Autour du Jazz

« Something close to something », André Jaume quartet Transmettre pour faire fructifier l’héritage.

Un album qui se titre « Something close to Something », quelque chose près de quelque chose, se veut clin d’œil. Les notes de pochette lèvent un coin du mystère. En 1991, André Jaume, saxophoniste français et créateur du label CELP, avait produit un album intitulé « Something » avec Bill Stewart à la batterie, Anthony Cox à la contrebasse, Clyde Criner au piano et le très sous estimé Joe McPhee, saxo soprano et trombone à pistons. Un album joyeux, joyeusement classé dans le « free jazz » faute d’autre case.

Le quartet réuni l’an dernier est intergénérationnel. Deux « vieux », André Jaume lui-même aux saxophones et Alain Soler à la guitare et deux jeunes Pierre Fénichel, contrebasse et Antony Soler – le fils – à la batterie. Ironie et humour font ici bon ménage pour avoir la joie à la fois de jouer – dans tous les sens du terme – ensemble, de prendre de la distance par rapport à l’original sans rien renier pour autant. Toutes les références sont présentes, à commencer par Ornette Coleman, Jimmy Giuffre mais aussi tous ces fils invisibles de la mémoires – des mémoires – du jazz qui s’emmêlent, s’entremêlent pour créer cette ambiance très particulière, celle d’un jazz qui ne se refuse rien et moins encore la musique des Caraïbes ou des Antilles.

La musique danse. Les pieds s’agitent. Les pisse-froids qui disent haïr – oui, le terme n’est pas trop fort – le free jazz devrait écouter cet album. Ils en seraient tout désorientés.

Jazz : A. Jaume

Notre plaisir est décuplé. Par le plaisir qui transpire ici, par la fusion des générations pour ne rien oublier, tout transmettre et, surtout, pour une musique qui se sent libre de tout essayer, de tout tenter. Malgré l’âge, malgré tout. Le message est clair : « Nous sommes vivants et aucune marchandise ne nous prendra dans ses rets. » Cette musique est belle, souple, dure, rieuse et elle se dresse contre un temps qui n’accepte que le tout cuit et emballé, le même pour tout le monde. Libre nous dit-elle, fraternelle ! A consommer sans modération.

Nicolas Béniès.

« Something close to something », André Jaume quartet, Label Durance distribué par Orckhêstra International.

Autres articles de la rubrique Autour du Jazz

  • Dave Rempis
    Comment convaincre un label d’enregistrer une musique sauvage qui se réfère à une période que beaucoup voudrait oublier, le Free Jazz des années 1960-70 ? Mission quasi impossible. Il faut donc... Lire la suite (28 février)
  • « Mélange de rages »
    Le jazz souffre d’une image étrange dans notre société qui n’accepte plus ni la violence, ni la sauvagerie et voudrait que toutes les relations humaines soient policées, ordonnées, polies – dans tous... Lire la suite (22 février)
  • "Dreaming drums, le monde des batteurs de jazz"
    Noël est passé mais pas le temps des cadeaux. Un livre de photos paru à la fin de l’année veut nous faire rêver. Heureusement ! Il nous fait entrer dans le monde des « batteurs de jazz ».... Lire la suite (14 février)
  • Pour Kurt Weill, des chansons éternelles.
    Qui ne connaît « Mack the Knife », « Moritat » dans la version allemande ? Au moins la version de Louis Armstrong, de Ella Fitzgerald à Berlin en 1961, de Sonny Rollins – dans l’album « Saxophone... Lire la suite (Décembre 2018)
  • Aretha Franklin, Intégrale 1956-1962
    « Re » - son diminutif – nous quittée cette année en plein mois d’août (le 16 exactement), elle qui n’a jamais voulu passer inaperçue, un comble. Frémeaux et associés a publié ce début d’anthologie... Lire la suite (Décembre 2018)