Nouvelles internationales

Solidarité avec les enseignants grecs

L’œuvre de destruction du service public d’éducation en Grèce se poursuit sur les injonctions de la Troïka. La solidarité avec les travailleurs grecs de l’Éducation reste indispensable.

OLME, syndicat grec du second degré, a lancé une pétition (en ligne sur www.avaaz.org) pour défendre l’enseignement public en Grèce suite aux nouvelles mesures préconisées par la Troïka. L’été a été marqué par l’adoption d’une nouvelle loi, le 17 juillet, qui va se traduire par des procédures de licenciements d’enseignants et la fermeture de filières dans l’enseignement professionnel. La situation est particulièrement dramatique puisque 2 500 enseignants seront mis à disposition pendant huit mois au cours desquels ils percevront seulement 75 % de leur salaire avant leur licenciement. De plus, 5 000 enseignants du second degré seront transférés d’office vers le primaire et 2 000 vers l’administration. 20 000 élèves ne pourront suivre la formation de leur choix en lycée professionnel suite à la fermeture de sections (santé, arts et esthétique), signe que le gouvernement entend transférer une grande partie de l’enseignement professionnel au secteur privé.

OLME prévoit d’organiser dès cette rentrée de septembre des actions et demande égale- ment le soutien des autres organisations affiliées au Comité Syndical Européen de l’Éducation (région Europe de l’Internationale de l’Éducation).

D’ores et déjà OLME entend mobiliser les collègues et menace de ne pas ouvrir les écoles le 11 septembre, jour de la rentrée des élèves. Le SNES-FSU fait part de son soutien aux actions engagées.

Autres articles de la rubrique Nouvelles internationales