants des hommes pour des tâches répétitives ou dangereuses au départ, on ferait bien aujourd’hui des... Lire la suite (17 septembre)
  • « Où est mon chandail islandais ? »
    Knutte est revenu au village pour l’enterrement de son père. Il n’est pas venu les mains vides, mais les poches pleines de bière, sans compter celles qu’il pourra trouver, ainsi que quelques... Lire la suite (17 septembre)