Autour du Jazz

Des histoires, la légende du jazz et un pianiste.

« Song », Jobic Le Masson trio

Jobic Le Masson est pianiste. Et alors ? vous entends-je. Alors il est aussi compositeur. Bon ! Une histoire à lui seul. Une histoire qui a quelque chose à voir avec les 7 Lézards. Il n’est pas question de flemmarder mais de se souvenir de ces clubs de jazz dans lesquels il était possible d’expérimenter, de créer sans craindre une quelconque sanction d’un public tout acquis à la cause de la découverte. Le pianiste en a pleinement profité pour se créer un style. Entre toutes les mémoires du jazz, toutes les histoires qui se rejoignent dans ses compositions et improvisations. Un vrai champ jazzistique – pour utiliser la formule de Alexandre Pierrepont.

Pour cet album, « Song » - il mérite bien son nom, sur la plupart des compositions il serait loisible de mettre des paroles – son trio permet de retrouver John Betsch, longtemps compagnon de route de Steve Lacy, additionné d’un contrebassiste, Peter Giron – actuellement enseignant à Paris – pour une musique qui vacille entre toutes les références, Mal Waldron, l’Art Ensemble of Chicago sans parler de Monk ou de Cecil Taylor sans parler bien sur de Steve Lacy lui-même par l’adjonction d’un Steve Potts au plus haut de sa forme qui nous fait regretter de ne pas l’entendre davantage.

Jazz : Jobic Le Masson

Plusieurs retours se fêtent - oui c’est une fête – dans cet album. Steve Lacy que personne ne peut oublier, Jobic lui-même dont les albums se faisaient rare, John Betsch, un de ces grands batteurs que les producteurs devraient solliciter et Steve Potts. Personne ne peut ignorer que les deux Steve –Lacy et Potts – ont souvent conversé dans des albums qui restent et font la joie des amateurs. Potts n’a rien perdu ni de sa sonorité ni de son histoire. Jobic se souvient aussi que Steve Lacy et Mal Waldron se sont produits en duo au Dreher. Toutes ces histoires se mêlent et s’entremêlent pour créer une sorte de communication entre les générations. Jobic né en 1968 et Steve Potts qui se fait connaître en 1968 forgent un présent commun.

Une musique de notre temps qui n’ignore rien de son passé mais sans regarder en arrière pour construire des mémoires et ouvrir le champ des possibles. Lumineux, léger cet album sera un des grands albums de l’année à venir. Bonne année 2017.

Nicolas Béniès.

« Song », Jobic Le Masson trio + Steve Potts, Enja Records, L’autre distribution.

Autres articles de la rubrique Autour du Jazz

  • « Unfiltered Universe », Rez Abbasi
    Rez Abbasi est guitariste et joueur de sitar. Ses origines indiennes expliquent cette dualité. Dans son nouvel album, « Unfiltered Universe », il réussit le tour de force de fusionner ses cultures... Lire la suite (30 novembre)
  • « Hope », Sylvain Cathala septet
    Sylvain Cathala, saxophoniste ténor et compositeur, a intitulé son dernier album « Hope », Espérance. C’est oser. Dans le monde qui se considère comme le nôtre, l’espoir est passé de mode. Un siècle... Lire la suite (29 novembre)
  • Au revoir, Fats Domino.
    « Fats » Domino, Antoine Dominique pour l’état civil, né le 26 février 1928 à la Nouvelle-Orléans nous quittés le 24 octobre 2017 après avoir résisté vaillamment à Katrina qui n’a pas eu raison ni de lui ni... Lire la suite (16 novembre)
  • « Strictly Strayhorn »
    Un trio, rien qu’un trio pour s’approprier les compositions de Billy Strayhorn, compagnon et alter ego du Duke à son entrée dans l’orchestre en 1938. Billy Strayhorn est un maître du spleen, une sorte... Lire la suite (15 novembre)
  • « Butter in my Brain », Claudia Solal/Benjamin Moussay
    « Butter in my Brain » est un titre qui ne peut qu’interroger. Fernand Raynaud aurait dit « C’est étudier pour », bien évidemment. Un titre original introduit à un monde bizarre, étrange, onirique. Si on... Lire la suite (6 novembre)